LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"Le Premier ministre français affirme que les réductions d'impôts pour les riches pourraient avoir lieu en 2018". Edouard Philippe a accordé une interview au Financial Times.

Quand le Financial Times fait le jeu de la France Insoumise

3 min
À retrouver dans l'émission

Le quotidien économique analyse sans fard la politique économique "pro-business" du gouvernement français.

"Le Premier ministre français affirme que les réductions d'impôts pour les riches pourraient avoir lieu en 2018". Edouard Philippe a accordé une interview au Financial Times.
"Le Premier ministre français affirme que les réductions d'impôts pour les riches pourraient avoir lieu en 2018". Edouard Philippe a accordé une interview au Financial Times. Crédits : Capture d'écran - Financial Times

On sait, au moins depuis les Lettres persanes, combien le regard extérieur est précieux pour comprendre ce que nous vivons. Cette fois, il ne s'agit pas de Montesquieu qui fait parler Usbek et Rica, mais du Financial Times qui fait parler Édouard Philippe.

Dans les pages saumon du quotidien britannique, le Premier ministre évoque sa stratégie économique. Les citations d'Edouard Philippe complètent une analyse fort instructive du Financial Times, « FT » pour les intimes.

Instructive, car brute, claire, dénuée des éléments de langage traditionnels. Trois raisons à cela :

-D'abord, le style de la presse anglo-saxonne (en tout cas celle-ci) : précis, net, sans adjectif superflu.

-Ensuite, la volonté d'Edouard Philippe de s'adresser aux décideurs économiques internationaux. Résultat : il ne prend pas de gants pour décrire son action.

-Enfin, le Financial Times se tient bien loin des postures et des péripéties internes à la politique française, et va droit au fond des décisions.

Résultat : le macronisme, en tout cas dans son aspect économique, est disséqué à cœur ouvert.

Qu'est ce que cela donne ?

La première phrase de l'article est un constat clinique : "la France réfléchit à des réductions d'impôts pour les riches dès l'an prochain pour attirer plus d'entrepreneurs et d'investisseurs".

Pas de synonymes ampoulés, le "FT" parle des riches, des fortunés, ("the wealthy"), et non des ménages les « plus favorisés », selon l'euphémisme en vogue. On croirait lire la sociologue Monique Pinçon-Charlot. C'est pourtant bien le Financial Times, qui n'a culturellement aucun problème avec la notion de richesse.

Cette précision est utile pour continuer la lecture de l'article. Le quotidien économique souligne une mesure peu relevée, sans doute parce qu'elle est un peu technique :

Il s'agit d'une taxe à taux unique sur les revenus du capital ("flat tax"), en l'occurrence à 30%. Promise par Emmanuel Macron, elle va remplacer, explique le Financial Times, les taux actuels de taxation qui atteignent aujourd'hui 50 à 60%.

De même, le journal rappelle que le gouvernement français veut couper une partie de l'impôt sur la fortune ("wealth tax"), et supprimer la plus haute tranche de la taxe sur les salaires, qui s'applique notamment aux entreprises financières.

Il s'agit, explique le quotidien, d'attirer les banques de Londres à Paris, sur fond de Brexit.

Alors à quoi sert le lecture de cet article technique dans la langue de Shakespeare ?

Eh bien d'abord à caractériser une politique, à la synthétiser, alors que les annonces sont faites au compte-gouttes et en ordre dispersé.

Le gouvernement français affirme que sa priorité est de faire des économies. Un objectif auquel il est a priori difficile de s'opposer. Pourtant, quand le Financial Times liste les décisions, coûteuses (au moins à court terme) pour les finances publiques, on comprend que la priorité n'est pas uniquement d'économiser les deniers publics. Mais bien de renforcer l'attractivité française auprès du secteur financier, de bâtir une société "pro-entreprise". Par la même occasion, on se rend compte que l'écume autour de la suppression de la taxe d'habitation est quasiment anecdotique et masque les autres décisions, qui parlent moins au grand public.

Une devinette pour finir. Qui est l'auteur de la phrase suivante : "une campagne agressive de monsieur Macron pour démontrer une posture business-friendly".

Est-ce Jean-Luc Mélenchon ou le Financial Times ?

Réponse : la seconde option. Mais presque toutes les phrases de l'article pourraient être dans la bouche de Jean-Luc Mélenchon (à qui cette politique ne plaît guère) ; elles sont sous la plume du Financial Times (à qui elle ne déplaît pas).

La charpente idéologique du gouvernement est ici exposée sans fard. On peut être pour ou contre, la juger efficace, juste, ou pas. Encore faut-il que les faits et les motivations soient posés clairement.

Voilà pourquoi la France insoumise peut remercier le Financial Times.

Frédéric Says

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......