LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jacques Toubon a été nommé en 2014 au poste de Défenseur des droits.

Comment Jacques Toubon est devenu l’icône de la gauche et des ONG

5 min
À retrouver dans l'émission

Il fut un très proche de Jacques Chirac et incarnation de l'appareil RPR. Il est désormais l’un des héros de la gauche, des ONG et des associations de défense des droits humains. Que s'est-il passé ?

Jacques Toubon a été nommé en 2014 au poste de Défenseur des droits.
Jacques Toubon a été nommé en 2014 au poste de Défenseur des droits. Crédits : Martin Bureau - AFP

Il fut un très proche de Jacques Chirac, incarnation de l'appareil RPR. Député dans les années 80, il avait voté contre la loi Badinter sur l’abolition de la peine de mort. Il est désormais l’un des héros de la gauche, une référence des ONG, une icône pour les associations de défense des droits de l’homme. Qu’est-il arrivé à Jacques Toubon, nommé en 2014 au poste de Défenseur des droits ?

Pour se convaincre de cette popularité inattendue, il suffit de regarder son intervention hier en Commission des lois à l’Assemblée nationale. En général, le travail en commission reste souterrain, peu visible et pour tout dire relativement ignoré des grands médias. Pourtant, l’intervention de Jacques Toubon a été vue à 150 000 reprises en moins de 24 heures, partagée des milliers de fois sur les réseaux sociaux. On y voit un échange tendu entre le défenseur des droits et deux députés macronistes, qui l'accusent de porter une vision "caricaturale" et "abstraite" de la loi Asile et immigration : 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Autrement dit, Jacques Toubon retourne l’argument de l’idéalisme et de l’abstraction. "Merci monsieur Toubon", voici ce qu’on lisait hier soir sur les réseaux sociaux chez de nombreuses personnalités engagées à gauche et dans les associations de défense des droits de l’homme. 

Avec tout cela, on oublierait presque le climat de scepticisme et même de franche défiance qui avait accueilli sa nomination il y a quatre ans. Une pétition, lancée par l’écologiste Julien Bayou, avait réuni plus de 90 000 signatures (Cécile Duflot, Marie-Noëlle Lienemann, Rokhaya Diallo, Philippe Marlière...). Le texte s’indignait de la nomination d'"un énarque RPR de 73 ans à recaser". Cette pétition listait aussi les prises de positions passées ("opposé à la loi Badinter  - opposé à la dépénalisation de l'homosexualité - opposé à la création du délit de révisionnisme"). Certes, les signataires  relevaient que le « Toubon d’hier n’est pas forcément celui d’aujourd’hui ». Mais le texte  insistait sur le "signal envoyé", avec cette phrase : « Jacques Toubon incarne cette caste totalement déconnectée de la société ». Quel décalage avec les compliments d’aujourd’hui sur son "réalisme" quant aux trottoirs de la Villette !

Chamboule-tout

Ce début de quinquennat est... étonnant. En quelques semaines, on aura vu Joey Starr invité d’honneur à l’Assemblée nationale, Marine Le Pen présente à la manifestation organisé par le Crif, et donc Jacques Toubon en modèle des associations de défense des droits de l’homme… Qui aurait pu l'imaginer il y a seulement 10 ans ? 

Comment comprendre cette Toubon-mania ? Même si l'homme  porte un patronyme prédestiné à l’unanimité, il reste tout de même une part de mystère. 

Peut-être qu'au delà de ses prises de position, Jacques Toubon incarne, pour ses anciens opposants, un démenti rassurant à l’idée selon laquelle on se droitise en vieillissant. Les barricades après les ministères, et non l'inverse.

Par ailleurs, il a su faire oublier ses "casseroles". En 1996, alors ministre de la Justice, il avait reconnu avoir fait envoyer un hélicoptère au Népal... pour joindre d'urgence un procureur en vacances, dans le cadre de l'affaire Xavière Tibéri. Cette opération n’était pas précisément marquée du sceau de l’indépendance de la justice et de la bonne règle républicaine. Mais c'est oublié... 

Contre-pouvoir

Le  poste de Défenseur des droits est un poste difficile mais il donne  le beau rôle : il offre un magistère moral, loin des contraintes politiques. Il est par ailleurs difficilement contestable. Qui irait s’opposer frontalement à l’idée de respecter les droits ?

Mais le piédestal sculpté sous la modeste silhouette de Jacques Toubon dit autre chose de l’époque. Il raconte l’effondrement des oppositions traditionnelles. Si on écoute autant Jacques Toubon, c’est parce qu’on distingue peu de voix qui s’élèvent. Sur le sujet des migrants, le PS est inaudible, souvent complexé par les procès en angélisme qui lui ont tant coûté. La France insoumise est absorbée par l’accompagnement du mouvement social (SNCF, universités...).

Dès lors, Jacques Toubon fait figure de contre-pouvoir tenace, quand tous les autres ont été effrités par la vague macroniste. Voilà donc le Défenseur des droits institué en dernier garde-fou démocratique, en dernière digue d’opposition. C’est à la fois réjouissant et assez inquiétant.

Frédéric Says

Chroniques
8H19
19 min
L'Invité(e) des Matins (2ème partie)
Syrie, la ligne bouge ?
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......