LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Joe Biden a choisi Ron Klain (à gauche) pour le suivre à la Maison-Blanche, au poste de "Chieff of staff" - la tour de contrôle de la présidence américaine. Les deux hommes ont travaillé longtemps ensemble, ici le 13 novembre 2014 à Washington.

Bâtir son équipe

5 min
À retrouver dans l'émission

Rien de plus difficile pour un responsable politique que de recruter ses proches collaborateurs. Rien de plus instructif que d'observer le résultat.

Joe Biden a choisi Ron Klain (à gauche) pour le suivre à la Maison-Blanche, au poste de "Chieff of staff" - la tour de contrôle de la présidence américaine. Les deux hommes ont travaillé longtemps ensemble, ici le 13 novembre 2014 à Washington.
Joe Biden a choisi Ron Klain (à gauche) pour le suivre à la Maison-Blanche, au poste de "Chieff of staff" - la tour de contrôle de la présidence américaine. Les deux hommes ont travaillé longtemps ensemble, ici le 13 novembre 2014 à Washington. Crédits : Ron Klain - AFP

C’est l’une des occupations de Joe Biden d’ici à son entrée à la Maison Blanche : recruter ses futurs collaborateurs. Disposer d’une équipe carrée pour l’accompagner dans le bureau ovale. 

Le journal en ligne américain Politico nous informe que ses premiers choix sont désormais connus. Il a nommé de vieux compagnons de route, Ron Klain, Mike Donilon, Steve Ricchetti pour occuper les postes-clés de la présidence. 

Cette phase politique, celle de choisir son équipe, est moins spectaculaire qu’une campagne, mais elle n’en est pas moins signifiante.

Intéressons-nous donc à cela ce matin. 

Sélectionner son entourage, c’est disposer du pouvoir. Dit comme ça, cela semble une évidence. Et pourtant, il n’est pas rare que des ministres doivent abandonner cette prérogative...

L’abandonner à l’étage du dessus, à l’Elysée, qui veille jalousement à ce que ses ministres ne soient pas trop autonomes.

Un exemple de cette mainmise ? 

Cela date de 2014. C’est un extrait du documentaire “Un temps de président”, d’Yves Jeuland. Le réalisateur a eu accès aux coulisses de l’Elysée.

Nous sommes juste après un remaniement. Et le plus proche collaborateur de François Hollande, Jean-Pierre Jouyet, passe alors un coup de téléphone au nouveau ministre de l’Economie, un certain Emmanuel Macron. 

Et écoutez la seule demande que fait Jean-Pierre Jouyet au tout jeune ministre  : 

"T'as bien eu mon SMS sur la direction du cabinet... ? C'est la seule chose à laquelle je tiens entre nous..."

Et là, silence ! On n’entend pas ce que répond le ministre Macron à l’autre bout du fil, mais on voit son interlocuteur qui grimace. On comprend très vite que la réponse est non, que Macron veut choisir lui-même son équipe. Jusqu’à cette petite réprimande : 

"Bon... Parce qu'il faut toujours se souvenir comment on est là. Tu connais mon côté républicain, sur ces choses-là..."

“Il faut toujours se souvenir comment on est là” ; autrement dit : n’oublies pas qui t’a nommé. 

Dans cet acte de désobéissance fondateur, dès les premiers jours, il y avait en germe la future émancipation, de la trahison d’Emmanuel Macron envers le camp de François Hollande. 

Voilà donc pourquoi les recrutements dans les cabinets sont moins anodins, moins ennuyeux qu’on ne le croit.

D’ailleurs, une fois qu’Emmanuel Macron est devenu président, devinez quoi : il a lui aussi cherché à imposer ses proches dans les ministères. 

Il a ainsi proposé Nicolas Revel comme directeur de cabinet à Edouard Philippe, qui a refusé. Il a re-proposé ce nom à Jean Castex... qui, lui, l’a accepté. 

Dans son récent livre, Arnaud Montebourg évoque ce casse-tête : comment constituer son entourage au sein d’un ministère ? 

Il faut des recrues à la fois très fiables, fidèles, mais aussi compétentes, agiles dans les codes de l’écosystème ministériel. 

Pas simple. L’ancien ministre du redressement productif surnommait son équipe “Les Mohicans” et s’inquiétait de voir les énarques de Bercy noyauter sa parcelle de pouvoir. 

Cécile Duflot raconte qu’elle a rencontré un problème voisin. Issue d’Europe écologie Les Verts, devenue ministre de François Hollande, elle a peiné à trouver des profils de haut-fonctionnaires, munis de tous les diplômes ET sensibles aux enjeux écologiques. 

Ou comment trouver le bon équilibre entre les militants et les technocrates, pour le dire vite, entre l’imagination et la compétence, la créativité et la précision, le monde tel qu’il devrait être et le monde qu’il est.

Les partis non-habitués au pouvoir butent souvent sur ces questions de ressources humaines. A Perpignan, Louis Alliot, le maire Rassemblement national, a dû aller piocher son directeur de cabinet dans le camp socialiste

La composition des cabinets ministériels permet aussi d’envoyer des messages politiques…

Sous la présidence Macron, un nouveau poste de conseiller a été créé dans chaque ministère : le poste de conseiller chargé “d’assurer le suivi et l’exécution des réformes”. 

Autrement dit, de vérifier que les décisions du gouvernement ont un impact concret sur la vie des citoyens.

Une fonction créée après le mouvement des Gilets jaunes, pour colmater tant bien que mal la brèche ouverte, pour répondre au procès en déconnexion qui fut intenté aux dirigeants. 

Voilà donc toutes les raisons pour lesquelles il faut guetter ces mouvements d’équipe, parfois plus instructifs qu’un discours ou qu’un communiqué de presse. 

Une prise de recul toujours utile, au moment où les campagnes électorales deviennent de plus en plus personnifiées, très centrées sur un individu - qui utilise volontiers le “moi” et le “je”. 

Mais, comme on vient de le voir, le “Je” est avant tout... un jeu collectif. 

Frédéric Says

Chroniques
8H19
22 min
L'Invité(e) des Matins (2ème partie)
De la citoyenneté au droit des femmes : Marlène Schiappa est l’invitée des Matins
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......