LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'entourage d'Emmanuel Macron fait son entrée au Palais de l'Elysée le 14 mai 2017

Les hommes du Président Macron

4 min
À retrouver dans l'émission

Autour d'Emmanuel Macron, ils sont souvent présentés comme une « bande de copains », comme des « mousquetaires ». Cela renvoie à l’idée d’une équipe soudée mais ici, en particulier, d’une solidarité masculine.

L'entourage d'Emmanuel Macron fait son entrée au Palais de l'Elysée le 14 mai 2017
L'entourage d'Emmanuel Macron fait son entrée au Palais de l'Elysée le 14 mai 2017 Crédits : DENIS MEYER / HANS LUCAS - AFP

Un an que nous sommes en macronie, 365 jours qu’Emmanuel Macron officie aux plus hautes fonctions. Il n'a pas découvert l’Elysée. Il connaissait la demeure. Il y a une forme de continuité du pouvoir. Pour reprendre une formule trouvée dans un article du Point du mois de février :

« C’est comme si Emmanuel Macron avait éteint la lumière un vendredi soir et serait revenu au bureau le lundi matin en retrouvant le dossier qu’il avait laissé sur le coin de la table. »

La formule est celle d’un homme, Rémy Rioux, ancien directeur de cabinet d’un autre homme, l’ancien ministre de l'économie et des finances Pierre Moscovici à Bercy. J’insiste à dessein sur le genre de ces acteurs politiques, vous allez voir à quel point on parle bien là des hommes du président. Rémy Rioux, qui dirige aujourd’hui l’AFD, le bras armé de la France en matière de développement, dans un article de L’Obs à son sujet, est décrit comme un énarque discret de 48 ans qui du temps de Bercy "avait recruté Alexis Kohler – aujourd’hui secrétaire général de l’Elysée -, Julien Denormandie – actuel secrétaire d’Etat à la cohésion des territoires -, Laurent Martel – devenu conseiller fiscal à l’Elysée – et même Ismaël Emelien, le conseiller spécial d’Emmanuel Macron. Tous concepteurs ou militants de la première heure d’En Marche !" explique la journaliste de l’hebdomadaire. Rémy Rioux était par ailleurs élève à l’ENA en même temps que l’actuel premier ministre Edouard Philippe. 

Tout ce petit monde d’hommes a fait la route ensemble

Ils sont souvent présentés comme une « bande de copains », comme des « mousquetaires ». Cela renvoie à l’idée d’une équipe soudée mais ici en particulier d’une solidarité masculine. On pourrait ajouter aux hommes du président déjà cités, le conseiller politique Stéphane Séjourné lui aussi ancien de Bercy, le normalien Sylvain Fort en charge des discours, Cédric O conseiller économique, fidèle parmi les fidèles, l'argentier d'En Marche ! ou l’ex-directeur de la campagne Jean-Marie Girier envoyé place Beauvau à un jet de pierre du Palais comme directeur de cabinet du ministre de l’intérieur.

Tous des hommes qui ne manquent pas de se faire "des retrouvailles viriles devant une bonne viande d’Argentine" comme le décrit Sophie Des Déserts dans un article récent de Vanity Fair

Et c’est cette entraide d’une certaine façon qui est pointée par Mediapart dans différents papiers publiés depuis une bonne semaine, c'est aussi cette porosité entre la haute administration et le secteur privé. Alexis Kohler, le secrétaire général de l’Elysée, malgré, nous disait l’article du point « son goût pour le service de l’Etat transmis par son père, lui-même longtemps haut fonctionnaire au Conseil de l’Europe, à Strasbourg » est allé, avant la victoire d'Emmanuel Macron, pantoufler dans une entreprise privée, le croisiériste MSC, mais pas n’importe quelle entreprise puisque c’est une affaire de famille contrôlée par son cousin. Mediapart raconte comment il s’est retrouvé dans des réunions à Bercy devant d’anciens collègues un peu effarés le voyant défendre les intérêts de sa compagnie, bien que tout ait été validée par la commission de déontologie.

Question sur un possible conflit d’intérêt posée à l’Assemblée nationale par le député Les Républicains Olivier Marleix il y a une semaine. Réponse de Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement. 

Écouter
28 sec
Benjamin Griveaux répond à Olivier Marleix (LR) le 9 mai 2018

Comme le dit ici Benjamin Griveaux, le brouillage entre public et privé est presque théorisé. Il convient de faire des aller-retours comme un signe de réussite et pour cela on s'entraide souvent, entre hommes, on fait fonctionner son réseau, faisant ainsi perdurer l’idéal masculin du dirigeant dans un monde professionnel pourtant féminisé, dans une fonction publique féminisée. Et ça, on l'apprend dans une enquête, un livre sur « Le plafond de verre et l’état » sous-titrée "la construction des inégalités de genre dans la fonction publique", c'est co-écrit par cinq chercheurs et publié ces jours-ci chez Armand Colin.

Chroniques
8H19
23 min
L'Invité(e) des Matins (2ème partie)
Conflit israélo-palestinien : du sang, des larmes, et après ?
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......