LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Photo publiée sur le compte Twitter de la Fédération nationale des chasseurs avec cette légende : "Le Président de la République était au Domaine de Chambord ce soir"

Emmanuel Macron et sa "signature rurale"

4 min
À retrouver dans l'émission

Emmanuel Macron réhabilite la vénerie, la "chasse à courre, à cor et à cri", ou comment il clame à grand bruit son amour pour les campagnes françaises. Il recevait hier Willy Schraen, le président de la fédération nationale des chasseurs. Ludovic Piedtenu

Photo publiée sur le compte Twitter de la Fédération nationale des chasseurs avec cette légende : "Le Président de la République était au Domaine de Chambord ce soir"
Photo publiée sur le compte Twitter de la Fédération nationale des chasseurs avec cette légende : "Le Président de la République était au Domaine de Chambord ce soir" Crédits : Compte Twitter @ChasseursFrance

Son passé de banquier d'affaires lui colle à la peau... Ses opposants aiment le dépeindre en technocrate, en président des villes, de cette France qui gagne. Son adversaire à droite, Laurent Wauquiez l'avait décrit au mois d'octobre dans une tribune au JDD, comme "le plus parisien de tous les Présidents, hanté par une haine de la province". Les enquêtes d'opinion vont toutes dans la même direction. Il y a bien une "faiblesse" dans l'électorat des communes rurales, et cela depuis la campagne présidentielle. Ce qui expliquerait pourquoi Emmanuel Macron fait depuis le début la cour aux chasseurs.

Il y a deux mois, à Chambord, il était le premier président depuis 40 ans à participer à un tableau de chasse, une trentaine de sangliers se vidant de leur sang face à lui, à la tombée de la nuit, il serre une à une les mains des participants, et pose pour la traditionnelle photo. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Et il leur avait promis, je vous recevrai pour un rendez-vous plus politique. C'était hier matin à l'Elysée. Prévu pour durer une demie heure, l'échange qualifié dans un communiqué de la fédération des chasseurs d'"extrêmement cordial et constructif" a duré plus d'une heure et quart. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

5 millions de Français détiennent un permis de chasse. Même s'ils ne sont qu'environ 1 million à le valider chaque année et donc à pouvoir exercer leur loisir. Ajoutez 1 million et demi de permis de pêche ainsi que leurs familles, "ça fait du monde" m'expliquait hier soir Thierry Coste, un lobbyste qui se définit lui-même comme "schizophréne", à la fois conseiller politique du président de la fédération des chasseurs et conseiller chasse du candidat Macron, et avant lui d'Hollande ou de Sarkozy. C'est ce même Thierry Coste, évidemment présent au rendez-vous d'hier matin, qui a "ruralisé", si l'on peut dire, le propos du candidat Macron pendant la présidentielle. Et qui aujourd'hui Président le pousse à des engagements successifs en faveur des chasseurs.  Quelques exemples qui ne vous diront peut-être pas grand chose : ils voulaient pouvoir chasser l'oie cendrée au-delà du 31 janvier, c'est chose faite, hier, Emmanuel Macron leur a accordé ce droit pour l'an prochain jusqu'à la fin février. Ils veulent un permis de chasse à 200€, le chantier est ouvert. Emmanuel Macron a aussi réaffirmé son soutien à la vénerie, la chasse à courre. Et là dessus, son ministre Nicolas Hulot n'a plus son mot à dire. Lui qui avait dénoncé en octobre "une pratique d'une autre époque" à la faveur d'un cerf tué dans un jardin d'une maison dans l'Oise.

Les images de ce cerf complètement apeuré, puis abattu, avaient tourné sur les réseaux sociaux. En 48 heures, Emmanuel Macron "avait sifflé la fin de la récréation, recadré son ministre", m'explique fièrement Thierry Coste, "la chasse à courre, avait-il dit, a droit de cité". 

C'est donc un Président qui "réhabilite et qui assume" estime Thierry Coste, lobbyiste et conseiller politique de la Fédération nationale des chasseurs ET conseiller "chasse" d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle

Emmanuel Macron compte s'appuyer sur les chasses présidentielles, un outil diplomatique. Il l'avait promis pendant sa campagne. Ces chasses, à Marly-le-Roi, à Rambouillet ou à Chambord, qu'avait supprimées Jacques Chirac dès son arrivée au pouvoir en 1995.  Un outil d'influence. On y mêle quelques parlementaires, chefs d'états, invités de marques et pépites du CAC 40.

"C'est le dernier réseau stalinien du monde rural" explique ce lobbyste en parlant des chasseurs, "comme d'un réseau très organisé qui permet de toucher le maximum de monde en un minimum de temps".

Emmanuel Macron qui pratique plutôt la pêche et la randonnée mais dont l'entourage de son épouse Brigitte est chasseur, veut parler à la "France des oubliés" comme le dit l'une de ses adversaires politiques, Marine Le Pen. Si le FN est si haut dans ces zones rurales, c'est qu'on ne s'occupe pas assez du quotidien des gens, estime le chef de l'Etat. Voilà pourquoi, il s'est engagé récemment et pèle-mêle, sur la fin des zones blanches en matière de réseau de téléphonie mobile, sur les Etats Généraux de l'Alimentation en vantant le bon produit et les circuits courts. Ce n'est, dit en conclusion ce conseiller Thierry Coste, que le début de sa "signature rurale". Dans 8 jours, en inaugurant le salon de l'agriculture, il a bien l'intention de battre tous les Présidents de la Vème avant lui en matière de temps passé dans les allées de la porte de Versailles, record détenu par François Hollande en 2013, record à battre : 10 heures pour crier son amour à cor et à cri pour la France des champs.

Chroniques
8H19
24 min
L'Invité(e) des Matins (2ème partie)
Après la parole libérée, comment délivrer la justice ? (2ème partie)
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......