LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Emmanuel Macron et Alain Juppé a Bordeaux le 1er mars 2019

Emmanuel Macron, le fils inattendu d'Alain Juppé

4 min
À retrouver dans l'émission

La venue d'Emmanuel Macron à Bordeaux et sa rencontre avec Alain Juppé apparaissent comme une sorte d'hommage alors que ce dernier va officiellement quitter la vie politique, ce vendredi, en démissionnant de son mandat de maire pour rejoindre le Conseil Constitutionnel.

Emmanuel Macron et Alain Juppé a Bordeaux le 1er mars 2019
Emmanuel Macron et Alain Juppé a Bordeaux le 1er mars 2019 Crédits : Caroline BLUMBERG - AFP

Emmanuel Macron et Alain Juppé doivent se retrouver dans un peu moins d'une demi-heure pour prendre ensemble le petit-déjeuner (C'est annoncé à 8h45 à l'agenda présidentiel). 

Et cette rencontre va se tenir juste avant qu'Alain Juppé, un peu plus tard dans la journée, remette officiellement sa démission de maire de Bordeaux au préfet de la Gironde, en vue, dans quelques jours, de prendre place au Conseil Constitutionnel où il a récemment été nommé. 

Ce petit déjeuner, pour Emmanuel Macron, c'est comme s'il allait saluer, au crépuscule de sa vie politique, le père spirituel qui jusqu'ici ne l'avait pas reconnu. Et pour Alain Juppé, ce tête-à-tête apparaît comme la reconnaissance tardive d'un enfant (politique) qu'il n'avait pas désiré.  

Parce qu'il y a beaucoup de similitudes, beaucoup de points communs, entre les deux hommes. A commencer par leur analyse de la société française. 

Dans une interview à l'hebdomadaire Le Point, en 2015, le docteur Juppé émettait ce diagnostic : "Nous ne réussirons que si nous parvenons à réconcilier les deux France. Il y a celle qui éprouve un sentiment d'invasion et du ressentiment, (notamment) contre les riches.  Et puis il y a l'autre France, silencieuse, celle de entrepreneuriat, de l'engagement, avec tous ces jeunes qui sont comme des poissons dans l'eau dans la mondialisation". 

Trois ans plus tard, le 14 novembre 2018, le carabin Macron, sur le porte avion Charles de Gaulle, face au journaliste de TF1, Gilles Bouleau, dressait un bilan d'étape en forme d'écho au diagnostic d'Alain Juppé :  

Il y a une chose que je n'ai pas réussi à faire. Je n'ai pas réussi à réconcilier le peuple français avec ses dirigeants. Et ce divorce, on le voit dans toutes les démocraties occidentales.

Si l'on réexamine le programme d'Alain Juppé, quand il était candidat à la primaire de la droite avec la perspective de se présenter à l'élection présidentielle ,on y trouve : 

- La réduction des charges des entreprises afin qu'elles puissent restaurer leurs marges. Macron l'a fait. 

- La suppression de l'ISF, l'impôt sur la Fortune. Macron l'a fait. 

- Plafonner les indemnités de licenciement aux prud'hommes. Macron l'a fait. 

Bref, de nombreuses mesures mises en oeuvre par Emmanuel Macron étaient au programme d'Alain Juppé.  

Les hommes dont s'est entouré Macron sont des proches de Juppé 

Prenez François Bayrou, soutenu, porté même, par Alain Juppé aux municipales, jusqu'à l'hotel de ville de Pau. En 2014 Bayrou annonçait : 

J'apporte mon soutien à Alain Juppé, pas seulement parce que j'ai de l'amitié pour lui. Mais parce que il me semble qu'aujourd'hui, il peut apporter quelque chose du point de vue de l'ambiance de réconciliation dont nous avons besoin.  

Et puis Alain Juppé a perdu la primaire de la droite. Résultat, en février 2017 :  

J'ai décidé de faire à Emmanuel Macron une offre d'alliance.  

Même chose avec Edouard Philippe. 

Edouard Philippe, c'est Alain Juppé qui l'a repéré et qui l'a bombardé en 2002, à l'âge de 32 ans, directeur général des services de l'UMP, le parti qu'il venait de créer. 

Ensuite, il en a fait son principal collaborateur, le nommant notamment porte parole au moment de la primaire. 

Au point qu'en décembre 2015, Edouard Philippe ne se reconnaissait qu'un seul patron :  

- J'ai jamais eu envie de travailler pour quelqu'un d'autre que Juppé. Et quand Juppé n'était pas là, ça ne m'a pas donné envie de travailler pour quelqu'un d'autre. Je trouve que choisir son patron, ce n'est pas un acte neutre. - Et s'il n'était pas revenu ? - bah je me serai mis à mon compte.

Finalement, Edouard Philippe ne s'est pas mis à son compte. Il a considéré qu'il n'y avait sans doute pas beaucoup de différence entre Juppé et Macron. Et au mois de mai 2017, il a changé de patron :  

Le président de la République a nommé Monsieur Edouard Philippe, Premier Ministre, et l'a chargé de former le nouveau gouvernement (Alexis Kohler, secrétaire général de l'Elysée).

Les correspondances entre les deux hommes, Alain Juppé, Emmanuel Macorn, apparaissent aujourd'hui flagrantes. 

Pourtant, la reconnaissance d'une sorte de filiation n'est venue que tardivement. 

Ils ont déjeuné ensemble, pour la première fois, début novembre 2017. Macron était déjà président. 

Le déjeuner s'est éternisé et le courant est passé. A tel point qu'Alain Juppé, quelques jours plus tard, a expliqué qu'il n'était pas "en marche" mais "en mouvement".  Et il a évoqué la possibilité d'un "grand rassemblement" en vue des élections européennes de mai 2019. 

Ce rassemblement était sur le point d'advenir puisque Juppé s'apprêtait à officialiser son ralliement. Lorsque le 10 février, Richard Ferrand, président de l'Assemblée Nationale, a téléphoné au maire de Bordeaux, lui proposant d'entrer au Conseil Constitutionnel. 

Finalement, la rencontre politique entre les deux hommes, Juppé, Macron, n'a pas eu lieu.  Mais le petit déjeuner de ce matin entérine leur proximité et le fait qu'ils auraient pu se retrouver si les choses s'étaient déroulées autrement.

Stéphane Robert

Chroniques
8H19
41 min
L'Invité(e) des Matins
BHL : le dernier Européen ?
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......