LE DIRECT
Le président "à l'écoute", le 7 novembre 2018, à Rozoy-sur-serre.

Emmanuel Macron et le syndrome de Tryphon Tournesol

3 min
À retrouver dans l'émission

Face à la contestation, l'Exécutif répond qu'il "entend". Jusqu'où ?

Le président "à l'écoute", le 7 novembre 2018, à Rozoy-sur-serre.
Le président "à l'écoute", le 7 novembre 2018, à Rozoy-sur-serre. Crédits : Ludovic Marin - AFP

Depuis une semaine, l'actualité politique semble se dérouler dans un cabinet de spécialistes de l'audition. "J'entends la colère. Le mécontentement, nous l'écoutons" ont répété à l'envi Emmanuel Macon et Edouard Philippe, respectivement sur TF1 et RTL.

Un président attentif, nous vantent ses soutiens, après "l'itinérance" de la semaine dernière, de Reims à Maubeuge, de Pont-à-Mousson à Charleville-Mézières. Où l'on a vu Emmanuel Macron, prendre du temps, écouter les contestataires. En somme, tendre l'ouïe à ceux qui disent non. 

Mais est-ce que cela ne vient pas trop tard ? Est-ce la débauche de proximité affichée ne montre pas, en creux, son absence jusqu'ici ? Le président lui-même hier soir sur TF1 a reconnu un échec :

"Il y a une chose que je n'ai pas vraiment réussi à faire : je n'ai pas réussi à réconcilier le peuple français avec ses dirigeants".

En somme, un malentendu entre la vie quotidienne des Français et celle du pouvoir. Mais dès lors, n'y a-t-il pas une forme de paradoxe à concéder qu'on n'a pas suffisamment écouté... tout en assurant que l'on garde le même cap ? 

Emmanuel Macron reconnaît que les décisions ont été "trop souvent prises depuis Paris, pas assez sur le terrain". Malgré cette autocritique, rien ne change sur le fond. Ces décisions - mal construites, donc, à en croire le président -... Eh bien il les appliquera tout de même.

"Décidément, le pouvoir est dur d'oreille", semble déplorer l'opposition. Sans doute est-ce pour cela qu'elle parle si fort, ces temps-ci. Le député insoumis François Ruffin tutoie les records de décibels à l'Assemblée :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Colère ou impatience ?

Mais que veut dire « entendre la colère » au juste ? Le verbe "entendre" a cela de pratique qu'il est polysémique. On peut le traduire par "percevoir un son" (les klaxons des gilets jaunes par exemple). Ou bien par "comprendre un phénomène" (d'où l'expression à bon entendeur, salut). 

Il y a en politique ce qu'on pourrait appeler un syndrome Tryphon Tournesol, qui consiste à restituer très approximativement ce que vous venez d'entendre. 

Par exemple, la "colère du peuple" est réinterprétée comme « l'impatience des Français ». De même, le "rejet d'une politique" est transformé en « manque de pédagogie sur les réformes ». 

La tâche présidentielle n'est pas simple, évidemment. Il faut composer avec les plus bruyants tout en visant l'intérêt général ; or les deux sont rarement alignés. 

D'où la tentation de l'oreille sélective. La politique est ce monde merveilleux où l'on parvient même à entendre des silences. Exemple avec Dominique de Villepin, alors Premier ministre [extrait sonore] : 

"J'écoute ceux qui manifestent... mais j'écoute aussi ceux qui ne manifestent pas."

Le fonctionnement de la Vème république a sa part de responsabilité. Le président est indéboulonnable. Et avec l'avènement du quinquennat, sauf accident, les majorités restent en place cinq ans. Dès lors, l'Exécutif ressemble à un cuirassé qui fonce, ramenant la colère à quelques clapotis bien vite dépassés. L'ancien président Nicolas Sarkozy l'avait d'ailleurs résumé assez crûment [extrait sonore] :

"J'écoute... mais je tiens pas compte".

Alors cette formule un peu brutale résume-t-elle l'intervention d'Emmanuel Macron hier soir ? Assurément non : les mesures annoncées vont au-delà de la simple communication, elles sont pour certaines substantielles. 

Pour autant, cela n'empêche pas que l'essence et le gazole vont à nouveau augmenter au 1er janvier prochain ( 3 et 6 centimes de taxes). Sans oublier l'impact psychologique du prélèvement à la source, pour la première fois sur les fiches de paie à la fin du mois de janvier. 

Dans ce contexte, le gouvernement est-il encore audible ? C'est en réalité la seule question, avant la manifestation de samedi. Quand Emmanuel Macron affirme qu'il "entend", est-il lui-même écouté ?

Frédéric Says

Chroniques

8H19
40 min

L'Invité(e) des Matins

Nicole Belloubet, Garde des Sceaux est l’invitée des Matins.
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......