LE DIRECT
Edouard Philippe et son gouvernement se "décentralisent" pendant trois jours dans le département du Lot.

Le gouvernement est-il trop parisien ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Pour lutter contre cette image, les ministres se "délocalisent" pendant trois jours dans le Lot.

Edouard Philippe et son gouvernement se "décentralisent" pendant trois jours dans le département du Lot.
Edouard Philippe et son gouvernement se "décentralisent" pendant trois jours dans le département du Lot. Crédits : Bertrand Guay - AFP

Il ne sera pas dit que les ministres sont claquemurés. Le gouvernement se délocalise pour 3 jours dans le Lot. Les berlines ministérielles vont passer du pont de la Concorde à Paris au pont Valentré à Cahors. Au programme sur place : rencontre avec les associations d'élus, discussions sur les économies demandées aux collectivités et décisions sur la couverture en haut débit. 

Le parisianisme est l'un des reproches les plus récurrents adressés au gouvernement. La droite aime à moquer "une équipe de technocrates parisiens qui serait coupée de la province". 

Alors le gouvernement en rajoute pour tenter de décoller cette étiquette. On l'observe d'ailleurs dans le vocabulaire : défense de parler de province ; le gouvernement préfère utiliser des périphrases : il parle des "régions" ou même, plus à la mode, des "territoires". 

Ce n'est pas la première fois qu'un gouvernement tente ce genre d'opération. En 1974, Valéry Giscard d'Estaing a tenu son premier conseil des ministres décentralisé, hors de Paris.  Imaginez-vous, il avait poussé l'audace jusqu'à aller à... Lyon. Tout cela sous le regard enamouré de l'ORTF :

Des années plus tard, Nicolas Sarkozy réitère ce type d'initiatives, avec des conseils des ministres délocalisés en Alsace et en Corse. Mais il abandonne bien vite la formule. Les médias glosent sur des "opérations communication". Et personne, dans les rangs gouvernementaux ne parvient vraiment à démontrer l'avantage de tenir le conseil des ministres dans un salon cossu de la préfecture, au lieu d'un salon cossu de l’Élysée. 

Cela dit, le procès en parisianisme contre le gouvernement actuel n'est pas dénué de fondement. En recrutant des profils techniques, voire techno, en délaissant l'ancien monde et ses élus locaux, Emmanuel Macron a pris le risque de constituer une équipe éloignée des territoires. Le gouvernement manque de ministres au passé d'élu local. Il y a bien les anciens maires Gérard Collomb et Christophe Castaner, sans oublier les CV de Marlène Schiappa ou Jacqueline Gourault. Mais ce n'est pas la majorité de l'espèce, comme dirait l'autre... C'est d'ailleurs pour y remédier que le gouvernement a récemment débauché Olivier Dussopt au PS. Le nouveau ministre est un élu ardéchois et président de l'association des petites villes de France.

Une "délocalisation", pour quoi faire ? 

Au-delà des questions symboliques, il y a urgence sur de nombreux dossiers, dont la désertification des bourgs et des centre-ville. Plus d'un magasin sur 10 est vacant, nous apprend le journal Le Monde du 8 décembre, en hausse de 5 points en 5 ans. Pour lutter contre le parisianisme, il convient aussi de réfléchir aux conditions dans lesquels s'exerce le pouvoir national. Tous ceux qui sont passés par Matignon et l’Élysée le disent : les lourds murs des Palais officiels isolent terriblement. Dans ces endroits, le "conseiller modèle" est celui qui part du bureau à 2 heures du matin, et qui revient le week-end pour travailler. Autrement dit, celui qui affute le plus sa technicité, mais qui voit le moins la vie. De ce point de vue, si délocalisation il doit y avoir, il est heureux qu'elle dure plus que le temps d'un simple conseil des ministres. Trois jours ne sont pas de trop pour se reconnecter à la vraie vie, aux problématiques de la province...  pardon, des "territoires". 

Frédéric Says

Chroniques

8H19
24 min

L'Invité des Matins (2ème partie)

Neutralité du net, hégémonie des GAFA : la démocratie prise dans la toile (2ème partie)
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......