LE DIRECT
Laurent Wauquiez (à droite) craint d'être le seul candidat : il a suggéré à ses amis de parrainer Daniel Fasquelle (à gauche).

LR : les paradoxes d'une élection sans suspense

3 min
À retrouver dans l'émission

Chacun tient pour acquise la victoire de Laurent Wauquiez. Mais dans quelles conditions ?

Laurent Wauquiez (à droite) craint d'être le seul candidat : il a suggéré à ses amis de parrainer Daniel Fasquelle (à gauche).
Laurent Wauquiez (à droite) craint d'être le seul candidat : il a suggéré à ses amis de parrainer Daniel Fasquelle (à gauche). Crédits : Guillaume Souvant - AFP

Si vous avez les oreilles un peu sensibles, n'allez pas parler de Laurent Wauquiez à des cadres LR. La seule mention de ce patronyme déclenche en général un soupir. Puis une flopée de qualificatifs, à côté desquels le capitaine Haddock passerait pour un exégète de la poésie galante.

Wauquiez applique à la lettre le précepte de Machiavel : en politique il est plus sûr d'être craint que d'être aimé. Le paradoxe de tout ça, c'est que Laurent Wauquiez a beaucoup d'ennemis, mais peu d'adversaires. Tous ceux qui pouvaient lui barrer la route se sont mis aux abris. Xavier Bertrand s'occupe des Hauts-de-France. Valérie Pécresse préfère organiser son propre mouvement. Ne parlons pas de Nicolas Sarkozy, de François Fillon, de Jean-François Copé, balayés par les défaites.

Entre ceux qui sont en retrait et ceux qui sont à la retraite, l'ambitieux quadra a la voie libre. Ses concurrents s'appellent Julien Aubert, Florence Portelli, Daniel Fasquelle ou Maël de Calan. Ils ont pour point commun de vouloir se faire un nom avec cette élection ; de transformer le handicap de leur anonymat en atout du renouveau. Mais aucun n'est pour l'instant certain d'obtenir les parrainages nécessaires (au moins 13 parlementaires et 2347 militants).

Une élection à un seul candidat ?

A 42 ans, Laurent Wauquiez pourrait jouer cette carte du renouveau. Mais s'il existe en politique un "nouveau monde" et un "ancien monde", alors il se revendique du second. Dans ses discours, il fait applaudir Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy ; il fait l'éloge des racines, y compris celles de son parti. Cette élection interne, il la joue d'ailleurs à l'ancienne. Quadrillage des fédérations départementales, bataillons de militants pour faire la claque, pression sur les soutiens de ses adversaires... Son concurrent Julien Aubert se plaint de voir régulièrement des soutiens passer dans le camp de Laurent Wauquiez, à cause de "pressions".

Y aura-t-il une élection à un seul candidat, le 10 décembre prochain ? Cette perspective inquiète le favori, qui a demandé aux militants de parrainer aussi Daniel Fasquelle, sarkozyste comme lui. Afin qu'il y ait au moins un semblant de combat. Fût-ce du catch plutôt que du kick-boxing.

Cette élection fantôme, presque fantoche, tranche avec l'histoire du parti. Depuis plus de 20 ans, dans cette formation bonapartiste, où le chef est sacré, toutes les élections internes ont été marquées par des affrontements sans pitié. Dans les années 90, le duo Séguin-Pasqua tente de ravir le RPR à Chirac. En 1999, le candidat chiraquien Jean-Paul Delevoye est battu par l'outsider, une certaine Michèle Alliot-Marie. En 2012, Copé et Fillon revendiquent tous deux la victoire à quelques voix près, avant de s'accuser mutuellement de fraude.

Cette fois-ci, ni violence, ni suspense. Le défi du probable futur chef de la droite est ailleurs : que restera-t-il du parti une fois qu'il en aura pris les rênes ? Tous ceux qui se disent aujourd'hui incompatibles avec le "Wauquiezisme" (ce mélange d'affirmation identitaire, de protectionnisme économique, et de coup de menton régalien), tous ceux-là, quitteront-ils le parti ? Et s'ils le font, existe-t-il un espace au centre-droit (ni Macron, ni Wauquiez) ? Le défi de Laurent Wauquiez n'est pas donc l'ampleur de sa victoire, mais l'étendue de sa légitimité au lendemain du 10 décembre.

Chroniques

8H19
25 min

L'Invité des Matins (2ème partie)

Les Républicains : la droitisation est-elle la solution ? (2ème partie)
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......