LE DIRECT
Morne plaine. Les effectifs militants se raréfient dans les partis politiques.

La désaffection militante

3 min
À retrouver dans l'émission

Les partis peinent à attirer dans leurs rangs. Pourquoi ?

Morne plaine. Les effectifs militants se raréfient dans les partis politiques.
Morne plaine. Les effectifs militants se raréfient dans les partis politiques. Crédits : Philipp von Ditfurth - Getty

Dans l'une de vos interviews, Mona Ozouf, vous avez raconté la dure vie de militant de votre père. Militant de la langue et de la culture bretonne. 

Dans le magazine Zadig, vous décrivez ainsi les difficultés de cet engagement : « Il consacrait à cette cause un salaire sur deux, s'épuisait à prêcher auprès de gens indifférents, voire hostiles, à convoquer des réunions dans des arrières-salles de café qui restaient désertes. L'existence militante est d'une grande austérité » concluez-vous. 

Est-ce cette austérité qui a peu à peu dévitalisé les partis politiques ? La question de la désaffection militante n'est pas une question secondaire, à l'abord des élections municipales. De nombreuses équipes de campagne peinent à recruter. 

Et quand on plonge dans les archives, on est saisi par le contraste. 

Celui-ci est flagrant si vous regardez le documentaire « Paris à tout prix », signé Yves Jeuland, sur la première élection de Bertrand Delanoë dans la capitale en 2001. A l'époque, des flots de militants, de sympathisants, de petites mains, mobilisés jour et nuit...

Une présence massive qui fait déborder les salles où se réunissent les deux candidats socialistes alors en compétition pour Paris, Bertrand Delanoë et Jack Lang [extrait sonore]. 

Depuis cette époque, tous les partis historiques ont vu leurs effectifs décroître. 

En France, les militants politiques - moins d'un million et demi de personnes dans le meilleur des cas - sont désormais moins nombreux que les adhérents à la Fédération française de pêche, on l'avait dit ici. 

A tel point que certains candidats ont recours à des sociétés privées pour coller leurs affiches et distribuer leurs prospectus. 

Bien sûr, le militantisme n'a pas disparu ; il a pris d'autres formes. Il est devenu plus intermittent, plus numérique, plus centré sur des causes ponctuelles que sur des idéologies établies. 

Mais les "encartés politiques" souffrent aussi peut-être de la dilution de l'identité des partis, une dilution qui s'illustre d'ailleurs pour ces municipales. 

Il suffit de prendre des tracts au hasard, vous constaterez que de nombreux de candidats cachent leur étiquette politique, la masquent derrière des slogans passe-partout, du type « Marseille au cœur », « Tous pour Strasbourg », ou « Saint-Etienne d'abord », exemples bien sûr fictifs. 

Mais peut-être y a-t-il des causes plus profondes à ce désengagement. 

Un repli sur l'individu au détriment du collectif ; un quête du bonheur plutôt que du sacrifice. Et cela s'est illustré au plus haut niveau. 

Quand on y pense, cette décennie aura vu un Pape renoncer à sa charge et un prince anglais démissionner de la famille royale. Impensable il y a quelques décennies !

Bien sûr, Benoît XVI et Harry n'avaient pas pour vocation de distribuer des tracts sur les marchés, mais tout cela symbolise le détachement vis-à-vis des institutions, leur désacralisation. 

En somme, plus rien ne nous dépasse, et plus rien ne mérite le sacrifice, de son temps ou de sa vie privée. 

Alors on peut espérer que les grandes causes globales comme la protection de la planète suscitent à nouveau de l'action commune, l'investissement associatif, qui est aussi une forme d'engagement. 

Mais cette crise de vocation militante est inquiétante pour la santé de la démocratie. Car une fois les effectifs des partis politiques passées au tamis, il est à craindre qu'il ne reste que ceux qui espèrent une place, un siège, une prébende. Des militants, oui, mais de leur propre cause.

Frédéric Says

Chroniques

8H19
23 min

L'Invité(e) des Matins (2ème partie)

Rencontre avec Mona Ozouf
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......