LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'ex-Premier ministre, Edouard Philippe, le 4 avril 2021 sur France 2

La petite boutique d'Édouard Philippe

4 min
À retrouver dans l'émission

Les proches d'Édouard Philippe préparent activement la conquête de l'Association des Maires de France, la réélection d’Emmanuel Macron en 2022 et la présidentielle de 2027.

L'ex-Premier ministre, Edouard Philippe, le 4 avril 2021 sur France 2
L'ex-Premier ministre, Edouard Philippe, le 4 avril 2021 sur France 2 Crédits : Thomas COEX - AFP

Édouard Philippe a mis fin au faux suspense qui entourait ses intentions il y a maintenant une semaine. Il ne sera pas candidat pas à la présidentielle de 2022. Au contraire, il soutiendra celui dont il a été le Premier ministre pendant plus de trois ans, Emmanuel Macron.

La présidentielle n’est donc officiellement pas à son agenda et quand on lui demande s’il pourrait être candidat, pas en 2022, mais après, en 2027, il répond d’abord qu’il est “absurde et déplacé” de parler de 2027 tout en confessant que ça lui trotte tout de même un peu dans un coin de la tête :

Est-ce qu'un jour, j'aurai l'occasion de servir mon pays dans la politique nationale, peut-être. Si c'est le cas, j'en serai heureux. Il y a une chose que je sais, c'est que quand on veut servir son pays, il n'est pas inutile de s'y préparer. Intellectuellement. Politiquement. Avant de donner le meilleur de soi-même, ça me paraît indispensable.

Et de fait, Édouard Philippe s’y prépare très activement. Il y a d’abord eu une réunion il y a quelques jours, le 29 août, à Fontainebleau. 36 maires ont fait le déplacement. Des maires comme Christian Estrosi et Hubert Falco, maires de Nice et de Toulon. Et puis d’autres, moins connus mais tout de même des édiles qui comptent : Christophe Béchu, maire d’Angers, Xavier Bonnefont, maire d’Angoulême, ou encore Gil Avérous, maire de Chateauroux.

Ils ont cette particularité d’être des maires de droite ou de centre droit et Edouard Philippe leur a fait prêter serment. Un serment qu’on appelle désormais le serment de Fontainebleau qui est un engagement à défendre la biodiversité mais qui, au-delà, symbolise une forme d’allégeance.

La conquête de l'AMF

Il leur a dit à ce moment-là qu’il allait fonder son parti politique, les 8 et 9 octobre, au Havre. Évènement auquel il les a tous conviés. Mais il ne leur a pas dit que cela. Il a fait le constat que François Baroin avait décidé de ne pas se représenter à la tête de l’AMF, la puissante association des maires de France, en novembre prochain. Et que celui-ci (François Baroin donc) avait désigné son successeur, le maire Les Républicains de Cannes, David Lisnard, en faveur de qui il appelait tous les maires de France à voter.

Ce choix a été perçu comme un coup de force par certains. Et il laissait sur le carreau un homme qui avait l’ambition de succéder à François Baroin, à savoir le secrétaire général de l’association, maire UDI de Sceaux dans les Hauts de Seine, Philippe Laurent. Et Édouard Philippe a dit à tous ces maires qu’il avait réunis à Fontainebleau : vous savez quoi, non seulement, nous allons soutenir Philippe Laurent mais nous allons aussi l’aider à constituer des listes concurrentes. 

Et c’est ce qu’ils ont fait. “En 10 jours” confesse l’un d’entre eux. Et du coup, sur ces listes conduites par Philippe Laurent, on trouve un très grand nombre de proches et de soutiens d’Edouard Philippe. Une vingtaine des 36 maires présents à Fontainebleau notamment y figurent. Autrement dit, les proches d’Edouard Philippe sont en train de lancer une sorte d’OPA politique sur l’Association des Maires de France.

L'objectif, d’une part, est de ravir l’AMF aux deux grands partis qui s’en partagent la direction depuis des décennies, c'est-à-dire Les Républicains et le Parti Socialiste. Cela placerait Édouard Philippe en position influente au sein de ce vivier d’élus locaux. Pour préparer l’avenir, c’est plutôt intéressant.

Devenir le principal allié d'Emmanuel Macron

D’autre part, cela permettrait de neutraliser cette association jusqu’ici plutôt hostile à la majorité présidentielle. Et ce serait un fier service rendu à Emmanuel Macron. Parce que l’AMF constituait avec l’ADF, l’assemblée des départements de France, et l’ARF, l’association des régions de France, l’un des fers de lance de l’opposition politique à l’actuel chef de l’Etat.

Ce coup de force placerait Édouard Philippe, avec le parti qu’il s’apprête à constituer, dans la position de principal allié d’Emmanuel Macron en vue de la présidentielle de 2022. “Oui parce que pour la gagner cette élection, répète-t-on dans l’entourage du président, il faut à tout prix élargir la majorité présidentielle”. Et c’est potentiellement ça que peut offrir l’ex-premier ministre avec son parti politique et cette prise de guerre que constituerait la conquête de l’AMF.

En échange, Édouard Philippe négociera des places aux législatives qui suivront la présidentielle. Car il compte constituer un groupe politique à l’Assemblée nationale. Et peut-être même de prendre le perchoir, la présidence de l’Assemblée, ce qui lui permettrait de se retrouver au centre du jeu, de préparer la présidentielle de 2027 et de s’ériger en héritier naturel du président. Pour que ce scénario se réalise, il faut évidemment qu’Emmanuel Macron soit réélu en 2022, ce qui est encore loin d’être acquis.

Tout cela inquiète beaucoup François Bayrou qui redoute que l’ancien Premier ministre lui prenne sa place de meilleur allié du chef de l’Etat et lui barre la route. C'est sans doute pour cette raison qu'il s'agite beaucoup en cette rentrée, proposant notamment la création de cette "maison commune" qui abriterait le MODEM et les marcheurs.

Car pour les années qui viennent, François Bayrou n’a semble-t-il pas complètement renoncé à la présidentielle. Depuis quelques mois il répète à qui veut l’entendre et en souriant à peine qu’en 2027, il aura 76 ans et que c’est moins que Joe Biden quand il est devenu président des États-Unis.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......