LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Isabelle et Patrick Balkany au jugement de leur procès, le 13 septembre 2019.

Patrick Balkany ou la force de l'habitude

4 min
À retrouver dans l'émission

Le maire sortant de Levallois, condamné en première instance, a annoncé sa candidature depuis sa prison.

Isabelle et Patrick Balkany au jugement de leur procès, le 13 septembre 2019.
Isabelle et Patrick Balkany au jugement de leur procès, le 13 septembre 2019. Crédits : Thomas Samson - AFP

C'est une scène qu'on croirait tirée d'un film sur le Chicago des années 20. Patrick Balkany, par téléphone depuis sa cellule, annonce sa candidature aux prochaines élections municipales. 

Cela s'est passé avant-hier. Son épouse Isabelle Balkany a bien tenté de préciser que ce coup de téléphone, passé aux fidèles lieutenants de la ville de Levallois, avait d'abord pour but de remercier la majorité municipale pour son travail. Mais elle a tout de même confirmé cette candidature décidée entre les murs de la prison de la Santé. 

Cela a suscité, bien sûr, des avalanches d'articles et de commentaires, au choix estomaqués, amusés, ou impressionnés. 

Alors que nous raconte cet épisode ? 

D'abord, il montre que la figure de Patrick Balkany attire toujours autant l'attention médiatique. Pas simplement à cause de sa condamnation récente - en première instance - pour fraude et blanchiment de fraude fiscale. 

Sans doute représente-t-il, dans le monde aseptisé de la politique d'aujourd'hui, un contre-exemple dont sont friands les journalistes. 

A l'heure où les Marcheurs déambulent en costumes ajustés, arrosent leur déjeuner d'eau minérale et recrachent des éléments de langage formatés... la figure de Patrick Balkany, son culot, ses emportements, ses coups de gueule portés par une voix de fumeur de havane, captent la lumière, comme la réminiscence d'une autre époque politique. 

Même l'avocat de Balkany, l’intarissable Eric Dupont-Moretti, en était resté bouche bée. [extrait sonore]. 

Démenti

Le cas Balkany fascine aussi pour son côté anachronique. 

A un moment où la transparence et la probité sont érigées en valeurs cardinales dans la vie politique ; où les députés sont obligés de garder les tickets de caisse du moindre plateau-repas... l'homme de la "villa Pamplemousse" est élu et réélu malgré les affaires. Et cela sonne comme un étrange démenti. 

Certes, pour assurer sa longévité, le couple Balkany a régulièrement joué la carte de la victimisation, se présentant comme harcelé par les juges et les journalistes. Patrick Balkany est même allé jusqu'à confisquer la caméra d'une équipe de BFM TV dans sa permanence, sous les hourras de ses partisans. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

La caméra fut rendue et Balkany fut réélu. Et si le peuple de Levallois l'a choisi, alors il a raison. En démocratie, vox populi, vox dei. Les citoyens ont le dernier mot. 

Le destin de Patrick Balkany, devenu édile pour la première fois en 1983, est intéressant car il symbolise également ce face-à-face silencieux entre la justice et la politique. Ou plus précisément entre la légitimité morale et la légitimité électorale. 

Patrick Balkany est l'incarnation de ce duel incertain, lui qui est bousculé par les faits divers et régulièrement requinqué par les printemps électoraux. 

Lien

Mais au-delà des procédures judiciaires, il illustre aussi la force de l'habitude, l'attachement à leur maire qu'éprouvent des millions de Français. 

En ces temps de désincarnation de la chose publique, le maire est la figure que l'on peut voir, que l'on peut toucher, qu'on peut malmener ou féliciter. Il est, d'une certaine manière, le dernier point de contact physique avec la politique. 

C'est peut-être ce lien, cette force de l'habitude, que les habitants de Levallois craignent de rompre. Dans un tout autre contexte, c'est aussi ce qui pousse Gérard Collomb à Lyon et Martine Aubry à Lille à se représenter. 

Figures identifiées, dont on peine à distinguer les successeurs, ils semblent ne jamais devoir rendre leur écharpe tricolore. 

Comme si toutes ces figures locales constituaient un dernier rempart face à l'indifférence et à la défiance. 

En 2017, la présidentielle fut marqué par l'avènement revendiqué d'un « Nouveau monde ». 

En 2019, les municipales seront-elles la revanche de l'Ancien ? 

Frédéric Says

Chroniques
8H19
43 min
L'Invité(e) des Matins
Services publics : services menacés ?
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......