LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

A-t-on assisté à un suicide politique ?

3 min
À retrouver dans l'émission

C'est fou comme cette expression a tourné en boucle. Une semaine tout juste après la sortie du livre de Gérard Davet et Fabrice Lhomme "Un président ne devrait pas dire çà..." nombre d'observateurs ont qualifié ces confidences de suicide politique. Ludovic Piedtenu

Il y a d'abord eu la presse et les éditorialistes en France comme à l'étranger. On s'en rend bien compte ce matin dans la dernière livraison de Courrier International, le titre espagnol El Confidencial parle "d'un suicide en 700 pages", la Vanguardia d'une "compilation suicidaire". Au-delà de la presse, il y a eu très vite aussi les déclarations des proches du Président : ministres, parlementaires, conseillers... Beaucoup ont filé la métaphore. "Il est mort", "c'est la fin", "il creuse sa tombe". Plus sobrement, d'autres évoquent un "sabordage". Lundi soir, sur le plateau de La Chaîne Parlementaire (LCP) la question est posée à Gérard Davet, l'un des 2 auteurs du livre.

Écouter
28 sec
Gérard Davet sur LCP

Ici pas de raptus possible comme l'évoquait Freud il y a un siècle. Ce raptus, c'est en psychologie, cette impulsion, ce désir soudain de se donner la mort. François Hollande aurait donc eu autant de raptus que les 61 moments qu'il a passés avec mes deux confrères en quatre ans. En résumé, nous aurions depuis 2012 à l'Elysée, un homme si mélancolique, si "Seul en son palais" titre d'un autre ouvrage qui vient de paraître chez le même éditeur Stock, signé de la journaliste politique Marie-Eve Malouines. Un homme si bas dans les sondages, c'est vrai tant il est historiquement impopulaire, qu'à force, il aurait voulu se suicider ou s'interdire un avenir en politique.Il aurait voulu écrire sur sa pierre tombale "son épitaphe", comme on a pu le lire ou l'entendre. Il aurait voulu écrire une "lettre anthume", de son vivant, ai-je pu lire encore. Bref, ces 672 pages en ont noirci à peu près autant - si ce n'est plus - depuis une semaine sur tous les supports possibles. Et ce n'est pas fini.

Surtout si le Premier ministre lui-même, potentiel recours, s'y met aussi. Là, ce n'est plus un suicide mais un assassinat politique. Cité dans le Canard enchaîné hier, Manuel Valls valide l'expression :

"Cela ressemble à un suicide politique. Il faut maintenant éviter que ce suicide personnel ne devienne collectif" - Manuel Valls cité par Le Canard Enchaîné (mercredi 19 octobre 2016)

Le Premier ministre Manuel Valls au congrès des régions de France à Reims
Le Premier ministre Manuel Valls au congrès des régions de France à Reims Crédits : Sylvie Bassal - Radio France

Dans nos archives, à France Culture, écoutez plutôt cette déclaration de Jean-Luc Mélenchon il y a deux ans et demi quand Manuel Valls est arrivé à Matignon.

Écouter
12 sec
Jean-Luc Mélenchon "Suicide politique"

Voilà que nous retrouvons la date exacte du suicide supposé de François Hollande. Pas jeudi dernier, le 13 octobre 2016. Mais le 31 mars 2014. Il est intéressant de lire la suite des propos de Manuel Valls, toujours cité par Le Canard :

"Je vais me retrouver candidat, mais je risque de terminer à 10%. Je serai alors mort politiquement."

Au Japon, au XIIème siècle, les samouraïs se faisaient hara-kiri pour rendre hommage à leur maître et ne pas affronter le déshonneur. Assiste-t-on au suicide collectif de la gauche tels les membres de la secte de l'ordre du temple solaire. En tout cas, tout ceci est bien crépusculaire.

Chroniques
8H19
18 min
L'Invité(e) des Matins (2ème partie)
Mondialisation : l’Europe à l’offensive ?
Intervenants
  • Journaliste, correspondant permanent de Radio France en Allemagne, ancien chef du service politique de France Culture
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......