LE DIRECT
Stéphane Le Foll a publié un texte pour analyser les causes de la défaite socialiste... et préparer l'avenir.

Et pendant ce temps, que devient le Parti socialiste ?

2 min
À retrouver dans l'émission

Loin des feux médiatiques, le PS prépare son congrès.

Stéphane Le Foll a publié un texte pour analyser les causes de la défaite socialiste... et préparer l'avenir.
Stéphane Le Foll a publié un texte pour analyser les causes de la défaite socialiste... et préparer l'avenir. Crédits : Christophe Archambault - AFP

Que devient le PS ? On ne se pose même plus la question, c'est dire combien une forme de tripartisme s'est imposée dans les esprits : Macron – Mélenchon – Le Pen. Un trio que tente de perturber Laurent Wauquiez en se portant à la tête de la droite. Mais le Parti socialiste dans tout cela ? Il ressemble à ce vieil ami que vous avez complètement perdu de vue... et, tiens, vous ne vous en portez pas plus mal. Le parti est pourtant en pleine ébullition. Il cherche un chef, une ligne, un stratégie... et pour tout dire les conditions de sa survie. 

Quand ? Au congrès est prévu en avril. Avec qui ? Stéphane Le Foll prépare sa candidature au poste de premier secrétaire. Il rassemble demain ses amis à Paris. Il connait bien la fonction pour avoir été dans l'ombre d'un certain François Hollande, 11 ans à la tête du parti. A côté du sémillant Hollande, Le Foll était le clown triste, le rabat-joie, le rugueux. Celui qui tempérait l'enthousiasme des visiteurs de François Hollande, en leur expliquant qu'un "oui" du patron voulait dire "peut-être". Et qu'un "peut-être" voulait dire "non". L'ancien ministre de l'Agriculture trouvera sans doute face à lui une ex-collègue du gouvernement. Najat Vallaud-Belkacem est bien partie pour se présenter. Défaite aux législatives à Villeurbanne, âgée de 40 ans, elle incarnerait le renouvellement. 

Certes, il n'y a pas là de quoi bouleverser votre week-end. Mais ce duel est intéressant en ce qu'il dit de l'état du PS. Le parti, en déroute électorale, en difficulté financière, se paye tout de même le luxe de voir deux camps s'affronter. Comme si la division était un poison lent qui coule encore dans les veines socialistes.

Bien sûr, en tout chose la compétition est saine, souhaitable. Mais en l'occurrence ce ne sont pas deux lignes qui s'opposent : ce sont deux personnalités, les plus sévères diraient deux égos. Les deux ont été ministres de François Hollande. Les deux sont même parmi les rares à être restés en poste tout le quinquennat. Ni l'un ni l'autre ne veut se livrer à un inventaire rude du Hollandisme. Sur le fond, ils promeuvent tous deux une ligne sociale-démocrate... Tandis que l'aile gauche, mutique, a en partie quitté le PS pour suivre Benoît Hamon. 

Ce n'est donc pas un affrontement de doxa mais de styles. Le carré Stéphane Le Foll, mâchoires serrées, face à la plus ronde Najat Vallaud-Belkacem, sourire imperturbable.   Le quasi-sexagénaire face à la quadra. Les partisans de Stéphane Le Foll surnomment d'ailleurs le camp d'en face les « générationnels ». Manière de dire qu'un état civil ne fait pas un programme. Les candidats - qui doivent se déclarer formellement d'ici à la fin de l'année - devront répondre à cette question : existe-t-il un espace entre Macron et Mélenchon. Pas simple. 

Voilà donc pour les nouvelles de ce vieil ami disparu, que vous allez sans doute encore oublier pour quelques semaines (au moins). 

Chroniques

8H19
26 min

L'Invité des Matins (2ème partie)

Natalie Dessay : trouver sa voix (2ème partie)
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......