LE DIRECT
Edouard Philippe à l'Assemblée nationale, le 29 janvier 2019.

Les réponses de Normand d'Edouard Philippe

3 min
À retrouver dans l'émission

Invité hier soir de nos confrères de France Inter, le Premier ministre ne veut écarter aucune proposition, ne veut trancher aucune question, de peur de dévitaliser le Grand débat national.

Edouard Philippe à l'Assemblée nationale, le 29 janvier 2019.
Edouard Philippe à l'Assemblée nationale, le 29 janvier 2019. Crédits : Philippe Lopez - AFP

Que nos amis auditeurs de Rouen, Lisieux ou Saint-Lô veuillent bien me pardonner, mais c'est le Premier ministre lui-même qui m'a donné l'idée de ce titre, quand il a assuré, hier soir sur France Inter, qu'il ne faisait pas de "réponses de Normand". 

Or, comme souvent quand un responsable politique s'adonne à ce genre de démenti, c'est précisément ce qu'il est en train de faire. Autre exemple : "je ne ferai pas de langue de bois" : la phrase qui suit est en général taillé dans le meilleur teck. 

Ainsi donc, Édouard Philippe a passé plus d'une heure et demi à dialoguer avec les auditeurs. Et l'ancien maire du Havre a scrupuleusement veillé à ne prendre aucun risque. Exemple lors qu'il est interrogé par Fabienne Sintès sur le traitement des enseignants : 

"- Monsieur le Premier ministre, quand allez-vous augmenter les profs ?              
- Euh, c'est une bonne question..."

"Une bonne question", manière de ne pas prendre position. Et le Premier ministre a beaucoup, beaucoup utilisé cette technique hier soir. "Très bonne question", répond-il à une interrogation sur la représentativité des élus, mais il n'y aura pas non plus de réponse. Pas davantage sur la solidarité financière entre les communes :

"Ça, c'est une question politique exceptionnelle !"

Caractériser les questions, leur accoler des adjectifs, plutôt que d'y ajouter des éléments de réponses concrets. Seul le référendum d'initiative citoyenne et le rétablissement de l'ISF trouvent disgrâce aux yeux d’Édouard Philippe. 

Pour le reste, le chef du gouvernement se retranche derrière le grand débat national. Comme ici, quand il est interrogé sur la possibilité de cumuler les mandats électoraux : 

"Moi je préfère écouter ce que les Français ont à dire, et puis ensuite on en tirera les conséquences".

La prestation d’Édouard Philippe illustre l'impasse dans laquelle se trouve les membres du gouvernement pour les deux prochains mois, jusqu'à la fin du Grand débat. Comme si l'exécutif s'était lancé dans une partie de "ni oui ni non" géante, malgré les relances des interviewers. Un quinquennat en suspension. Les ministres ne peuvent pas se permettre de trancher, sauf à faire passer cette concertation nationale pour un gadget dévitalisé. 

Écoute. Humilité. Comme s'il fallait surjouer ces qualités qui ont sans doute manqué au début du mandat. Jusqu'à l'excès parfois. Le gouvernement ne peut même pas éliminer des propositions infaisables, inexactes, ou déjà mises en œuvre. Sous peine de passer pour arrogant et déconnecté. Écoutez, par exemple, la prudence de Sioux avec laquelle Édouard Philippe répond à cet auditeur, sur la fiscalité locale. 

"Je... je... me permets, non pas de corriger Simon, mais d'exprimer mon désaccord..."

Certes, il n'est jamais superflu d'user de précautions oratoires. Tout comme il est logique de ne pas livrer les choix du gouvernement avant la fin du débat. Mais une question demeure : à quoi cela sert-il de passer 1h30 dans un studio si l'on a rien de précis à y annoncer ? La réponse est sans doute contenue dans cette intervention de la ministre coordinatrice de ce grand débat national, Emmanuelle Wargon, hier à l'Assemblée :    

"1,2 million de personnes sont allées sur le site [du grand débat]. 3000 réunions locales se sont tenues. 500 000 contributions ont été rédigées... Ce débat a été plébiscité."

Inciter les citoyens à participer, en leur garantissant que tout (ou presque) est négociable. L'aspect quantitatif du Grand débat comme gage de sa réussite. Mais cette réussite dépendra surtout des suites politiques, des décisions inédites prises par le gouvernement. Et alors, ce ne sera plus le temps des réponses de Normand.

Frédéric Says

Chroniques

8H19
44 min

L'Invité(e) des Matins

Spéciale Nuits des Idées – Les humains vont-ils remplacer les robots ?
L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......