LE DIRECT
Le mouvement des gilets jaunes était "évitable", a estimé Nicolas Hulot, reçu par Léa Salamé et Thomas Sotto, ce jeudi soir sur France 2.

Nicolas Hulot, le gilet vert

3 min
À retrouver dans l'émission

L'ancien ministre tente de réconcilier l'urgence écologique et la conscience sociale.

Le mouvement des gilets jaunes était "évitable", a estimé Nicolas Hulot, reçu par Léa Salamé et Thomas Sotto, ce jeudi soir sur France 2.
Le mouvement des gilets jaunes était "évitable", a estimé Nicolas Hulot, reçu par Léa Salamé et Thomas Sotto, ce jeudi soir sur France 2. Crédits : Bertrand Guay - AFP

Est-il possible de sortir de l’opposition entre les gilets jaunes d’un côté et les bobos écolos de l’autre ? C’est ce qu’a tenté de démontrer hier soir Nicolas Hulot sur France 2. Pour son grand retour médiatique après le claquement de porte du gouvernement, l’ancien ministre s’est présenté en promoteur d'une double urgence : le réchauffement climatique et la précarité économique. L'urgence "de la fin du mois" et celle "de la fin du monde". 

En somme, Hulot revêt un gilet vert, convaincu que faire plus pour l’écologie, c’est aussi faire plus pour le social. Persuadé qu'il faut faire barrage à la résignation et à l'habitude. 

Certes, en trois mois, il n’est pas devenu un anarchiste forcené. Il a redit hier soir son estime pour Emmanuel Macron. Mais ceci posé, le discours de Nicolas Hulot révèle en creux la souffrance d’un homme qui n’a pas pu convaincre que ses impatiences n’étaient pas des lubies, que ses affolements n’étaient pas des caprices. Entre les lignes, c’est Matignon et Bercy qui sont visés par l’ancien ministre. Edouard Philippe et Gérald Darmanin, le couple venu de la droite Les Républicains, greffés au macronisme. Nicolas Hulot révèle qu’il a fait pression pour muscler les aides pour les ménages les plus modestes, les primes à la conversion, les bonus écologiques, et cela lui a été refusé, au nom des « contraintes budgétaires ». 

L’histoire de Nicolas Hulot raconte celle d’un faux naïf face au cynisme d’Etat. C’est Thésée enfermé dans le labyrinthe du ministère des finances. C’est "Oui-oui" au pays des professionnels de la politique, qui savent ce qui est politiquement faisable... ou pas. 

Sur ce point, Nicolas Hulot tient sa revanche. Sans élever la voix, mais avec le visage mangé de quelques traces de nervosité, il assène en douceur cette phrase dévastatrice : le mouvement des gilets jaunes était évitable. Et voici le moment où l’ancien ministre devient ce qu’on pourrait appeler un "gilet vert", qui veut faire barrage à la résignation. Celui qui, face au réchauffement climatique, s’inquiète de la tiédeur des réactions. Celui qui, face au réalisme budgétaire, demande un peu d’utopie [extrait sonore]. 

Alors disons-le, avec sa mine affolée et ses superlatifs pesants, Nicolas Hulot fait parfois penser au prophète illuminé qui frappe sur son gong en annonçant la fin du monde.   Sauf qu’il dispose de preuves pour étayer son alarmisme. Hier soir, dans l’émission, il est filmé près de Chamonix, où les glaciers fondent pour ainsi dire à vue d’œil. 

"Pour aller bien, il faut ne pas regarder la réalité en face, glissera Hulot pendant l'émission. Parfois elle est gênante".

Alors l’ancien présentateur d’Ushuaïa met sur la table des propositions. En particulier celle de ne plus comptabiliser les investissements écologiques dans le déficit public, dans la règle des 3%. Autre proposition : transformer, rénover les immeubles les moins performants, les "passoires thermiques". 

Ni candidat aux prochaines élections européennes, ni à la future présidentielle, Nicolas Hulot n'a pas envie de replonger dans le chaudron de la politique partisane. Il se contente de la marmite médiatique, où il porte à ébullition son indignation. 

Convaincu - et cela interroge notre système démocratique - qu'il fera davantage bouger la planète depuis un prime time que depuis le conseil des ministres.

Frédéric Says

Chroniques

8H19
41 min

L'Invité(e) des Matins

A qui appartient la culture ?
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......