LE DIRECT
Christophe Castaner auprès d'Emmanuel Macron à l'Elysée le 22 juillet 2019

Les "gueules cassées" de la Macronie

4 min
À retrouver dans l'émission

Ils font figure d'étoiles éphémères de la politique dans le sillage d'Emmanuel Macron. En trois ans, une vingtaine de ministres ont quitté le gouvernement. D'autres personnalités se sont consumées politiquement à l'image de Gilles Le Gendre qui annonce quitter la tête du groupe LREM à l'Assemblée.

Christophe Castaner auprès d'Emmanuel Macron à l'Elysée le 22 juillet 2019
Christophe Castaner auprès d'Emmanuel Macron à l'Elysée le 22 juillet 2019 Crédits : Ludovic Marin - AFP

Gilles Le Gendre quittera ses fonctions de président du groupe La République En Marche à l'Assemblée Nationale, à la rentrée, au mois de septembre. 

Sa position était devenue intenable depuis sa note envoyée à Emmanuel Macron, fin mai. Note dans laquelle il estimait qu'Edouard Philippe n'était plus l'homme de la situation et qu'aucun député n'était à la hauteur pour le remplacer à Matignon. Il était aussi celui sous l'autorité duquel le groupe avait perdu sa majorité absolue au palais Bourbon, deux nouveaux groupes s'étant constitués pendant la période de confinement. 

Depuis, il assurait à quiconque lui posait la question qu'il ne quitterait pas son poste. "J'y suis, j'y reste" soutenait-il. Mais pratiquement plus aucun député ne souhaitait son maintien. Il a donc fallu que GLG, Gilles Le Gendre, se fasse une raison et envoie une lettre annonçant sa démission, ce qu'il a fait mercredi dans la soirée. 

Le nom du futur ex-président du groupe à l'Assemblée vient s'ajouter à la liste de ceux qui, à avoir cotoyé d'un peu trop près le pouvoir dans le sillage d'Emmanuel macron, se sont brûlés les ailes. 

Il fait partie du panthéon de ceux qu'on pourrait appeler les "gueules cassées" de la Macronie. Et ils commencent à être nombreux si l'on y ajoute les ministres remerciés, tout dernièrement, à l'occasion du remaniement : Christophe Castaner, Muriel Penicaud, Didier Guillaume, Nicole Belloubet ainsi que le Premier d'entre eux, Edouard Philippe. 

Les prédécesseurs d'Emmanuel Macron à l'Elysée ont également leur panthéon de "gueules cassées"

On trouve dans le sillage de tous les présidents des feux follets et des grands brûlés de la politique. Citons par exemple Renaud Donnedieu de Vabres, Pierre Bédier, Hervé Gaymard sous Jacques Chirac. Alain Joyandet et Christian Blanc sous Nicolas Sarkozy. Jérôme Cahuzac, évidemment, sous François Hollande mais aussi Thomas Thevenoud, Arnaud Montebourg, Aurélie Filippetti. 

Il semble, tout de même, qu'en comparaison, Emmanuel Macron, à mesure qu'on avance dans le quinquennat, consomme et consume plus vite et plus fort ceux qui gravitent dans son entourage. Et la combustion parmi ses proches apparaît d'autant plus intense qu'il aspire à se réinventer. 

Si on fait le compte, en trois ans, il a usé 20 ministres ! Et c'est sans compter les secrétaires d'Etat dont on attend encore la nomination et parmi lesquels certains de l'ancienne équipe ne seront sans doute pas reconduits dans la nouvelle. 

Et puis un grand nombre des conseillers qui l'entouraient à l'origine ont aujourd'hui rendu leur tablier. C'est notamment le cas de ceux qu'on a baptisé "les Mormons", à ses côtés au tout départ de l'aventure. 

Aujourd'hui, il en reste deux : Julien Denormandie, au ministère de l'agriculture,  et celui dont on dit qu'il est le deuxième cerveau d'Emmanuel Macron, le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Köhler.  

Le grand nombre de carrières éphémères dans l'entourage du président est notamment le fruit de l'inexpérience 

Il y a d'abord le fait qu'Emmanuel Macron s'est aperçu qu'il était assez difficile de gouverner avec ceux qui l'ont aidé à conquérir le pouvoir. C'est le cas des "Mormons", Sylvain Fort, Ismael Emelien, David Amiel, Stéphane Séjourné. Ils étaient ses conseillers. Ils ont aujourd'hui quitté l'Elysée. 

Pour d'autres, notamment les personnalités issues de la société civile appelées au gouvernement en tout début de mandat, c'est le fruit de la jeunesse ou de l'inexpérience en politique. Nathalie Loiseau, par exemple, ex-directrice de l'ENA devenue ministre des affaires européennes, a fait une très mauvaise campagne aux élections de 2019 et s'est complètement discréditée une fois élue eurodéputée en s'épanchant auprès de journalistes. 

Gilles Le Gendre fait partie, lui aussi, de ces victimes de leurs maladresses dues à l'inexpérience. On peut encore citer Sibeth N'Dyaye, Muriel Pénicaud, Mounir Mahjoubi ou encore Nicolas Hulot. 

D'autres avaient de l'expérience mais se sont montrés particulièrement malhabiles. C'est le cas de l'ancien socialiste Didier Guillaume et surtout de Christophe Castaner qui a été filmé en boîte de nuit juste après une journée de manifestations des gilets jaunes ou qui, plus récemment, a parlé de "soupçon avéré" de violences policières, se mettant à dos une grande partie de la profession. Il a été contraint de quitter le gouvernement. 

Ensuite, il y a ceux qui se sont attirés des ennuis judiciaires. Alexandre Benalla évidemment mais aussi François Bayrou, Sylvie Goulard, Marielle de Sarnez. Tous trois sont poursuivis dans le cadre de l'affaire des assistants parlementaires européens du Modem. 

Il faut encore évoquer les règles beaucoup plus strictes que par le passé en matière de transparence de la vie publique. Ce sont des négligences dans leurs déclarations qui ont coûtés leurs postes à Jean Paul Delevoye et à Laura Flessel. 

Enfin, la surmédiatisation de la vie publique met également, et de plus en plus, en difficulté des responsables politiques qui maîtrisent encore assez mal les outils numériques. Aujourd'hui, les faits et gestes du président, de ses proches, des ministres, sont scrutés et commentés en permanence par les chaines d'info en continu et sur les réseaux sociaux. Et la moindre irrégularité commise, même 10 ans auparavant, peut resurgir à tout moment. François de Rugy et Benjamin Griveaux en ont fait l'amer expérience. 

Benjamin Griveaux a, aujourd'hui, retrouvé son poste de député à l'Assemblée mais il se fait très discret et fuit comme la peste journalistes et caméras.

Chroniques

8H19
31 min

L'Invité(e) des Matins d'été

Comme un grand air de vacances !
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......