LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'élection présidentielle américaine oppose Donald Trump, 74 ans, et Joe Biden, 77 ans.

L'âge du capitaine

4 min
À retrouver dans l'émission

Quel rôle joue l'âge en politique ?

L'élection présidentielle américaine oppose Donald Trump, 74 ans, et Joe Biden, 77 ans.
L'élection présidentielle américaine oppose Donald Trump, 74 ans, et Joe Biden, 77 ans. Crédits : Jim Watson - AFP

Qui remportera cette nuit l’élection présidentielle américaine ? A ce stade, peu de certitudes, sauf une : il s’agira d’un candidat septuagénaire. Le scrutin oppose les fringants Joe Biden, 77 ans et Donald Trump, 74 ans. Ils sont nés en 1942 et 1946 ! 

Dans cette jeune nation qu’est l’Amérique, la question de l’âge n’est pas uniquement théorique. Elle fait partie de la campagne. 

Les soutiens de Joe Biden s’inquiètent parfois des absences de leur idole. Comme ici, lorsqu’il semble oublier le prénom de son adversaire Donald Trump, et qu’il le rebaptise “George”. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le camp d’en face se sert de ces faux pas. Donald Trump surnomme son adversaire : “Sleepy Joe” (Joe l’endormi). Il va même jusqu’à laisser entendre que Biden est si vieux, qu’il pourrait ne pas finir son mandat. 

C’est d’ailleurs pour ça que Trump cible dans ses discours Kamala Harris, la colistière de Joe Biden, appelée à lui succéder à la Maison Blanche si malheur arrivait au candidat démocrate. 

Biden, doyen des deux candidats, serait aussi à 77 ans le doyen des présidents américains en cas d’élection. 

Le record était jusqu’ici détenu par un certain Donald Trump, qui a juré sur la bible à 70 printemps passés. 

D’où vient cet attrait pour les prétendants chenus ? Est-ce l’incertitude du monde, la confusion des événements qui poussent les citoyens à se tourner vers l’expérience ? 

Avec le risque, Frédéric, que tout cela ressemble à une gérontocratie : un gouvernement des vieux…

Oui, même si l’énergie n’est pas corrélée à l’état civil, il y a de quoi s’interroger sur les possibilités de renouvellement, de refondation, de regénération de la démocratie américaine, quand la finale se joue avec un âge moyen de plus de 75 ans. 

Il existe un âge minimal pour voter… Faudrait-il dans nos démocraties imposer un âge maximal pour se présenter ? 

La super pêche 

En France, nous n’en sommes pas là. L’actuel chef de l’Etat a été élu alors qu’il était sur la fin de la trentaine. 

D’ailleurs, est-ce pour faire oublier cette insolente jeunesse qu’Emmanuel Macron emploie volontiers les mots les plus surannés ? Est-ce pour cela que les fêtes sont renommées les “parties” ; et les mensonges deviennent des “carabistouilles”

Il arrive, cela dit, que d’autres prennent le parti inverse. Du vocabulaire jeune - ou supposé tel - chez les anciens. 

Comme ici Alain Juppé, en 2016, alors candidat à la primaire de la droite : “J’ai la pêche, mais avec vous c’est la super pêche !”

Comment définir cette phrase ? C’est une manière de faire jeune... qui a elle-même vieilli, disons ? 

Cela dit Juppé président de la République n’aurait pas dépareillé vis-à-vis de la plupart de ses homologues. L’Algérien Tebboune a 74 ans. L’Ivoirien Ouattara 78 ans. L'Italien Mattarella 79 ans.

En politique, l’âge est même parfois présenté comme une vertu. Une marque de sagesse.  

Rappelez-vous l’expression du général de Gaulle, à son retour aux affaires en 1958 :  

"Pourquoi voulez-vous qu’à 67 ans je commence une carrière de dictateur ?”

Cela s’appelle “retourner le stigmate”. D’ailleurs, Jean-Luc Mélenchon, pas plus tard que la semaine dernière, s’est librement inspiré de la petite phrase gaulliste : 

"Pour moi, la présidentielle n'est pas un problème d'égo. Je vais avoir 70 ans l'été prochain, ma carrière n'est plus une préoccupation !”

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Jouer avec l’âge est un jeu dangereux dans une campagne électorale. Ce n’est pas Lionel Jospin qui dira l’inverse… Lui qui a dû regretter 1000 fois d’avoir qualifié son rival de l’époque Jacques Chirac de “vieilli, usé, fatigué”.

Chirac s’était plaint d’un “délit de sale gueule”. Il avait pu camper la victime de "discrimination âgiste", comme on dirait maintenant, et creuser son avantage parmi le vote des seniors. Vote décisif.

Car les électeurs les plus âgés sont ceux qui s’abstiennent le moins. Le plus fort taux de participation est enregistré à 70 ans, figurez-vous.

Voilà peut-être aussi pourquoi les candidats sont âgés, dans une démocratie qui peine à susciter l’intérêt des plus nouvelles générations. Ils ressemblent finalement à leurs électeurs. 

Frédéric Says

Chroniques
8H19
43 min
L'Invité(e) des Matins
L’université, au carrefour des crises avec Jean Chambaz et Pascale Dubus
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......