LE DIRECT

Supporters otages !

2 min
À retrouver dans l'émission

La politique dans l'arène.

Ce matin, dans une interview accordée au journal “La voix du nord”, François Hollande a décidé de jouer les avant-centre audacieux, en reprenant à son compte un argument très utilisé ces temps-ci, dans le camp du gouvernement, pour tenter de mettre un terme à la contestation contre la loi travail.

Le président de la République, qui sera en déplacement à Arras aujourd’hui, estime que la France doit “être à la hauteur de ce grand événement qu’est l’Euro de foot", qui débute vendredi. "En assurer la sécurité, et en tirer les retombées les meilleures pour notre économie”. Et François Hollande, qui depuis le début de cette histoire joue la montre, pique la balle sur le côté gauche, pour essayer de cadrer un tir : “Tous les regards vont être tournés vers nous", alors (...) il faut savoir terminer une grève !”, ose-t-il, détournant la formule du communiste Maurice Thorez, en 36 (qui lui, au passage, avait ajouté : “dès que satisfaction a été obtenue”).

Voilà qui agace évidemment les adversaires du Président, dans ce match non amical : les opposants à la loi travail, notamment la militante Caroline de Haas, qui de son côté, intercepte le ballon pour ne pas laisser passer l’occasion de lancer une énième campagne. Elle renverse donc le jeu, en compagnie des équipes du journal Fakir, et demande un carton rouge pour le gouvernement, avec sa pétition, lancée hier : “je soutiens les bleus, mais pas la loi travail”.

Voilà donc le supporter convoqué dans la sphère politique

C’est à dire qu’on essaye, et c’est finalement assez habituel, de transposer dans le monde sportif, un débat qui ne trouve pas d’épilogue sur le plan politique et social. Comme si essayer de flatter l’âme frondeuse des supporters de foot, était moins hallucinant que d’essayer de démasquer les sélectionneurs d’extrême droite.

Noël Mamère, dans un billet publié hier sur son blog, note “que le sport de compétition en général et le football en particulier, ont un poids certain dans ce qui reste de lien entre la nation et la société”, alors même que “ce domaine est tout autant atteint par les fractures qui minent la société française”. C’est probablement vrai.

Et c’est finalement là-dessus que comptent les initiateurs de cette pétition, qui appellent “toutes celles et ceux qui participeront à l’Euro 2016, depuis leur canapé, dans des bars ou depuis les fans zones à afficher leur refus de la Loi Travail, en brandissant un carton lors des matchs”. Oui, "depuis leur canapé" ! Ça sent la fin de partie.

Chroniques

8H18
24 min

L'Invité des Matins (2ème partie)

SNCF : la rentabilité à quel prix ?
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......