LE DIRECT
Notre-Dame de Paris, monument emprunt à la fois de religion et de politique

Notre-Dame de Paris, un symbole politique

3 min
À retrouver dans l'émission

Notre-Dame de Paris est un lieu où s'est joué une partie de l'histoire de la nation française et où la religion et la République ont appris à coexister.

Notre-Dame de Paris, monument emprunt à la fois de religion et de politique
Notre-Dame de Paris, monument emprunt à la fois de religion et de politique Crédits : Patrick Kovarik - AFP

On attendait, hier soir, à 20 heures, la parole du président de la République sur la suite qu'il compte donner au grand débat national lancé il y a maintenant 3 mois. 

Finalement, il a bel et bien parlé mais pas du tout pour nous annoncer ce qu'il avait prévu de nous annoncer.  Et il l'a fait beaucoup plus tard à 23 H 30, de façon très brève, devant la cathédrale Notre-Dame de Paris qui brûlait encore à cette heure-là :  

C'est l'épicentre de notre vie. C'est l'étalon d'où partent les distances et d'où l'on se mesure depuis Paris. C'est une cathédrale qui est celle de toutes les françaises et de tous les français, même celles et ceux qui n'y sont jamais venus.

L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris a balayé l'instant politique choisi par le président de la République pour ce qui était annoncé comme un moment essentiel du quinquennat. 

Pourquoi ?  Parce que Notre-Dame de Paris n'est pas seulement une cathédrale, c'est aussi un monument qui a valeur de symbole politique.

C'est la raison pour laquelle la plupart des responsables politiques que compte ce pays se sont émus, hier soir, de ce qui était en train de se passer. Et en particulier Jean-Luc Mélenchon qui s'est montré très affecté :  

Notre-Dame, c'était le lieu où les français se sont retrouvés en toutes circonstances, quelle que ce soit leur foi. On pense à ces moments particuliers, notamment celui de la libération du pays... Moi, j'ai pas la tête à la politique pour au moins 24 heures... Pour l'instant, nous sommes en deuil.

C'est effectivement un lieu chargé de l'histoire du pays. 

Napoléon y a été sacré empereur en 1804. Des funérailles nationales y ont été célébrées pour Mitterand en 1996, pour Pompidou en 1974 et pour De Gaulle en 1970 :  

Seigneur... ton serviteur Charles De Gaulle, délivre-le aujourd'hui de tout mal pour le faire entrer dans l'éternel repos.

On y a également joué La Marseillaise... au GRAND orgue...  Le 9 mai 1945... au lendemain de la capitulation de l'Allemagne nazie...  Ainsi qu'après les attentats du 13 novembre 2015...  

Notre-Dame de Paris est un lieu où s'est joué une partie de l'histoire de la nation française et représente donc un capital culturel et mémoriel qui participe de l'unité nationale

Mais plus que ça encore, c'est un lieu où se sont affrontées la politique et la religion et où, au bout du compte, se sont réconciliées la politique et la religion. Et où ont appris à coexister la République et la religion (qui constituent sans doute les deux terreaux fertiles de l'unité de la nation française). 

Et c'est sans doute pour ça qu'il n'est pas si surprenant de voir le "laïcard" Jean-Luc Mélenchon s'émouvoir. 

Au temps de la monarchie déjà, en 1572, le protestant Henri de Navarre y a épousé la catholique Marguerite de Valois. C'était quelques jours avant la Saint Barthélémy. 

Au moment de la révolution, un débat très vif s'est engagé entre les révolutionnaires qui voulaient détruire les monuments symbolisant l'ordre ancien et ceux qui voulaient les protéger. A cette époque, Notre-Dame de Paris est devenue, pour quelques temps, un entrepôt où l'on stockait les vins de la République. 

Ensuite, il y a eu les plaidoyers de l'historien et homme politique François Guizot, et puis surtout de Victor Hugo, pour la réhabilitation de Notre Dame de Paris. 

De façon plus général, la bataille pour la préservation du patrimoine, et notamment du patrimoine religieux, a été une bataille politique de longue haleine. Et au début du vingtième siècle, l'un des plus fervents défenseurs de la préservation a été le très nationaliste Maurice Barrès. Il faut que la nation, disait-il, "soigne son trésor, fût il religieux". 

C'est donc un lieu éminemment politique qui a brûlé au cœur de Paris où s'est noué l'histoire de la monarchie, puis de la République, et du catholicisme. C'est ce lieu qu'a promis de rebâtir, hier soir, le président Emmanuel Macron. 

Ca prendra du temps évidemment. 

En attendant, et à beaucoup plus brève échéance, le chef de l'Etat va aussi devoir reconstruire le moment politique qu'il avait préparé pour faire ses annonces aux français et qui a lui aussi été détruit par les flammes, hier soir.

Chroniques

8H19
45 min

L'Invité(e) des Matins

Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes : quel avenir pour la cathédrale ?
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......