LE DIRECT
Les images d'une Assemblée quasi-vide lors des votes suscite régulièrement la polémique. Pourtant, la présence des députés dans l'hémicycle n'est pas un bon indicateur de leur travail.

Votre député travaille-t-il vraiment ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Ou pourquoi les statistiques d'activité des parlementaires sont à prendre avec précaution.

Les images d'une Assemblée quasi-vide lors des votes suscite régulièrement la polémique. Pourtant, la présence des députés dans l'hémicycle n'est pas un bon indicateur de leur travail.
Les images d'une Assemblée quasi-vide lors des votes suscite régulièrement la polémique. Pourtant, la présence des députés dans l'hémicycle n'est pas un bon indicateur de leur travail. Crédits : Thomas Samson - AFP

C'est un paradoxe qui illustre la crise de confiance que nous traversons. D'un côté, les citoyens pestent de voir des hémicycles aux trois quarts vides, des parlementaires absents ; de l'autre, les députés assurent qu'ils subissent un rythme infernal. Comme s'en sont agacés de nombreux députés, dont Adrien Quatennens (LFI) : 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Alors qui dit vrai ?  

Eh bien les deux. C'est ce que démontre un rapport (pdf) publié par le projet Arcadie, un organe indépendant de contrôle de la vie parlementaire.  

Ce rapport relève qu'il est très dur d'évaluer l'activité réelle des députés.  

Par exemple - et c'est assez contre-intuitif - la présence en séance (dans l'hémicycle) n'est pas un bon indicateur de l'investissement d'un élu. Ce serait même plutôt l'inverse.  

Car le travail parlementaire le plus minutieux, le plus utile, se fait au sein des commissions, ces petits cénacles de députés spécialistes, nettement moins suivis par le grand public. Et l'on passe sur les missions d'information, les commissions d'enquêtes, et bien sûr les rendez-vous en circonscription : tout un travail dans l'ombre, ignoré dans les statistiques de présence, mais qui est pourtant essentiel.  

Dans ce rapport, un député de la majorité raconte d'ailleurs que Matignon poussait les parlementaires à rester le plus possible à Paris, pour voter la loi. Mais ça c'était au début de mandat. Avec la crise des gilets jaunes, le gouvernement a au contraire incité les élus à labourer leur terre d'élection.  

Classements

"Votre député travaille-t-il vraiment ?" Ces classements, qui paraissent périodiquement dans les journaux, sont ainsi largement faussés.  

Ils donnent la prime aux bavards. Certains élus multiplient les questions écrites ou orales au gouvernement, enchaînent les amendements symboliques ou répétitifs, pour faire monter leur statistiques. Une sorte de "gonflette parlementaire", un "dopage de la représentation", que les chiffres bruts peinent à détecter.  

On apprend même dans ce rapport, qu'un député qui interrompt bruyamment son collègue se voit gratifié dans les comptes-rendus d'"une intervention courte". C'est toujours cela de pris !  

Soyez discret et travailleur, vous finirez au fin fond du classement des députés les plus actifs.  

A cet égard, peut-être la proposition de Richard Ferrand est-elle intéressante. Le président de l'Assemblée veut réorganiser les Questions au gouvernement, cette séquence la plus médiatique - et donc la plus éruptive. Il veut y adjoindre un "droit de suite" des députés, de manière à ce qu'un dialogue se substitue à la simple interpellation, souvent très rhétorique.  

Pendant ce temps, la mission de contrôle et d'évaluation, qui incombe théoriquement au parlement, est relativement délaissée, faute de temps et de moyens.  

Au moment où le grand débat national s'achève, il y a peut-être ici quelques pistes pour réduire le fossé toujours plus grand entre ces députés qui sont perçus comme fainéants et qui se perçoivent comme surmenés.

Frédéric Says

Chroniques

8H19
41 min

L'Invité(e) des Matins

Collapsologie : comment vivre avec la fin du monde ?
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......