LE DIRECT
Le G7 est réuni jusqu'à lundi 26 août à Biarritz. les discussions portent sur le commerce international, l'Iran et la transition écologique. Un thème sur lequel Emmanuel Macron a reconnu qu'il avait "changé".

"J'ai changé"

3 min
À retrouver dans l'émission

Interrogé à l'occasion du G7, le chef de l'Etat a affirmé qu'il avait "changé" sur la question écologique.

Le G7 est réuni jusqu'à lundi 26 août à Biarritz. les discussions portent sur le commerce international, l'Iran et la transition écologique. Un thème sur lequel Emmanuel Macron a reconnu qu'il avait "changé".
Le G7 est réuni jusqu'à lundi 26 août à Biarritz. les discussions portent sur le commerce international, l'Iran et la transition écologique. Un thème sur lequel Emmanuel Macron a reconnu qu'il avait "changé". Crédits : Ian Lagsdon - AFP

"Le mouvement de la jeunesse [de protestation contre l'inaction climatique] m'a fait réfléchir. J'avais des convictions... J'ai changé d'ailleurs très profondément ces derniers mois, très profondément, j'ai beaucoup lu, beaucoup appris". (Emmanuel Macron à Konbini)

Le président reconnaît ici implicitement une lacune sur le sujet écologique. Ni sa formation intellectuelle, ni son expérience professionnelle, ni son goût personnel ne l'avaient sensibilisé à ces enjeux. 

« J'ai changé » : la formule interpelle car elle semble détonner dans ce monde politique, enclin à bomber le torse, à ne reconnaître aucune inflexion, aucune hésitation. A « assumer », selon le verbe à la mode. Ce monde politique prompt à vouloir tout réformer sauf lui-même.

Pourtant ce « j'ai changé », c'est une technique rhétorique déjà éprouvée. Nicolas Sarkozy en avait un fil conducteur de son premier discours de candidat à la présidentielle, en 2007 : 

"J'ai changé parce que l'élection présidentielle est une épreuve de vérité. J'ai changé parce que les épreuves de le vie m'ont changé". 

Assurer que l'on a changé, c'est à la fois se montrer modeste et présomptueux. Revendiquer en même temps l'auto-critique et l'auto-satisfaction. Cela revient à demander une deuxième chance aux électeurs qui ont chiffonné votre bulletin dans l'isoloir. 

Continuité

Il faut tout de même noter que des exceptions existent. 

Le candidat François Hollande, lui, n'a pas revendiqué « avoir changé ». Au contraire, il promettait une « présidence normale ». Autrement dit, il se voulait prévisible ; ne pas changer mais incarner le changement. 

De même, en Allemagne, Angela Merkel a gagné les élections en brandissant « la continuité ». En un mot, "le changement ce n'est pas maintenant". 

Mais on parle ici d'arguments de campagne électorale. Pour Emmanuel Macron, c'est différent. Ce « j'ai changé » intervient alors qu'il est au pouvoir. 

Alors comment comprendre ce mea culpa ? S'agit-il d'un calcul politique ? 

Et si on pariait d'abord sur la sincérité ? Après tout, pourquoi un responsable politique ne pourrait-il pas changer d'avis ? Quand on observe la mutation idéologique de Jacques Toubon (ministre à l'époque Balladur-Pasqua, devenu aujourd'hui défenseur des Droits aux accents quasi-révolutionnaires) on comprend que le cours des convictions politiques n'est pas un long fleuve tranquille. 

L'actualité rappelle d'ailleurs quotidiennement, à qui voudrait l'oublier, l'urgence climatique. 

Les rencontres, les lectures, l'expérience irriguent de vert la pensée présidentielle, donc. Même si les contradictions doivent être relevées.   Par exemple, le gouvernement a désavoué le projet minier de la Montagne d'Or en Guyane, mais il a autorisé cet été une autre recherche d'or et de métaux précieux sur le territoire guyannais, par un discret arrêté paru le 3 août

Reste que le chef de l’État a eu le cran de remettre en question l'accord avec le Mercosur, face à l'incurie du président brésilien en Amazonie. 

Archives

L'époque médiatique a changé elle aussi. Désormais, tout responsable politique voit ses déclarations filmées, recensées, archivées en permanence. 

Le zig zag idéologique se voit, se documente et se prouve. Mieux vaut donc reconnaître un changement de pied que de nier l'évidence... Sinon de cruels montages vidéo s'en chargeront à votre place. 

L'émission parodique de Jon Stewart aux Etats-Unis s'était fait connaître en organisant un débat entre le président George Bush et... lui-même quatre ans avant, lorsqu'il était gouverneur du Texas. Bush se contredisait sur des sujets majeurs. Pour le plus grand bonheur des téléspectateurs, pour le plus grand malheur de la constance en politique. 

L'urgence climatique imprègne donc les discours d'Emmanuel Macron. Tout comme la tentation de la postérité. 

Désormais, il semble évident que dans quelques décennies, l'Histoire jugera les responsables politiques des années 2010 à l'aune de leur action pour la planète. C'est aussi cela qui a « changé ».

Frédéric Says

Chroniques

8H19
46 min

L'Invité(e) des Matins

1989-2019 : l’histoire continue. Entretien exceptionnel avec Francis Fukuyama
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......