LE DIRECT
Aéroport de Roissy

L'étrange obstination à vouloir privatiser "Aéroports de Paris"

5 min
À retrouver dans l'émission

Le processus de privatisation doit débuter la semaine prochaine avec l'adoption définitive de la loi PACTE à l'Assemblée nationale. Et il comporte encore de nombreuses zones d'ombre et pose de nombreuses questions.

Aéroport de Roissy
Aéroport de Roissy Crédits : Jack Guez - AFP

Alors que le gouvernement français s'inquiète de voir débarquer, sans prévenir, l'Etat Néerlandais dans l'actionnariat d'Air France - KLM, (présageant d'une bataille politico-économique dont on ne sait pas bien où elle va nous conduire,) il s'apprête à sortir du capital et privatiser Aéroports de Paris. 

Le projet de loi est sur le point d'aboutir. 

Cette privatisation fait partie de la loi PACTE (loi Pour lA Croissance et la Transformation des Entreprises) portée par le ministre de l'économie, Bruno Le Maire. Et elle doit être examinée par les députés, pour une lecture définitive, la semaine prochaine. 

Etant donné que la République En Marche dispose d'une large majorité à l'Assemblée, il ne fait aucun doute que la loi sera adoptée. 

Pourtant, bien peu de parlementaires en comprennent les tenants et les aboutissants. A commencer par les députés qui avaient auditionné le PDG d'Aéroports de Paris, Augustin de Romanet, en juillet dernier. Celui-ci avait eu bien du mal à les rassurer, notamment le socialiste Guillaume Garot et l'UDI Bertrand Pancher :  

- Est-ce que vous pouvez nous rappeler ce que rapporte, chaque année, ADP à l'Etat ?... - 170 millions d'euros en dividendes et 260 millions d'euros d'impôts sur les sociétés... - (ce sont) des résultats qui sont énormes. On va donc privatiser une machine qui remonte du cash à l'Etat...

Malgré les doutes de ces députés, l'Assemblée avait validé le projet du gouvernement en premier lecture, à l'automne dernier. 

Pas les sénateurs en revanche qui, le 12 février, ont annulé cette privatisation prévue dans la loi PACTE après avoir, à l'image du sénateur "Les Républicains" des Hauts de Seine Roger Karoutchi, exprimé, eux aussi, leurs doutes et leur incompréhension :  

Tout ça est extrêmement inquiétant. Autant je comprends une privatisation quand une entreprise publique ne marche pas et ne peut pas marcher tant qu'elle est tenue par les règles publiques, je comprends. Aéroports de Paris est une entreprise publique qui marche bien, qui fait des bénéfices, qui investit. Franchement, gardez la !

Il n'en est pas question, a répondu Bruno Le Maire après le vote des sénateurs, cette privatisation est une "nécessité absolue" (ce sont ses mots). 

Mais pourquoi, donc, faudrait-il privatiser ADP ? 

L'explication qu'a donné le ministre de l'économie en octobre dernier a bien du mal à emporter l'adhésion :  

- Pourquoi faisons-nous cette privatisation ? - Parce que nous considérons que le rôle de l'Etat n'est pas de toucher des dividendes, de se comporter comme rentier. Le rôle de l'Etat est de prévoir l'avenir de nos enfants en finançant les innovations de rupture et les investissements dans les nouvelles technologies dont nous aurons besoin demain...

A ce stade, il faut examiner ce que prévoit précisément ce projet de privatisation

L'Etat possède 50,6% des actions d'ADP et la vente pourrait rapporter 8 à 9 milliards d'euros selon les estimations. A cela, il faut ajouter le produit de la vente de la Française des Jeux et la vente d'un certain nombre de participations de l'Etat français au sein d'ENGIE, anciennement GDF.  

Tout ça doit permettre de réduire de quelques milliards la dette française. 

Et surtout doit permettre de constituer un fonds de 10 milliards d'euros qui sera placé sur les marchés financiers (un fonds, donc, à risque) et qui doit, selon les prévisions du gouvernement, rapporter 250 à 300 millions d'euros par an (ces estimations ne prennent évidemment pas en compte une éventuelle crise boursière). Et ces 250 à 300 millions sont destinés à financer des projets innovants qu'on a, nous dit-on, pas les moyens de financer autrement. 

Tout ça ne tient pas.  

On entendait le PDG, Augustin de Romanet, tout à l'heure. Aéroports de Paris a rapporté en dividendes à l'Etat Français, disait-il, 170 millions d'euros.  Ça, c'était en 2017. Pour 2018, c'est plus encore. On approche les 190 millions d'euros car le résultat net d'ADP a crû de 7% l'an dernier. Si vous ajoutez à cela ce que rapporte les deux autres entreprises, on est bien au delà des 300 millions d'euros. 

L'opération financière apparaît donc incompréhensible. 

Encore plus surprenant : le projet prévoit d'indemniser les actionnaires minoritaires car on estime que cette privatisation comporte un préjudice. Et ça pourrait coûter au contribuable 1 milliard d'euros, peut-être plus. 

Autre bizarrerie, le Conseil d'Etat, chargé d'examiner si cette privatisation ne présente pas un problème en raison d'une situation de monopole, a conclu que : non, pas du tout, ADP n'est pas en situation de monopole. Le groupe contrôle Roissy, Orly, Le Bourget et une dizaine d'aéroports d'Ile de France. C'est donc un aéroport régional. 

Enfin, cette privatisation est en réalité une concession de gestion pour une durée de 70 ans, autant dire une éternité, ce qui ne se fait jamais.

Résultat, personne n'y comprend rien, en particulier le sénateur socialiste Martial Bourquin. D'autant, dit-il, qu'on a l'exemple des autoroutes privatisées en 2005 et celui de l'échec de la privatisation récente de l'aéroport de Toulouse Blagnac dénoncé par la cour des comptes :  

Il n'y aurait pas eu Toulouse, il n'y aurait pas eu les autoroutes, on pourrait s'interroger. Mais là, on ne s'interroge plus. On sait que c'est une rente toute faite pour celui qui prendrait Aéroports de Paris demain. Alors on s'interroge : est-ce qu'après Nantes, euh, il faut satisfaire VINCI à Paris ? on s'interroge...

Et oui, parce que le groupe VINCI s'est positionné dans cette affaire. 

Selon Médiapart, le nom de la Caisse des Dépôts et Consignation du Quebec est également évoqué. Caisse dont fût premier vice-président, jusqu'en 2017, le député des français d'Amérique du Nord, Roland Lescure, qui est actuellement le rapporteur de la loi PACTE à l'Assemblée.  

Enfin, celui qui conseille financièrement le gouvernement pour cette privatisation est un très proche d'Emmanuel Macron, le banquier Bernard Mourad, qui lui a conseillé d'aller chez Rothschild en 2008 et qui a en partie financé sa campagne. 

Il y a donc beaucoup de questions et peu de réponses. Ce qui ne peut qu'alimenter les soupçons.  

Or, a-t-on besoin, en cette période troublée, où les complotismes foisonnent, d'alimenter les soupçons ? 

La réponse est dans la question...  

Stéphane Robert

Suite à une large diffusion de ce billet, le banquier Bernard Mourad, ami d’Emmanuel Macron, affirme ne pas être en charge du dossier concernant la « privatisation d’Aeroports de Paris » dont la banque « Bank of America - Merril Lynch » a reçu mandat de l’Agence des Participations de l’Etat pour apporter son conseil au gouvernement français. Son démenti via Twitter ci dessous :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Chroniques

8H19
43 min

L'Invité(e) des Matins

Face au malaise agricole : évolution ou révolution ?
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......