LE DIRECT
Le candidat socialiste Lionel Jospin le 17 avril 2002 à Rennes

Pas d'immunité pâtissière ! Pourquoi jette-t-on de la farine sur les politiques ?

4 min
À retrouver dans l'émission

Pureté et innocence, la couleur blanche et les clichés qui l'accompagnent ont la vie dure. François Fillon, enfariné hier soir à Strasbourg, a fait les frais d'une tradition qui marque chaque campagne présidentielle. Pourquoi ? Explications dans ce billet signé ce matin Ludovic Piedtenu

Le candidat socialiste Lionel Jospin le 17 avril 2002 à Rennes
Le candidat socialiste Lionel Jospin le 17 avril 2002 à Rennes Crédits : VALERY HACHE - AFP

Il y a quelques heures la marque Nivea é été contrainte de retirer une publicité destinée au Moyen-Orient et jugée raciste. "Le blanc, c'est la pureté" pouvait-on lire. Certains suprémacistes blancs américains ont en revanche salué le slogan, qui perpétue le cliché selon lequel la blancheur est synonyme de pureté.

Ce qui m'a ramené hier soir à cette question, après avoir vu le candidat de la droite François Fillon couvert de farine à son arrivée en meeting à Strasbourg, pourquoi jette-t-on de la farine - blanche - sur les politiques ? Est-ce parce que, ironisons un peu, la couleur blanche est dans notre vocabulaire souvent associé à une idée creuse, au vide, à l'absence ? Le blanc finalement c'est comme un privatif. C'est une nuit sans sommeil, c'est une voix sans puissance, c'est une balle sans poudre, c'est un chèque sans montant... Ironie que de jeter de la farine sur François Fillon que l'on soupçonne d'enrichissement personnel. Je me suis dit là que c'était une fausse piste. Le porte-parole de François Fillon, Luc Châtel, a déclaré ceci : "Ils ont au moins réussi à blanchir François Fillon avant l'heure".

Loin de laver de tout soupçon, s'il y a ces enfarinages, c'est au contraire parce qu'on veut rendre les politiques plus propres ? Parce qu'on y revient, les clichés ont la vie dure. Longtemps, le blanc fut une garantie de propreté. Tout ce qui touchait le corps, tous les linges devaient être blancs. Sauf que les politiques ont souvent des costumes sombres. En jetant de la farine blanche, on obtient un joli contraste visuel. Une image qui marque les esprits plus que les discours. Loin de la pureté, on salit la femme ou l'homme publics.

C'est surtout la tradition du carnaval qui rejaillit ici. On se déguise et l'on se bombarde de farine et d’œufs. C'est exactement ce qui s'est passé hier soir à Strasbourg au meeting de François Fillon. Le lanceur de farine avait pris soin de se déguiser et d'enfiler un t-shirt "Les étudiants avec Fillon".

Comme un air de déjà vu

C'est peu ou prou ce qui s'était passé au mois d'avril, mais dans la campagne présidentielle de 2002. Deux mineurs aspergent de ketchup le visage de Lionel Jospin lors de son arrivée au meeting de Rennes. S'ils ont réussi à s'approcher, c'est parce qu'ils portaient des t-shirts blancs du Mouvement des jeunes socialistes distribués à l'entrée. Interpellés, les deux mineurs s'étaient aussitôt expliqués. Ils ont choisi la couleur rouge-tomate parce qu'ils trouvaient le programme électoral du PS... trop rose.

C'est donc un grand classique des campagnes présidentielles. Toujours en 2002 il y a 15 ans, François Bayrou à Rennes également avait expérimenté l'entartage.

Écouter
9 sec
Entartage François Bayrou en 2002

15 ans plus tard, la société française ne va pas beaucoup mieux. Les "attentats patissiers" comme on les surnomme continuent, des gestes rendus célèbres par le belge Noël Godin qui criait "entartons, entartons, gloup, gloup". Jean-Pierre Chevènement, candidat aussi dans cette campagne présidentielle de 2002, en avait fait les frais. Nicolas Sarkozy un peu plus tôt.

En 2012, c'était le candidat François Hollande qui était enfariné. Dans cette campagne, Emmanuel Macron a reçu un oeuf au salon de l'agriculture. Comme hier, dans la même ville, à Strasbourg, Manuel Valls a été enfariné avant d'être giflé en Bretagne. Tout le monde y est passé.

Pas "d'immunité patissière" serait-on tenté de dire en détournant la sortie, la punchline "l'immunité ouvrière" du candidat Phillipe Poutou lancée à Marine Le Pen lors du débat télé de mardi soir. Tout cela sert finalement de la même façon d'exutoire à la colère. Il a jeté, au figuré, de la farine au visage de ceux qui aspirent à nous représenter. Les Français aiment la politique mais cette année plus encore qu'auparavant rejettent les politiques. Si rien ne change, l'enfarinage a encore de beaux jours devant lui.

Chroniques

8H19
22 min

L'Invité des Matins (2ème partie)

Face aux violences, comment s’organise la communauté chinoise de France ?
Intervenants
  • Journaliste, correspondant permanent de Radio France en Allemagne, ancien chef du service politique de France Culture
L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......