LE DIRECT
Ancien secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand quitte Les Républicains.

A droite, un nouveau départ

2 min
À retrouver dans l'émission

Xavier Bertrand quitte les Républicains, inquiet de la ligne portée par Laurent Wauquiez. Un départ qui met à mal le "rassemblement" prôné par le nouveau patron de LR.

Ancien secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand quitte Les Républicains.
Ancien secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand quitte Les Républicains. Crédits : Citizenside / Christophe Estassy - AFP

Au soir de sa victoire, Laurent Wauquiez a annoncé vouloir "ouvrir les portes et les fenêtres" du parti. Il ne s'attendait peut-être pas à ce que Xavier Bertrand en profite pour s'évader. Hier soir, le président de la région Haut-de-France est apparu sur France 2, le souffle court, une ombre au visage, un brin théâtral, pour expliquer son départ : 

"Nous sommes dans une dérive, je ne reconnais plus ma famille politique, alors j'ai décidé de la quitter. Je m'étais déjà mis en retrait au soir du premier tour de l'élection politique, quand j'ai vu que [LR] ne voulait pas dire clairement qu'il fallait voter Emmanuel Macron pour faire barrage à l'extrême-droite."

En cela, il suit le chemin déjà tracé par Édouard Philippe, Bruno Le Maire, Gérald Darmanin et quelques autres. Xavier Bertrand fait jouer ce qu'on pourrait appeler un "droit de fuite". La question : pour aller où ? Lui affirme qu'il ne rejoindra pas d'autre formation politique. "Mon parti, ce sont les Hauts-de-France", claironne-t-il. Changement d'époque : pendant des années, les ambitieux politiciens ne rêvaient que de monter à Paris, car c'est là qu'on chevauchait son destin politique. Désormais ils jouent à Cincinnatus, le général romain parti labourer ses champs. 

Quelle opposition interne ?

Jadis, les partis étaient régulièrement essorés par des purges. Dans le nouveau monde, les dissidents s'éliminent d'eux même. Voici donc désormais un parti, LR, sans opposition interne. 

L'avantage est assez clair : les conseils nationaux dureront moins longtemps. Il serait même possible de les mener par mail, ou par SMS ; gain de temps et pragmatisme, de toute façon leur issue ne seront pas d'un grand suspense. L'inconvénient est clair lui aussi : Laurent Wauquiez appelle désormais au rassemblement ; mais avec qui se rassembler quand on est seul (ou plutôt accompagné de gens d'accord avec soi) ? 

Cela dit, attention à ne pas sous-estimer le talent politique de Laurent Wauquiez, élu par 75 000 militants LR, c'est une force non négligeable. Il n'empêche. Le départ de Xavier Bertrand sonne comme le dernier acte d'une manœuvre engagée par Emmanuel Macron le 15 mai dernier : nommer à Matignon un Juppéiste, Edouard Philippe, pour déstabiliser la droite. Désormais, celle-ci ressemble à un puzzle. Sa seule consolation est peut-être de regarder l'état du Parti socialiste, c'est dire. 

Chroniques

8H19
26 min

L'Invité des Matins (2ème partie)

Lutte contre le réchauffement climatique, croissance économique : un couple durable ? (2ème partie)
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......