LE DIRECT
Pour la première fois ce mardi un Premier ministre a répondu aux questions des internautes en direct sur le réseau auquel quelques 30 millions de Français sont potentiellement connectés

En communication politique, on n'arrête pas le progrès

6 min
À retrouver dans l'émission

Periscope, Facebook live... les responsables politiques raffolent des outils de diffusion en direct. Avec quelles conséquences ?

Pour la première fois ce mardi un Premier ministre a répondu aux questions des internautes en direct sur le réseau auquel quelques 30 millions de Français sont potentiellement connectés
Pour la première fois ce mardi un Premier ministre a répondu aux questions des internautes en direct sur le réseau auquel quelques 30 millions de Français sont potentiellement connectés Crédits : capture d'écran

Ne dites plus "causerie au coin du feu" mais "Facebook live". Le reflet bleuté de l'écran remplace le rougeoiement des flammes, le crépitement des bûches disparaît au profit des notifications : c'est Pierre Mendès France version 3.0

Hier soir, Edouard Philippe a donc inauguré cette formule à Matignon. Un Premier ministre filmé qui répond en direct aux questions des internautes. De prime abord, sous couvert de modernité, l'exercice n'est pas beaucoup plus interactif que le discours près des braises. D'autant que la maudite tablette tactile ne fonctionne pas... [extrait sonore]

Ce que oblige le Premier ministre à lire les questions sélectionnées et imprimées par son équipe de communication. Des questions particulièrement corrosives... [extrait sonore]

Certes, l'exercice est une prise de risque. Les commentaires les moins flatteurs apparaissent en direct. Mais l'internaute n'ayant aucun "droit de suite", il se contentera donc de la réponse donnée.

Cela fait plusieurs années que Facebook est utilisé par les politiques : Bruno Le Maire, Emmanuel Macron ou Nicolas Sarkozy ont été parmi les usagers réguliers de cette méthode : elle présente l'avantage d'être simple et peu coûteuse. Pour le citoyen, le "Live" donne le sentiment d'avoir le premier ministre disponible pour soi sur son écran d'ordinateur, entre le dossier des photos de vacances et l’icône de la corbeille. S'ajoute l'impression qu'il n'y a pas de filtre, pas de médiation et donc pas de déformation.

Gilet jaune

L'essor de cet outil n'est pas uniquement anecdotique. Facebook live est devenue une arme de communication massive, adorée par cet exécutif qui vante la "start-up nation".

Hier, à l'usine Whirlpool, la visite d'Emmanuel Macron a été retransmise en direct et en quasi-intégralité, grâce à une collaboratrice munie d'un smartphone. On voit le chef de l'État, gilet jaune enfilé par dessus son costume, déambuler parmi les salariés. [Extrait sonore]

Si le président visite les chaines de montage de l'usine, son équipe de communication est elle aussi rompue au taylorisme. En quasi temps réel, elle découpe les séquences, elle en garde les morceaux les plus saillants - ou les plus flatteurs... et les diffuse sur les réseaux sociaux. Exemple : on voit un jeune homme en sweat shirt, employé de l'usine qui évoque la nécessité de baisser les "taxes". [Extrait sonore]

Séquence gagnante pour Emmanuel Macron. Pendant ce temps, où sont les journalistes ? Ailleurs, pour la plupart, bloqués en attendant la fin de la déambulation ; seule une poignée d'entre eux sont acceptés pour suivre la visite, c'est ce qu'on appelle dans le jargon un « pool ». Ils fourniront leurs confrères en images et en son.

Cette logique n'a pas démarré avec Emmanuel Macron...

C'est vrai. Un premier pas avait déjà été franchi (sans que personne n'y fasse trop attention) au moment où les partis politiques ont commencé à produire eux-mêmes les images de leurs meetings, offertes en direct aux chaines de télévision. Et alors ? me direz-vous... Eh bien par exemple, lorsqu'une femen était montée sur scène pour interpeller Marine Le Pen, les téléspectateurs n'avaient pas vu l'incident : la régie du FN s'était contentée de filmer le public pendant que les gardes du corps évacuaient la jeune femmes.

Sauf qu'hier à Whirlpool, un élément a essayé de troubler le scénario bien milimétré. François Ruffin, député insoumis, invité en tant qu'élu, est venu sensibiliser Emmanuel Macron au sort des intérimaires de l'usine.

Le Facebook live présidentiel l'a t-il ignoré ? Non bien sûr, les journalistes étaient là, et c'eut été ridicule.

En revanche voici l'extrait qui en a été diffusé sur le Twitter d'Emmanuel Macron - mettant en valeur la répartie présidentielle :

Et voici ce que François Ruffin, de son côté, a diffusé sur son compte facebook - mettant en valeur sa pugnacité face au président : [extrait sonore]

Nous voilà donc pris entre les feux croisés de deux films livrés par deux protagonistes opposés. Comme dans un procès, deux plaidoiries contradictoires ne garantissent en rien que la réalité soit éclairée.

Alors je vous l'avoue Guillaume, j'ai fait un rêve, ou plutôt un cauchemar. Nous étions dans le futur. Les visites présidentielles étaient filmées uniquement sur le "facebook live" de l'Elysée. Et le "contrepoint" était visible seulement sur la chaîne média de la France insoumise.

Mais ce n'est pas un cauchemar, c'est la pente vers laquelle nous glissons peu à peu... Entre le verrouillage des images et les retransmissions partisanes, le rôle de journalistes, si nous n'y prenons garde, sera non plus de rapporter des faits, de les mettre en contexte et de les analyser. Mais d'arbitrer entre plusieurs histoires fournies clés en main.

Frédéric Says

Chroniques

8H19
23 min

L'Invité des Matins (2ème partie)

Expliquer la sociologie : est-ce l’excuser ? (2ème partie)
L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......