LE DIRECT
Emmanuel Macron, le 24 juin 2017, aux journées olympiques.

La presse sous Emmanuel Macron : comment gérer la pénurie d'informations et l'abondance d'images ?

5 min
À retrouver dans l'émission

La parole rare et la communication millimétrée créent des nouveaux défis pour le journalisme politique.

Emmanuel Macron, le 24 juin 2017, aux journées olympiques.
Emmanuel Macron, le 24 juin 2017, aux journées olympiques. Crédits : Alain Gadoffre - AFP

Quel homme ! Quel homme, cet Emmanuel Macron, lui qui chausse les gants de boxe en public pour quelques crochets virils, lui qui montre la qualité de son revers coupé au tennis, tout cela en direct à la télévision. Quelles belles images d'un président qui donne de sa personne pour accueillir les jeux olympiques de 2024 à Paris, devant les caméras enamourées.

Quel homme, encore, à Bruxelles : avec ses homologues européens, le président français multiplie les accolades, les clins d’œil, les tapes amicales. Un "bain de jouvence", à en croire certains compte-rendus journalistiques : les dirigeants européens, tous tant qu'ils sont, auraient été ébahis par ce brillant, charismatique et jeune président.

Hélas, quand les confettis retombent, on s'aperçoit que la France a fait chou blanc à l'occasion de ce sommet. Pas d'avancée sur le dossier des travailleurs détachés, pas plus que sur les mesures anti-dumping ou sur la défense européenne, comme le rappellent les chercheurs Coralie Delaume et Steve Ohana dans une tribune au FigaroVox.

Que nous dit ce décalage entre la forme et le fond ?

Il y a bien sûr "l'état de grâce" assez traditionnel d'un début de mandat. Les mêmes médias, dithyrambiques aujourd'hui, s'adonneront demain à la curée, si la courbe - celle de la popularité - se retourne.

Mais avec la présidence Macron, s'ajoute un autre phénomène, plus singulier. La presse fait face à une abondance d'images, très étudiées, prêtes à diffuser. Et "en même temps" à la raréfaction d'informations, corsetées, verrouillées. Images partout, info nulle part, pour résumer rapidement ce paradoxe.

Au sein de la République macronienne, il n'y a plus ou presque plus de confidences, d'indiscrétions, de conversation off avec les journalistes, qui permettent de recouper, de raconter, d'approfondir. Par peur de tomber en disgrâce, plus grand-monde ne parle à la presse, hormis les porte-parole dûment accrédités. Les fuites de documents dans les journaux ont d'ailleurs fait l'objet de poursuites en justice.

Pas d'info officieuse, donc. Pas beaucoup plus d'info officielle : le chef de l’État a décidé s'exprimer avec parcimonie. Emmanuel Macron reste au sec, bien loin des trombes de questions que la presse aimerait lui poser ; bien loin aussi des éclaboussures traditionnelles du combat de boue gouvernemental. Hier, c'est le premier ministre qui a arbitré la controverse sur les néonicotinoïdes.

On l'a beaucoup dit : la stratégie de la rareté médiatique est inspirée de Jacques Pilhan, le gourou de la communication de François Mitterrand puis de Jacques Chirac. Mais cette rareté version Macron n'en est pas vraiment une : dans le même temps, l'Elysée inonde les réseaux sociaux de vidéos communicationnelles d'Emmanuel Macron. "Le président au standard de l’Élysée", "le président à la fête de la musique", etc.

Conséquence de tout cela, si l'on prend un peu de recul ?

La presse a le choix entre la pénurie d'informations et l'abondance d'images de communication. Ne rien avoir à se mettre sous la dent ou bien devoir consommer des denrées pré-mâchées. Dilemme. Emmanuel Macron, pendant sa campagne, comparait la presse à un "Moloch insatiable". Il a bien compris comment le nourrir.

Cette pratique s'inscrit évidemment en rupture avec François Hollande. L'ancien président avait choisi d'ouvrir les portes et les fenêtres, de s'exprimer aussi bien au "20 heures" que dans le Chasseur français ou sur Gulli (et l'on passe sur les livres d'entretiens).

Emmanuel Macron, lui, évite de se mettre en risque. La distance affichée lui permet de ne pas s'expliquer, de ne pas se justifier, et le cas échéant, de ne pas se contredire. Ce faisant, il démonétise le rôle de journaliste chargé du suivi de l’Élysée. Un poste jadis considéré comme un Graal, qui consiste désormais (si on force le trait) à répéter que la seule chose dont on est certain... c'est qu'on ne sait rien.

Outre cette posture toute socratique pour les journalistes, le macronisme au pouvoir peut constituer une chance pour la presse. L'opportunité de se recentrer sur l'analyse, l'enquête, le moyen-terme. Et de délaisser les confidences faussement désintéressées, les postures et les gants de boxe. Fussent-ils présidentiels.

Frédéric Says

Chroniques

8H19
17 min

L'Invité des Matins (2ème partie)

Chine et démocratie : que reste-t-il de Tiananmen? (2ème partie)
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......