LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
 Sommet Européen 28 juin 2018

Pour Emmanuel Macron, le risque d'une année à contre-cycle

2 min
À retrouver dans l'émission

La saison politique qui s'ouvre, et qui nous mènera jusqu'aux élections européennes, au mois de mai.Une année électorale qu'Emmanuel Macron aborde à contre-cycle.

 Sommet Européen 28 juin 2018
Sommet Européen 28 juin 2018 Crédits : THIERRY ROGE - AFP

Il se voulait le chef d'orchestre des leaders progressistes triomphants. Il pourrait bien n'être finalement qu'un soliste, un peu perdu dans le concert de ceux qui jouent résolument une autre partition. 

Résumons : Emmanuel Macron est partisan du libre-échange et de la compétition mondiale, au moment où la planète se hérisse de barrières douanières, les fameux tariffs brandis par Donald Trump. Emmanuel Macron est pro-européen, avocat d'une intégration toujours plus complète, au moment où les autres pays-membres tombent un dans les bras des euro-sceptiques. On a beaucoup évoqué les pays de l'Est, l'Autriche, et bien sûr l'Italie. Dans deux semaines, c'est la Suède qui pourrait basculer. Le parti anti-immigration est crédité de 20% des voix. Dans ce contexte, le gouvernement français semble à contre-cycle, il a le vent de face, et ce n'est pas un vent rassurant, comme l'avait noté le Premier ministre Édouard Philippe.   

Les vents qui viennent, sont mauvais. Ils viennent de nos faiblesses. Ils viennent de nos lâchetés. Ils viennent de notre incapacité à obtenir des résultats et c’est ça que nous voulons avoir avec le gouvernement.  

Alors quelle voix peut porter la France, d'ici les élections européennes du mois de mai ? Comment apporter des réponses au rejet et à la peur des flux migratoires ? Comment ne pas paraître aveugle face à ce tremblement de terre démocratique, qui secoue à des degrés divers, tous les gouvernements en place?

Signe des temps, cette phrase, que nous avons repérée chez la pourtant très courtoise et très modérée reine du Danemark :   

On pensait qu'après avoir affronté la pluie et le vent, [les migrants] qui arrivaient au Danemark deviendraient danois. Nous avons été bien naïfs".

Entretien accordé ce week-end au Monde magazine. Cela vous pose une ambiance. 

Mais après tout, la poussée des extrêmes n'est pas nouvelle, surtout en France ? 

C'est vrai, mais l'effet de loupe sur l'hexagone est assez trompeur.   

En France, le Président reste tranquillement à l'abri derrière le mâchicoulis imprenable de la Vème République. Autrement dit, il peut repousser sans trop de mal les assauts de ses adversaires. Ailleurs, c'est différent : l'extrême-droite prend le pouvoir, ou bien elle y participe dans les coalitions. Pour l'heure, il n'est guère que le Portugal et l'Espagne qui soient épargnés. 

Pour Emmanuel Macron, à contre-cycle, l'urgence est donc de trouver des alliés. D'où la visite du chef de l'Etat au Danemark et en Finlande, à partir de demain. Il ne s'agit pas simplement d'avoir le plaisir de flâner dans le paradis du fameux modèle scandinave, il convient aussi de s'assurer des soutiens pour la difficile, très difficile bataille qui s'annonce. 

Est-il possible, sera-t-il possible en 2019, de mener une campagne pro-européenne, pro-euro, pro-libre-échange ? Voilà le défi de cette année. Une année cruciale pour la construction européenne ou la déconstruction européenne. Et cette fois, les envolées lyriques du type « l'Europe c'est la paix », certes factuelles, ne seront pas d'une grande utilité. Pour les eurosceptiques en pleine dynamique, c'est même à peu près aussi efficace qu'un doigt d'honneur dans une moufle : ça n'a pas d'effet majeur.    

Frédéric Says

Chroniques
8H18
40 min
L'Invité(e) des Matins
Rentrée politique : Jupiter redescend sur terre ?
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......