LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le parlement européen.

Elections européennes et cure de jouvence

3 min
À retrouver dans l'émission

Pour le scrutin européen de mai prochain, les partis tentent de mettre en avant des têtes de listes de moins de quarante ans.

Le parlement européen.
Le parlement européen. Crédits : Frederick Florin - AFP

Préparez-vous, préparons-nous tous, à prendre un coup de vieux lors des prochaines élections européennes. Le casting des têtes de listes se dessine peu à peu dans les partis. Et pour l'heure, au niveau de la moyenne d'âge, on n'est pas loin de cette publicité pour de l'eau minérale, qui vous promet une cure de jouvence, bambins à l'appui. 

C'est un rajeunissement indéniable qui s'annonce. Chez la France insoumise, la tête de liste a 29 ans. Manon Aubry, ancienne porte-parole de l'ONG Oxfam, représentera le parti de Jean-Luc Mélenchon. 

Au Rassemblement national, le candidat pressenti a 23 ans. Jordan Bardella, conseiller régional d'Île-de-France, a les faveurs de Marine Le Pen pour mener le combat. 

A droite, l'hypothèse qui circule le plus est celle d'un jeune homme à peine plus âgé : François-Xavier Bellamy, 33 ans, philosophe de son état, élu à Versailles. 

A première vue, on est bien sûr tenté de se réjouir ! La vie politique régénère enfin ses visages, et les plus jeunes militants semblent avoir réussi à faire sauter le plafond de verre : non, un candidat sérieux n'est pas forcément un candidat chenu (d'ailleurs, les mots Sénat, séniors et sénile, ont la même racine latine). 

Cet attrait pour les jeunes candidats n'est pas dénué de calcul politique...

On voit bien l'opération tentée par les partis, principalement ceux de l'opposition. Il s'agit, avec ces nouvelles figures, de ringardiser le nouveau monde macroniste. De dépasser En Marche sur son terrain, celui du renouvellement. De disrupter les disruptifs. De mettre en avant des trentenaires pour ranger le président quadragénaire au rayon des vieux de la vieille. La République en marche n'a d'ailleurs pas encore tranché sur sa tête de liste. 

Ballon d'essai

Ensuite, ces candidatures (qui ne sont pas toutes formellement validées) tiennent aussi du ballon d'essai. On lâche une rumeur, un nom et l'on voit comment cela réagit. Avec une part de bluff. Avant de dévoiler leurs cartes, les partis politiques attendent de connaître les têtes d'affiche des listes concurrentes. On est en décembre, les élections sont en mai, il reste du temps. 

Par ailleurs, la jeunesse ne fait pas un programme. L'engagement citoyen des personnalités citées plus haut ne fait aucun doute. Mais les heureux désignés, tout à leur gratitude envers l'appareil politique, auront-ils la force pour s'imposer à lui ? La légitimité pour apporter leur touche personnelle dans le projet politique ? 

Si la place est libre, c'est aussi parce que ces élections européennes n'attirent plus les grands leaders. On est loin de la campagne, par exemple, des européennes de 1999. Le match opposait notamment ces deux hommes :  

François Hollande et Nicolas Sarkozy, alors les patrons des principaux partis politiques (PS et RPR), en pointe dans la bataille des européennes. 

Cette année, rien de tout cela. Un symbole : Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, anciens eurodéputés, ont préféré, dès qu'ils ont pu, se faire élire à l'Assemblée nationale en France. A droite, Laurent Wauquiez n'y pense même pas. A gauche, le patron du PS Olivier Faure tente de convaincre Ségolène Royal. 

Comme si l'Europe était le cadet de leur souci. Le cadet et même le benjamin, tant les candidats frais émoulus ressemblent au petit dernier de leur famille politique.

Frédéric Says

Chroniques
8H19
42 min
L'Invité(e) des Matins
Le cinéma enchanté : comédies musicales et icônes du septième art
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......