LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les masques sont désormais obligatoires dans tout l'espace public à Paris et Marseille.

Sortez masqués !

3 min
À retrouver dans l'émission

L'Etat durcit les règles de port du masque... et fait face aux accusations d'autoritarisme et d'incohérence.

Les masques sont désormais obligatoires dans tout l'espace public à Paris et Marseille.
Les masques sont désormais obligatoires dans tout l'espace public à Paris et Marseille. Crédits : Ludovic Marin - AFP

Depuis 16 minutes exactement, le masque est obligatoire partout dans les rues de Paris. Précision : si vous écoutez ce billet en podcast, ne tenez pas compte de ce qui vient d'être dit. Ça fait forcément un peu plus que 16 minutes.

Mais en tout cas, ça y est, l'ensemble de la capitale est soumise à cette règle.

A Marseille aussi : port du masque obligatoire dans l'espace public, et même fermeture des restaurants et des bars à 23 heures.

Dans d'autres villes, comme à Lyon, Rennes, Montpellier ou Clermont-Ferrand, ce sont seulement certaines rues, les plus passantes, qui sont concernées.

Ailleurs, loin des zones urbaines, pas d'obligation.

A première vue, la liste que nous venons de dresser semble celle du "bon sens", l'une des expressions préférées de Jean Castex.

En effet, l’État permet une différenciation selon les territoires, bien loin de la mesure uniforme et massive du printemps : le confinement généralisé.

C'est une entaille dans le centralisme traditionnel de l’État français. Une reconnaissance des différences... en l'occurrence : différence de circulation du virus, entre les régions. Et donc de réponses.

Sauf que ces règles "cousues main" présentent quelques accrocs.

Privilège

Ainsi, à Paris, le masque sera également obligatoire pour la personne qui fait son jogging, seule, y compris dans une rue déserte.

Oui, car l'effort sportif projette plus loin les postillons dans l'air, nous explique-t-on.

Mais il se trouve que les conducteurs de trottinettes électriques eux aussi doivent porter le masque, de même que les possesseurs de scooter. On voit mal ici l'effort physique qui justifie cette contrainte.

Evidemment, la raison n'est pas là. Cette règle vise surtout à montrer qu'il n'y a pas de petits privilèges pour certains usagers de la rue.

Vous connaissez l'observation qu'on doit à De Gaulle : « Le désir du privilège et le goût de l'égalité, ces passions dominantes et contradictoires des Français de toute époque »

En l'espèce, tous sont soumis à la même loi, afin que cette dernière soit respectée.

Rétropédalage

Il y a encore quelques jours pourtant, les autorités s'étaient permis un peu de nuance à Paris et Marseille.

Seuls quelques quartiers étaient concernés.

Certes, depuis les contaminations continuent de progresser. Mais surtout trop de finesse tue la finesse.

Difficile de savoir quand on passe d'une rue sans masque à une rue avec. Les riverains pouvaient plaider de bonne ou de mauvaise foi l'incompréhension.

Retour donc à la règle massive, moins de discernement pour plus d'efficacité.

Tant pis s'il est absurde que les promeneurs de 6 heures du matin dans une allée déserte aient les mêmes obligations que les foules compactes d'une rue commerçante.

Le gouvernement touche ici la difficulté de l'équilibre, l'impossible subtilité.

S'il décide une règle uniforme, il sera vu comme le monstre froid, jacobin et insensible.

S'il décide une adaptation aux particularités locales, il sera perçu comme indécis, peu clair, ubuesque et kafkaïen, ces deux adjectifs à la mode dans les éditos politiques.

Il faut dire que l'exécutif n'a jamais rechigné à se contredire :

Ainsi donc, un cycliste serait contaminant sur son passage, en quelques instants. En revanche, l'application Stopcovid, développée par le gouvernement, n'enregistre les contacts à risque que si vous êtes resté ¼ d'heure à côté d'une personne.

De même, il y a moins de six mois, plusieurs ministres expliquaient encore que le port du masque était inutile et même contre-productif.

Bien sûr, la science évolue, les recommandations des spécialistes aussi.

Mais les certitudes d'hier et les certitudes d'aujourd'hui - pourtant contradictoires - sont assénées avec le même aplomb. Ce qui fragilise inévitablement la parole publique.

Chroniques
8H19
41 min
L'Invité(e) des Matins
Tour de France 2020 : une épreuve hors catégorie
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......