LE DIRECT
Marine Le Pen a dénoncé mercredi une "fatwa bancaire".

"Fatwa bancaire" et autres importations linguistiques

3 min
À retrouver dans l'émission

Petite revue des mots étrangers utilisés par les politiques. Et de ce qu'ils révèlent de leur discours.

Marine Le Pen a dénoncé mercredi une "fatwa bancaire".
Marine Le Pen a dénoncé mercredi une "fatwa bancaire". Crédits : Ludovic Marin - AFP

Dis-moi quels mots tu importes et je te dirais qui tu es. Hier, Marine Le Pen a convoqué la presse pour dénoncer la fermeture de son compte bancaire par la banque HSBC. Et voici l'expression qu'elle emploie :

Écouter
8 sec
Marine Le Pen dénonce une "fatwa bancaire"

Une "fatwa bancaire"... On imagine l'ayatollah "HSBC", qui décide, après consultation des textes sacrés, d'excommunier Marine Le Pen. L'expression est travaillée, imagée, employée à plusieurs reprises. Du point de vue du discours frontiste, elle présente un double avantage : 

Avec le mot "fatwa", Marine Le Pen convoque la menace islamiste ; avec le mot "bancaire", l'oppression du "système". Soit les deux thèmes principaux de sa dernière campagne présidentielle. 

Les "Whip"

Chez les Macronistes, la mode est bien sûr davantage à l'anglais. Le chef de l’État n'a de cesse de promouvoir la "start-up nation". Le vocabulaire anglo-saxon s'est aussi invité à l'Assemblée, où les députés En Marche désignent leurs responsables thématiques comme des "Whip", à la manière britannique. 

Les anglicismes se retrouvent même incognito dans la bouche des ministres. On a noté ce mot hier en écoutant Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État au numérique :

Écouter
8 sec
Mounir Mahjoubi "considère"

En l'occurrence, il s'agit d'un anglicisme tiré de « to consider », qui ne se traduit pas par considérer, mais par... prendre en considération. 

Jean-Luc Mélenchon, lui, fait preuve d'une extrême prudence à l'égard des mots en anglais. Est-ce une manière de lutter contre l'impérialisme... linguistique ? On le voit rarement utiliser la langue de Shakespeare. Et quand c'est le cas, c'est avec une ostensible mauvaise volonté...

Écouter
10 sec
Jean-Luc Mélenchon et les Paradise papers

Peut-être Jean-Luc Mélenchon est-il davantage adepte de la langue utilisée par François Bayrou et Alain Juppé : le latin. Les deux hommes échangent des locutions latines, quand ils veulent ne pas être compris de leur entourage : 

Écouter
11 sec
François Bayrou et le latin

(avec Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV)

Et la droite, dans tout cela ? Partagée entre un certain conservatisme, un certain amour pour la langue classique et, disons-le, un léger attrait pour la modernité en Marche, connectée au marché, à l'entreprise, à la mondialisation, elle se cherche un peu. 

En témoigne cette tentative d'Eric Woerth, le président LR de la commission des finances à l'Assemblée (interview sur Radio Classique) :

Écouter
7 sec
Eric Woerth et le oldeuh school

"Oldeuh school", le macronisme ? Il a surtout pour particularité de convoquer à la fois des mots de la globalisation triomphante... et des expressions françaises un rien désuètes, qu'on croirait tirées de la collection "bibliothèque verte".

C'est à la fois la "start-up nation" et la "poudre de perlimpinpin" ; le "team building" et les "galimatias" ; la "task force" et le "truchement". Une déclinaison linguistique du fameux « Et en même temps ». 

Frédéric Says

Chroniques

8H19
25 min

L'Invité des Matins (2ème partie)

Le blocus de Berlin ou comment ravitailler l’Europe (2ème partie)
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......