LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le président de la République Jacques Chirac et son épouse Bernadette, quittent, le 5 mai 2002, la mairie de Sarran, lors du deuxième tour de l'élection présidentielle.

Les présidents en leur fief

4 min
À retrouver dans l'émission

Emmanuel Macron est en visite à Amiens, la ville qui l'a vu grandir. Avant lui, de nombreux chefs d'Etat ont multiplié ces déplacements de "retour aux sources".

Le président de la République Jacques Chirac et son épouse Bernadette, quittent, le 5 mai 2002, la mairie de Sarran, lors du deuxième tour de l'élection présidentielle.
Le président de la République Jacques Chirac et son épouse Bernadette, quittent, le 5 mai 2002, la mairie de Sarran, lors du deuxième tour de l'élection présidentielle. Crédits : Patrick Kovarik - AFP

"Je suis un enfant d'Amiens, et ça on ne me l'enlèvera pas". Voici les mots d'Emmanuel Macron dans le Courrier Picard. Le chef de l'Etat a accordé une interview au quotidien régional à l'occasion de son déplacement de deux jours dans la Somme. 

Une visite censée démontrer qu'Emmanuel Macron n'est pas l'affreux technocrate parisien décrit par ses adversaires. Un an après le début des gilets jaunes, il veut prouver ses attaches dans les "territoires", selon ce terme un peu vide de sens.

Il est intéressant de consulter les archives pour retracer ces voyages présidentiels vers la terre d'origine (ou la terre d'élection). 

Que viennent y chercher les chefs d’État ? D'abord, un peu d'affection et de soutien, au milieu de la dureté de la politique nationale. Voilà un endroit, peut-être le dernier, où ils peuvent discourir sans craindre les huées. Comme François Hollande, en 2014, en Corrèze [extrait sonore]. 

Succès assuré. Il y a toujours un côté "retour du fils prodigue". Il s'agit aussi de montrer que l'on n'oublie pas d'où l'on vient. Prouver que les dorures des palais parisiens n'ont pas fait prendre la grosse tête. En un mot, "non tu n'as pas changé". 

Féodalités

Jacques Chirac, en tant que ministre puis en tant que président, a multiplié les allers-retours en Corrèze, souvent suivi par les journalistes parisiens :

"C'est important vos attaches corréziennes ? C'est fondamental. C'est essentiel pour moi... C'est à la base de mon élé... de mon équilibre !"

Vous avez entendu le quasi-lapsus, il a failli "à la base de mon élection". Car il s'agit aussi de sécuriser son fief. 

"Fief", le mot est souvent employé dans les articles : il exprime bien le rapport à la politique resté un peu médiéval. On parle aussi parfois de vassaux, de baronnies, de féodalités (voire, pour les aficionados, de "chevau-léger" !). 

Et ce n'est pas entièrement faux. Ces visites sont l'occasion de s'assurer de la fidélité des notables locaux. D'où les cérémonies de remises de décorations à la pelle, les inaugurations et les petites faveurs accordées ici et là. 

Quelques mois après son arrivée à l’Élysée, en décembre 1981, François Mitterrand se rend dans la Nièvre. Il participe au conseil municipal de Chateau-Chinon. Il faut imaginer la scène : Mitterrand chef de l’État, entouré des élus de la commune, dans une salle où est accroché son propre portrait présidentiel : [extrait sonore]

Et voilà le risque de ces visites. Le favoritisme. A la mairie de Paris sous Chirac, il y avait d'ailleurs un conseiller "chargé des affaires corréziennes". 

Ces soupçons d'ingérence avaient aussi nui à Nicolas Sarkozy - élu des Hauts-de-Seine, le département qui abrite le quartier d'affaires de la Défense. 

D'où le scandale quand son fils a pensé à diriger l'établissement public qui gère la Défense. Jean Sarkozy, seulement 22 ans à l'époque, avait dû reculer face à la polémique : 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Chacun regardera avec attention les prochains résultats électoraux à Amiens. Les derniers ne furent pas mauvais pour Emmanuel Macron. La liste macroniste aux européennes y a fait un meilleur score que sa moyenne nationale. 

Pour les prochaines municipales en mars 2020 - le président le sait -, une défaite électorale de son parti équivaudrait à un camouflet, ou du moins un désaveu... pour "l'enfant d'Amiens".

Frédéric Says

Chroniques
8H19
42 min
L'Invité(e) des Matins
États-Unis : un président ou un pays en crise ?
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......