LE DIRECT
Le président du MEDEF Geoffroy Roux de Bézieux et le Premier ministre Jean Castex, mercredi 26 août, à l'université d'été du mouvement des entreprises de France.

Quand la crise sanitaire a bon dos...

3 min
À retrouver dans l'émission

Ou l'effet d'aubaine en politique.

Le président du MEDEF Geoffroy Roux de Bézieux et le Premier ministre Jean Castex, mercredi 26 août, à l'université d'été du mouvement des entreprises de France.
Le président du MEDEF Geoffroy Roux de Bézieux et le Premier ministre Jean Castex, mercredi 26 août, à l'université d'été du mouvement des entreprises de France. Crédits : Gonzalo Fuentes - AFP

Connaissez-vous les « effets d'aubaine » en économie ? Par exemple, c'est quand un ménage bénéficie d'une prime pour l'achat de sa voiture, alors qu'il comptait de toute façon acheter une automobile.

Ou bien quand une entreprise obtient une aide à l'embauche, alors qu'elle voulait de toute façon embaucher. C'est cela l'effet d'aubaine.

Eh bien dans le champ politique, cette fois, il semble qu'il existe aussi des effets d'aubaine ces temps-ci. Des effets d'aubaine liés à la crise sanitaire.

En d'autres termes, comment on profite de l'épidémie pour pousser des mesures qu'on avait de toute façon dans le fond des tiroirs.

Un exemple frappant, hier, aux universités d'été du MEDEF. Ecoutez le Premier ministre Jean Castex, devant les chefs d'entreprise :

"Beaucoup de mesures de simplification ont été adoptées pendant la crise sanitaire par ordonnance. C'est aussi une des vertus de la crise. Eh bien je vous indique aujourd'hui que ces dispositions seront prolongées, amplifiées et si possible pérennisées". (applaudissements)

Autrement dit, des mesures exceptionnelles, en termes de droit du travail, de droit de l'urbanisme, censées être exceptionnelles le temps de passer la crise, vont devenir pérennes.

Et comme aurait dit La Palice, ce qui est pérenne n'est plus exceptionnel. CQFD.

Traversons l'échiquier politique et rendons-nous à la mairie de Paris.

Hier, la maire socialiste Anne Hidalgo a dit vouloir « piétonniser les abords des écoles », c'est-à-dire les interdire aux voitures.

Jusqu'ici, pas grand-chose à redire... mais ce qui est intéressant, c'est l'argumentaire qui accompagne cette mesure.

Les rues des écoles seront piétonnisées, dit la maire, « pour faciliter le respect des gestes-barrières ».

Alors là, les bras nous en tombent...

La voiture individuelle a sans doute tous les défauts de la terre, mais en termes de gestes-barrières, isolé dans l'habitacle, on fait difficilement mieux.

La décision de la mairie de Paris peut se justifier de beaucoup de manières (pollution, risque d'accident...), mais les gestes-barrières, il fallait y penser.

C'est davantage un projet de longue date, que la crise sanitaire permet de justifier.

Dans le même genre, retournons à l'université d'été du MEDEF, cette fois côté chef d'entreprises.

Voici ce qu'a déclaré hier leur président, Geoffroy Roux de Bézieux :

"Travailler davantage : je pense qu'il faudra rouvrir le débat. Notamment quand on arrivera au moment des 35heures... Euh de la retraite, pardonnez-moi... lapsus révélateur ou non révélateur (rires)"

« Travailler plus » : là encore, un projet de longue date ressorti des placards et dépoussiéré, réemballé sous l'étiquette des mesures anti-crise du covid.

Une manière de surfer sur l'émotion, de rendre acceptables des idées qui faisaient dissensus.

Une manière aussi de rendre moins facile l'opposition.

Car de manière subliminale, si vous n'êtes pas d'accord, c'est que vous êtes au fond un peu en faveur de la crise sanitaire.

Les responsables économiques et politiques seraient sans doute bien inspirés d'user de cette méthode avec parcimonie.

Car faire tenter de passer ses idées en douce grâce à la crise sanitaire, cela ressemble un peu à de la contrebande intellectuelle...

Au risque de faire peser la suspicion sur l'ensemble des mesures prises en réponses à la crise sanitaire, qui elles, sont, essentielles.

Voici resurgir les idéologies, derrière l'urgence. Et les masques tombent... ce qui n'est pas recommandé en temps d'épidémie.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......