LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Edouard Philippe, le 8 février 2019.

Faut-il toucher aux élus ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Le grand débat national fait émerger des propositions sur la fiscalité, la vie quotidienne... Mais aussi des mécontentements sur le "train de vie" de la République. Politiquement, il sera délicat pour le gouvernement de ne pas y répondre. Mais jusqu’où aller sans tomber dans la démagogie ?

Edouard Philippe, le 8 février 2019.
Edouard Philippe, le 8 février 2019. Crédits : Loïc Venance - AFP

Le grand débat national a pris son envol. Mais la question cruciale est déjà celle de l'atterrissage.

Pour le gouvernement, impossible de brandir des solutions fades et anecdotiques, après avoir fait déplacer des dizaines de milliers de personnes, après avoir avoir proclamé un acte 2 du quinquennat, après avoir affirmé que plus rien ne serait comme avant. 

De ce point de vue, le pouvoir aura du mal à épargner les représentants politiques. C'est sans doute injuste, sans doute caricatural, mais il n'y a pas un débat où la question des "avantages", voire des "privilèges" des élus ne soit évoquée - des élus ou des anciens élus d'ailleurs. Édouard Philippe en a fait l'expérience hier soir. Le Premier ministre était sur la plateau de LCI pour répondre à dix citoyens français. Voici ce que lui a lancé l'une d'entre eux :

"Jacques Chirac coûte 2,4 millions à l'Etat... A VIE. Monsieur Valéry Giscard d'Estaing : 3,6 millions. On nous demande de faire des efforts, mais quand on voit qu'ils ont des sommes pareilles, il y a de quoi se révolter, quoi !

Cette citoyenne évoque ici les coûts liés aux bureaux et aux gardes du corps pour les anciens présidents. Édouard Philippe a beau expliquer que le total des budgets consacrés aux ministères et aux institutions représente 1 euros sur 1000 de dépenses publiques, rien n'y fait. 

Tous ses interlocuteurs ou presque estiment qu'il faut drastiquement écrémer le "fromage" des représentants publics. 

Certes, nous sommes sur un plateau de télévision, et ces débats sont rarement composés pour faire triompher la modération et le consensus... Mais ces interpellations correspondent à une question plus profonde : finalement, quel est le rapport coût-bénéfice des élus pour les citoyens français ? Une interrogation qui illustre la défiance envers "ceux d'en haut". 

Quelques instants plus tard, Édouard Philippe en subit une nouvelle illustration : 

"Vous le faites exprès, c'est de l'escroquerie intellectuelle !" lui lance un homme à propos des déficits publics. 

Édouard Philippe laisse dire, ne s'énerve pas. Peut-être le chef de gouvernement craint-il le syndrome Fabius, son lointain prédécesseur à Matignon, qui avait un peu perdu ses nerfs dans un débat face aux provocations de Jacques Chirac.

"Vous parlez au Premier ministre de la France". Une telle réponse outragée n'est plus possible. 

Joker

Édouard Philippe doit maintenant se livrer à un exercice insoluble. D'un côté, entendre cet agacement contre les élus (parfois passionnel), entendre aussi les critiques contre le système représentatif actuel (souvent rationnelles). Tout cela en en ne versant pas trop dans la démagogie. 

Pour l'instant, le joker de l'Exécutif s'appelle "réduction du nombre de parlementaires". C'est une mesure populaire, et ça tombe bien, elle était déjà proposée par l'exécutif pour la réforme institutionnelle - c'était avant l'affaire Benalla, autrement dit dans un autre siècle. 

Le paradoxe dans lequel est pris le gouvernement, c'est qu'il doit répondre à la colère contre les "politiciens", sans fragiliser davantage la démocratie française. 

L'exécutif peut-il taper sur les élus, alors qu'il a été bienheureux de pouvoir compter sur eux, notamment sur les élus locaux, pour organiser un grand débat national ? 

Peut-il les montrer du doigt, alors même que plusieurs dizaines d'entre eux, députés, maires, sénateurs, ministres, ont été intimidés ou violentés à des degrés divers depuis trois mois ? Ce serait au mieux inutile, au pire dangereux. 

La grandeur de la politique est parfois d'entendre les récriminations, mais de ne pas leur donner suite.

Frédéric Says

Chroniques
8H19
43 min
L'Invité(e) des Matins
L’amour est-il l’opium du peuple ?
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......