LE DIRECT
Jean-Luc Mélenchon face à Edouard Philippe dans "l'Emission politique", de France 2

Haro sur l'audiovisuel public

2 min
À retrouver dans l'émission

La critique de l'audiovisuel public : enfin un point de consensus entre les "Marcheurs" et les "Insoumis" !

Jean-Luc Mélenchon face à Edouard Philippe dans "l'Emission politique", de France 2
Jean-Luc Mélenchon face à Edouard Philippe dans "l'Emission politique", de France 2 Crédits : Alexandre Marchi - Maxppp

Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon aiment à faire savoir qu'ils ne sont d'accord sur rien. Des ordonnances au drapeau européen, du Vénézuela à la fiscalité, de la Vème république aux relations avec la Russie, l'opposition est totale, frontale, absolue. Pourtant, ils trouvent parfois des terrains d'entente sur des sujets inattendus. Ainsi en est-il de l'audiovisuel public (France Télévisions, Radio France, Arte, France 24, RFI et l'INA), qui a subi les foudres des deux hommes ces deux dernières semaines.

« C'est la honte de la République », voici les mots prêtés par l'Express à Emmanuel Macron. Vérification faite par Télérama, le chef de l’État a plus précisément parlé de « honte pour nos concitoyens », à huis-clos devant les députés En Marche de la commission des affaires culturelles. Selon Télérama, Emmanuel Macron, "cinglant", a dénoncé les absences de réformes, les coûts, la mauvaise gouvernance, les carences dans la manière de s'adresser au public. 

Surprise, cette critique trouve un écho à l'autre bout du spectre politique... 

La « chaîne de la honte nationale » en continu : voici cette fois comment Jean-Luc Mélenchon décrit France Info, dans un billet de blog de lundi dernier. Quelques jours auparavant, dans un autre billet, le patron de la France insoumise avait mis en cause France 2 : « traquenard, bassesse, mensonges, tromperies » ; Jean-Luc Mélenchon n'a visiblement pas apprécié son passage à l'Emission politique de la 2. 

Les deux anciens rivaux à la présidentielle partagent donc ce mot très fort de « honte ». La synthèse des deux positions est d'ailleurs réalisée, presque comiquement, par Thomas Guénolé. Sur Twitter, l'ancien politologue désormais engagé aux côtés de Jean-Luc Mélenchon écrit ceci : 

Macron – Mélenchon : même combat ? Certes, les deux sorties ne sont ni concertées ni symétriques. Mais dans les deux cas, de manière subliminale, il s'agit d'une volonté de reprise en main. De s'imaginer rédacteur en chef ou directeur d'antenne. Au risque de fragiliser l'indépendance éditoriale de l'audiovisuel public. 

Non que tout soit parfait et que rien ne vaille d'être changé. Mais l'émancipation progressive du pouvoir politique depuis l'ORTF - cette époque où le journal était validé sur le bureau du ministre de l'Information -, cette émancipation n'est-elle pas le sens de l'Histoire ? Est-on vraiment nostalgique de ceci ?

Écouter
19 sec
Le général de Gaulle en Seine-et-Oise - ORTF, 1965

Voilà une pratique qui était bien, elle, "la honte de la République". 

Frédéric Says

Chroniques

8H19
25 min

L'Invité des Matins (2ème partie)

Correspondance Albert Camus-Maria Casares : lettres d’amour au grand jour (2ème partie)
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......