LE DIRECT
L'Assemblée nationale a mis en place un registre obligatoire pour les représentants d'intérêts.

La notion floue de lobby en politique

3 min
À retrouver dans l'émission

L'usage du terme "lobby" revient régulièrement dans les discours politiques, pour refléter des réalités différentes.

L'Assemblée nationale a mis en place un registre obligatoire pour les représentants d'intérêts.
L'Assemblée nationale a mis en place un registre obligatoire pour les représentants d'intérêts. Crédits : Manuel Cohen - AFP

Au fond, qu’est-ce qu’un lobby ? A première vue, la réponse semble évidente. Derrière le mot lobbyiste, on entrevoit mentalement des hommes en costume gris, qui défendent dans la pénombre des causes par définition douteuses : on parlera volontiers du lobby du tabac ou du lobby des armes à feu. Un imaginaire forgé par la fiction, par exemple chez Capra, dans "Mr. Smith goes to Washington". Où il est question d'un terrain convoité par un riche homme d'affaires. Lequel va utiliser tous les moyens pour l'obtenir - et notamment essayer de ruiner la carrière politique du sénateur Smith. 

Des industries puissantes qui veulent pousser leur avantage, au besoin de manière rugueuse. Cela échappe aussi parfois à la fiction. Anne Hidalgo, la maire de Paris, avait fait état de menaces, il y a un an sur Europe 1 : 

"J'ai dit que je m'étais faite menacer, je n'ai jamais cité de nom. Il y a une offensive il y a des lobbies très très puissants (...) les lobbies industriels, notamment ceux qui résistent, qui ne veulent pas passer dans cette économie dé-carbonnée - menacent [les élus], bien évidemment." 

On est quasiment dans un film d’épouvante, qui pourrait s’appeler : « menaces, voies sur berges et particules fines ». Et il est vrai que dans le discours politique, le mot de lobby est souvent utilisé pour désigner des structures hostiles et discrètes. Par exemple, l’ancienne ministre socialiste Delphine Batho, renvoyée par François Hollande et Jean-Marc Ayrault, avait utilisé cette explication : 

"Depuis plusieurs mois, certaines puissances économiques n'acceptaient pas le niveau d'ambition que je fixais pour la transition énergétique. Ces forces dont je parle ne se sont pas cachées de vouloir ma tête. Mais si le gouvernement avait été solidaire, elles n'y seraient pas parvenues." 

"Lobby" est une expression fourre-tout, un peu facile et pas très précise. On peut être une ONG environnementale et un lobby : Greenpeace est d’ailleurs inscrite au registre des représentants d'intérêt à l’Assemblée nationale. 

Prenons un autre exemple, dans un dossier sensible ; celui du loup. Qui est le lobby ?   S'agit-il des éleveurs, qui demandent aux autorités de tirer sur le prédateur ? Ou bien s’agit-il des associations de protection de la biodiversité ? En réalité, les deux. 

Si tous les lobbies ne se valent pas, on est finalement toujours le lobby de quelqu’un d'autre. Illustration lors des débats sur le mariage pour tous. Voici Marine Le Pen, invitée de Jean-Jacques Bourdin, qui critique François Hollande : 

"Voilà un président de la République qui est rappelé à l'ordre par un micro-lobby : l'inter-LGBT... qu'il reçoit dans les 24 heures à l'Elysée. Mais enfin écoutez monsieur Bourdin : où on est ?"

L’inter-LGBT, un "micro-lobby" dénoncé par Marine Le Pen ; tandis que les pro-Mariage pour tous s’indignaient du "lobbying" de Frigide Barjot et de la Manif pour tous. 

On peut avoir l’impression que tout mouvement collectif qui échappe à un parti politique est qualifié de lobby. Peu à peu ces dernières années, dans la longue course à la transparence, la République a tenté d’en finir avec ce côté sulfureux : oui, les lobbies existent bien, non ils ne sont pas forcément retors ou dangereux. D’où l’introduction d’un registre obligatoire à l'Assemblée nationale et au Sénat. Une vision inspirée du parlement européen, où les représentants d'intérêt sont une profession comme une autre... 

Peut-être connaissez-vous la définition d’un alcoolique selon Ambrose Bierce : "c’est quelqu’un que vous n’aimez pas et qui boit autant que vous". On pourrait s'inspirer de cette définition satirique : "un lobbyiste, c'est quelqu'un qui essaye de peser sur la décision...  et qui n'est pas d'accord avec vous."

Frédéric Says

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Chroniques

8H19
26 min

L'Invité des Matins (2ème partie)

Glyphosate : les lobbies intoxiquent-ils les politiques ?
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......