LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Faut-il passer de l'autre côté du micro ?

Ces journalistes qui deviennent communicants

4 min
À retrouver dans l'émission

Les allers-retours entre les deux professions se banalisent.

Faut-il passer de l'autre côté du micro ?
Faut-il passer de l'autre côté du micro ? Crédits : Pascal Pavani - AFP

Vous êtes peut-être passés à côté de cette nouvelle (c'est vrai qu'elle elle est lointaine et semble anecdotique) : Charles Michel, le nouveau président du Conseil européen, vient de nommer un "conseiller média et stratégie" du nom de Jurek Kuczkiewicz. Or il s'avère que celui-ci était jusqu'à présent... journaliste. 

Et pas à n'importe quel poste, une fonction éminente : chef du service international du journal Le Soir, qui est l'un des grands quotidiens de référence en Belgique. 

Bien entendu, Charles Michel nomme qui il veut et chacun est libre de suivre la carrière qui lui plaît. Mais ces transferts entre deux fonctions qu'a priori tout oppose - journaliste et communicant - sont de plus en plus fréquents. 

Autre exemple, lui aussi passé quasi-inaperçu, cette fois en France. Un ancien présentateur de chaîne d'info continue (LCI, i-télé, BFM TV) est devenu conseiller communication en contrat avec le Rassemblement national. Pascal Humeau est depuis quelques mois le coach, entre autres, de Jordan Bardella, le chef de file du RN aux européennes. 

Certes, le phénomène n'est pas entièrement nouveau. Souvenez-vous de Claude Sérillon, ancien présentateur du 20h à la télévision publique reconverti en stratège de François Hollande. 

Plus récemment, Bruno Roger-Petit a troqué le maillot d'éditorialiste au magazine Challenges contre celui de conseiller d'Emmanuel Macron à l'Elysée. 

Mais ce qui est intéressants, c'est que ces transferts ne font presque plus de bruit, ne "défraient plus la chronique", selon l'expression consacrée.  

Pourquoi cette banalisation ? 

Sans doute parce que le métier de journaliste se précarise, il offre moins de débouchés, sur fond de crise de la presse alimentée par la baisse des ventes et la diminution de la publicité (captée par les GAFA). Dès lors, ces opportunités font sans doute réfléchir à deux fois ceux que la carte de presse démange moins que la carte bleue. 

Par ailleurs, la "muraille de Chine" entre les deux métiers (porte-parole et journaliste) s'est affaissée. 

Regardez les plateaux télé : il n'est pas rare que les éditorialistes revendiquent une affiliation politique : sur LCI, Gérard Miller vote pour les Insoumis, Françoise Degois penche pour le Parti socialiste, etc. Autre exemple en sens inverse : Laurence Saillet, qui était porte-parole du parti Les Républicains, est maintenant chroniqueuse sur l'actualité chez Cyril Hanouna. 

Bref, la confusion facilite la fusion. 

Si ces transfert font moins de bruit, c'est peut-être aussi pour une raison plus triste. Ils ne choquent plus parce qu'ils ne surprennent personne, en cette période de défiance accrue envers les institutions. "Les journalistes et les politiques sont cul et chemises, copains, comparses voire complices", entend-on à longueur de sondages. 

Pour une partie du public, ces mariages contre-nature font voler en éclat, non pas la déontologie, mais l'hypocrisie du milieu. "Au moins la corruption s'affiche au grand jour", si l'on résume cette pensée.  

Pourtant, ce jeu de va-et-vient entre la com' et la presse est dévastateur... 

Il laisse entendre au public que les deux professions sont interchangeables. Il instille le soupçon que les journalistes d'aujourd'hui sont les porte-parole de demain ; dans ce cas, quelle crédibilité leur accorder ? 

Pire encore : cette mauvaise habitude répand l'idée que le journalisme serait un sas pour nouer des contacts avec les politiques, en attendant de se faire grassement rémunérer par eux. 

Bien sûr, ces quelques exemples représentent une goutte d'eau par rapport aux 35 000 détenteurs d'une carte de presse en activité en France, mais le symbole est là. 

Par ailleurs, les reporters défroqués compliquent la tâche de leur ex-collègues. Comme le note Jean Quatremer, le correspondant à Bruxelles du journal Libération, il va devenir de plus en plus difficile de trouver des sources. Car comment ces dernières vont-elles désormais oser se confier, parler sous couvert d'anonymat... à un (potentiel) futur communicant ? 

Autrement dit, « un lanceur d’alerte osera-t-il encore parler à un journaliste qu’il risque de retrouver un jour au service de l’institution qu’il a dénoncée ? » s'interroge Jean Quatremer. 

Dans tous les cas, ne serait-il pas sage d'imposer une période de carence, d'inactivité, entre l'exercice du journalisme et de la communication politique ? Une interdiction de travailler pendant plusieurs années, comme c'est le cas pour les hauts fonctionnaires qui partent dans des entreprises privées, pour prévenir les conflits d'intérêt ? 

Et bien sûr, les départs de la presse vers la com' politique doivent être des allers sans retours. 

Sauf à ce que les intéressés nous convainquent qu'il s'agit du même métier. Ce qui serait, dans leur bouche, un dramatique et tardif aveu. 

Frédéric Says

Chroniques
8H19
42 min
L'Invité(e) des Matins
Élections en Algérie : que demande le peuple ?
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......