LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Nous aussi, on a nos Trump et Sanders

2 min
À retrouver dans l'émission

Sarkozy et Taubira incarnent

Frédéric Dugit - Maxppp

Écoutons ce matin, ce qu’ont à nous dire les deux champions incontestés du rayon politique des libraires en ce moment. Car à défaut de vraiment dialoguer, ces deux phénomènes se répondent, et pas uniquement dans le silence feutré des salles de lectures : ils squattent aussi l’espace médiatique. Aucun des deux n’est formellement; et pour l’instant, candidat à quoi que ce soit, mais ils sont omniprésents. Et pendant que leurs soutiens, leurs éditeurs, comptent les exemplaires vendus, Christiane Taubira et Nicolas Sarkozy ferraillent, chacun de leur côté.

Elle, qui dans “Murmures à la jeunesse” évoque un monde, une France et une Europe qui se fragmentent, un lien social et associatif en déliquescence, en appelle à une République nécessairement intranquille : elle voudrait  réveiller la jeunesse, qui se doit, explique-t-elle de bousculer l’ordre établi.

Lui, qui plus que jamais fidèle à son camp, braque à droite tout, propose dans “La France pour la vie”, une vision très tranchée de ce que serait sa politique, en 2017, dans les domaines économiques et sociétaux.

Ni Sarkozy ni Taubira n'ont l'intention de renoncer

Alors, certes Nicolas Sarkozy a constaté une nouvelle fois hier soir, que la justice n’est pas aussi laxiste qu’il l’a souvent prétendu. Mais il s’imagine évidemment encore en position de reprendre l’Elysée l’an prochain. Et Christiane Taubira, elle, comme un "Jack in the box" agaçant, mais qui aurait le sens du timing, est en une des Inrocks ce matin. Et elle attaque, dans les colonnes de l’hebdomadaire : “Nicolas Sarkozy n’est ni démocrate, ni républicain”, explique-t-elle... et “il ne m’intéresse pas". "Il voit la société par blocs, et est obsédé par les origines”.

On voit bien qu’elle est là, Taubira. Qu’elle aussi, comme Sarkozy en son temps, va adorer envoyer des cartes postales à son camp. D’ailleurs, reconnaissons qu’elle fait du Sarkozy, parfois, quand elle prétend ne pas avoir “une vision messianique de la politique”... Que fausse pudique, elle annonce ne pas vouloir que tout tourne autour d’elle, tout en expliquant juste après qu’elle s’engagera, qu’elle n’a pas du tout l’intention de se reposer. et qu’elle est “prête au combat”.

Il n'empêche que sur le fond, les discours sont tranchés. Dans les mots des deux “champions des libraires” les convictions se réaffirment. Et dans un moment politique où le clivage gauche-droite est dit moribond, Sarkozy et Taubira, entendent plus que jamais incarner l’ADN de leurs camps respectifs. Un peu façon Trump et Sanders.

Chroniques
8H18
22 min
L'Invité(e) des Matins (2ème partie)
L’islam de France doit-il se repenser ? (deuxième partie)
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......