LE DIRECT
Le Sénat sera-t-il "disprupté" par le Macronisme ?

L'autre élection importante du week-end

3 min
À retrouver dans l'émission

Une moitié des sièges de sénateurs est renouvelée.

Le Sénat sera-t-il "disprupté" par le Macronisme ?
Le Sénat sera-t-il "disprupté" par le Macronisme ? Crédits : Denis Meyer / Hans Lucas - AFP

Vous êtes peut-être en train de finir votre petit-déjeuner, ou vous êtes déjà benoîtement sur votre trajet, sans avoir idée de l'évènement inter-sidéral qui nous attend tous ce dimanche soir... Le résultat des élections sénatoriales.

Certes, à la réflexion, il n'y a peut-être pas de quoi annuler un week-end en famille , mais ce scrutin est moins anodin qu'il n'y paraît.

D'abord, il y a le côté inamovible du Sénat. Au moment où la vie politique française prend l'eau de toute part, où le PS vend son siège, où le FN éclate, où la popularité d'Emmanuel Macron coule, au moment où le conseil des ministres du mercredi se tient un vendredi... le Sénat lui ne change pas : les élections auront lieu à la date prévue, les scores seront dévoilés dimanche après-midi à l'heure prévue. Et à en croire les analystes, les résultats eux-mêmes sont déjà prévus.

Dans la start up nation, il reste donc quelques îlots qui échappent à la fameuse disruption du "nouveau monde". Il peut y avoir le feu au pays, rien ne vient troubler le train de sénateur. Dans notre système bi-caméral, c'est à dire à deux chambres, l'actualité brûlante lui en touche une sans faire bouger l'autre. Le cri de colère de la rue devient un froissement ouaté à l'intérieur du Palais du Luxembourg.

Même la grande vague macroniste du printemps dernier n'arrivera que sous forme de vaguelette. Ce dimanche, ceux qui votent, ce sont les grands électeurs - pour l'essentiel des conseillers municipaux, élus en 2014, au moment où En Marche n'existait pas. Le résultat de ces sénatoriales ressemblera donc à une photographie politique de la France... d'il y a 3 ans.

3/5ème

L'enjeu de ces élections tient aussi en un chiffre : 3/5ème. C'est la proportion de parlementaires nécessaire pour modifier la constitution. Autrement dit, Emmanuel Macron connaîtra ce dimanche sa marge de manœuvre pour réformer les institutions.

Ce chiffre des 3/5ème avait bloqué François Hollande pour avancer vers le droit de vote des étrangers, c'est en tout cas ce qu'il en disait publiquement :

"Rien ne peut se faire sans une révision de la constitution, ce qui suppose dans notre droit une majorité des 3/5ème au parlement. C'est à dire l'accord de toutes les forces républicaines. J'y suis pour ma part favorable. A elles de prendre leurs responsabilités." (le 16 décembre 2014 au musée de l'immigration)

Emmanuel Macron, lui, a proposé de diminuer d'un tiers le nombre de parlementaires, de limiter leurs mandats dans le temps, mais aussi de supprimer la cour de justice de la république. Le pourra-t-il ? Compte tenu du rapport de force à l'Assemblée, il faudrait environ 180 sénateurs macronistes pour atteindre les 3/5ème. Compliqué, d'autant que seuls 171 sièges sont renouvelés ce dimanche.

Il restera tout de même la possibilité de convaincre des centristes. Ou, à défaut, de contourner le parlement en organisant un référendum. Avant l'été 2018, avait indiqué Emmanuel Macron.

Voilà, à l'issue de cette chronique sur les sénatoriales, vous êtes peut-être passés de l'indifférence absolue à l'indifférence quasi-absolue. C'est déjà ça.

Chroniques

8H19
26 min

L'Invité des Matins (2ème partie)

Allemagne : un modèle en question (2ème partie)
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......