LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
-

Pourquoi le président demande à relire ses interviews

4 min
À retrouver dans l'émission

Et pourquoi c'est une pratique contestable.

-
- Crédits : Ludovic Marin - AFP

Ce devait être une interview avec les grands journaux régionaux, lundi, à l'Elysée. Mais deux titres ont laissé leur chaise vide face à Emmanuel Macron. La Voix du Nord et le Télégramme ont séché le rendez-vous, notamment parce que la présidence a demandé à relire et à valider la retranscription des propos présidentiels. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Ce boycott a immédiatement déclenché une large controverse sur les réseaux sociaux. 

Les uns saluant cette décision du journal contre "la censure en Macronie". Les autres justifiant la requête de l'Elysée par le désagréable réflexe qu'auraient les journalistes de déformer les propos. 

Alors commençons par débroussailler un peu tout cela. 

Pas nouveau

Cette pratique de la relecture a-t-elle commencé avec Emmanuel Macron ? Non, et loin s'en faut. Les précédents chefs de l’État avaient la même exigence - ou plutôt leurs services de presse. Et à vrai dire, les ministres également. 

Deuxième question : cette pratique est-elle circonscrite à la politique ? Non, il est courant que les grands patrons ou les vedettes fassent cette demande. 

Alors s'agit-il d'une tempête dans un verre d'eau - ou plutôt dans un verre d'encre ? Non plus. 

Ce n'est pas parce qu'une pratique est ancienne qu'elle est justifiée ; ce n'est pas parce qu'elle est répandue qu'elle est légitime. Car derrière la demande de relecture, se cache souvent celle de la réécriture. 

Certes, la réécriture vise souvent à rendre le propos plus fluide, à ôter des répétitions ou des imprécisions. Mais nombre de journalistes de la presse écrite peuvent témoigner de ces entretiens riches et denses... revenus broyés, malaxés, dépourvus de toutes leurs aspérités initiales après relecture par les communicants. 

En ce cas, autant rédiger un communiqué de presse. Cela fera gagner du temps à tout le monde.

Un exemple de cette dérive ? 

Nous sommes en 2016, sous le quinquennat de François Hollande. Manuel Valls est à Matignon et Myriam El Khomri occupe le ministère du Travail. 

Celle-ci accorde un entretien au journal Les Echos pour défendre la loi Travail, qui suscite alors beaucoup de contestation. Les collaborateurs de Manuel Valls demandent à relire l'interview. Et ils rajoutent dans la bouche de Myriam El Khomri une phrase qu'elle n'a jamais prononcée. Quelques mots qui ouvrent la voie au 49.3 pour faire passer en force la loi travail au Parlement. 

Voilà donc une ministre qui se voit imposer des déclarations qu'elle n'a pas tenues, mais dont elle sera responsable devant les syndicats, devant les parlementaires et devant l'opinion publique. 

Mais l'affaire ne s'arrête pas là. 

L’Élysée réclame aussi un droit de modification. François Hollande trouve la formule ajoutée par Matignon trop abrupte. La présidence efface donc la menace du 49.3. 

Mais pas de chance, pendant ces atermoiements, l'heure tourne et le journal est déjà bouclé. La rectification de l’Élysée arrive trop tard. Et la version qui paraît est celle de Manuel Valls, contre l'avis de François Hollande et à rebours des propos de Myriam El Khomri. 

Bref, dans ces conditions, une interview politique ressemble à une bouillabaisse dans laquelle chacun verse son ingrédient. A la fin, on n'est plus très sûr de ce que l'on consomme. Voilà où peut mener la relecture. 

Nombre de journalistes étrangers s'étonnent d'ailleurs de cette habitude 

Un grand journal britannique, le Guardian, après avoir interviewé François Hollande, avertit ainsi ses lecteurs : « Conformément à un usage français, les citations ont été validées avant publication ». 

Le New York Times interdit la relecture, sauf pour les sources qui possèdent des données cruciales, comme les lanceurs d'alerte. On pourrait imaginer étendre cette règle aux entretiens très techniques, par exemple avec des scientifiques, pour éviter tout contre-sens. 

Mais comment imaginer qu'un président de la République, ancien ministre, avec des milliers d'interviews au compteur, ait besoin d'un scribe pour préciser sa pensée ? 

Si l'on prend du recul, cela revient à estimer qu'un professionnel de la parole n'est pas capable de maîtriser la sienne, et que des professionnels du recueil de la parole ne sont pas fichus de la retranscrire sans l'altérer. Dans ce cas, on a raison de s'inquiéter d'une baisse du niveau général... 

Ajoutons à cela un étonnement : pourquoi seuls les titres de presse écrite sont victime de ces exigences ? 

Imagine-t-on une entrevue télévisée avec Emmanuel Macron, dont l'Elysée voudrait faire elle-même le montage, rajouter des mots, en enlever d'autres ? Cela ferait bien sûr scandale. 

Un autre exemple de cette vigilance à géométrie variable ? 

Nos responsables politiques répondent avec plaisir aux interviews "nouveau format" sur Internet. Ces courtes vidéos, avec de la musique et un montage très séquencé, ont fait la réputation de marques comme Brut ou Konbini. 

Les communicants demandent-ils un droit de regard sur chaque coup de ciseaux au montage ? Évidemment pas. 

Peut-être les optimistes y verront-ils le signe qu'en France, l'écrit conserve une sacralité supérieure à l'écran. 

Quoi qu'il en soit, saluons la décision de nos confrères de la Voix du Nord et du Télégramme. Elle est symbolique, bien sûr, et ne prétend pas remédier à toutes les défauts du journalisme politique, comme le suivisme, la frénésie ou le manque de recul. 

Mais ce geste a le mérite de secouer des coutumes établies qui se perpétuent par la seule force de l'habitude.  « Ça s'est toujours passé comme ça », répondent les blasés. Voilà un domaine où l’Élysée gagnerait à oser la fameuse "disruption".

Frédéric Says

Chroniques
8H19
44 min
L'Invité(e) des Matins
Europe : Existe-t-il une internationale populiste ?
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......