LE DIRECT

La cellule anti-FN du PS

4 min

Le Choix de la Rédaction signé Théo Maneval s'intéresse aujourd'hui à la toute nouvelle cellule de lutte contre le Front national mise en place au Parti Socialiste. Le Premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis a donné son feu vert à la création d'une équipe qui travaillera spécifiquement sur le FN. Elle va notamment suivre l'action des onze maires Front national dans les villes conquises lors des municipales de mars dernier.
Ce sont de jeunes responsables du PS qui ont poussé pour la mise en place de cette cellule et trois d'entre eux vont maintenant devoir la piloter. Sarah Proust, Elsa di Méo et Yann Galut font partie de la "génération 21 avril 2002", marquée par la présence du FN au deuxième tour de la présidentielle.Leur travail s'appuiera sur celui de plusieurs experts, comme l'explique pour la première fois Elsa di Méo , opposante au sénateur frontiste du Var David Rachline à Fréjus.

Elsa di Meo
Elsa di Meo

Qu'est-ce qui fait le vote FN quand on est à Fréjus ou à Hénin-Beaumont ? On va travailler à bien comprendre le phénomène

Écouter
<button class="replay-button paused aod playable" data-broadcast-type="extraits" data-duration="35" data-duration-seconds="35" data-start-time="1413439322" data-extract-id="445a9461-b529-4277-b715-15bb5c8e18e5" data-extract-title="Écouter" data-is-aod="1" data-next-media-info="" data-url="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/static/culture/sons/2014/10/s42/NET_FC_445a9461-b529-4277-b715-15bb5c8e18e5.mp3" title="Écouter Écouter"data-clip-type="extraits" data-diffusion-title="Écouter" data-diffusion-uuid="445a9461-b529-4277-b715-15bb5c8e18e5" data-sharing="null" >Réécouter Écouter<?xml version="1.0" encoding="utf-8"?>écouter (35 sec)35 sec
Écouter

L'inititiative anti-FN au Parti socialiste n'est pas une nouveauté : en 1984, c'est le militant PS Julien Dray qui fonde SOS Racisme avec Harlem Désir, et en 1990 l'actuel Premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis, lançait son "Manifeste contre le Front national". On a aussi vu une "cellule de riposte" dans la campagne de François Hollande.Mais le but de ces organisations était surtout de montrer l'opposition du PS à un parti qu'il qualifie de raciste et xénophobe. Ce qui change aujourd'hui, c'est la volonté de l'étudier. Car sa stratégie et son électorat ont changé , explique le politologue Pascal Perrineau.

Pascal Perrineau
Pascal Perrineau

Avec Marine Le Pen, avec l'évolution du parti, il y a de nouveaux ressorts dans la dynamique du FN. D'où la nécessité de comprendre ce qui se passe dans la société française, avant d'envisager des parades

Écouter
<button class="replay-button paused aod playable" data-broadcast-type="extraits" data-duration="61" data-duration-seconds="61" data-start-time="1413439369" data-extract-id="925b9fdb-2316-4803-9983-9e0cefe16239" data-extract-title="Écouter" data-is-aod="1" data-next-media-info="" data-url="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/static/culture/sons/2014/10/s42/NET_FC_925b9fdb-2316-4803-9983-9e0cefe16239.mp3" title="Écouter Écouter"data-clip-type="extraits" data-diffusion-title="Écouter" data-diffusion-uuid="925b9fdb-2316-4803-9983-9e0cefe16239" data-sharing="null" >Réécouter Écouter<?xml version="1.0" encoding="utf-8"?>écouter (1 min)1 min
Écouter

Au Front national, cette stratégie est prise avec ironie . Le vice-président du FN, Louis Aliot, explique qu'elle ne lui inspire que "de la pitié" .

Louis Aliot
Louis Aliot

On aurait attendu que le PS fasse une cellule sur le chômage, sur le changement de modèle économique...

Écouter
<button class="replay-button paused aod playable" data-broadcast-type="extraits" data-duration="94" data-duration-seconds="94" data-start-time="1413439371" data-extract-id="71e6bfe5-a6d7-4644-9247-0065b10a3bf2" data-extract-title="Écouter" data-is-aod="1" data-next-media-info="" data-url="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/static/culture/sons/2014/10/s42/NET_FC_71e6bfe5-a6d7-4644-9247-0065b10a3bf2.mp3" title="Écouter Écouter"data-clip-type="extraits" data-diffusion-title="Écouter" data-diffusion-uuid="71e6bfe5-a6d7-4644-9247-0065b10a3bf2" data-sharing="null" >Réécouter Écouter<?xml version="1.0" encoding="utf-8"?>écouter (1 min)1 min
Écouter

Et David Rachline, le maire FN de Fréjus, et tout jeune sénateur , a estimé dans notre journal de 12h30 que "tout cela relevait de l'agitation artificielle médiatique". David Rachline qui a aussi réagi à l'annulation par la justice de l'élection du maire FN du Pontet (Vaucluse) :

Écouter
5 min
Écouter

Travail de veille, formation des militants, réunions publiques et organisation de manifestations

alexis corbière
alexis corbière Crédits : Radio France

Pourtant, le Parti socialiste n'est pas le seul à avoir une telle cellule . A l'UMP, la réponse au FN c'est du chacun pour soi : chaque cabinet s'organise. Mais au Parti de Gauche, depuis 2010, une vingtaine de personnes font de la veille et préparent des arguments pour les dirigeants et les militants. C'est Alexis Corbière qui pilote cette cellule, il nous en détaille les quatre principaux axes de travail :

Écouter
2 min
Écouter

Mais pour Pascal Perrineau, la seule dénonciation du Front national au titre qu'il serait un parti raciste et xénophobe ne peut pas suffire . S'ils veulent lutter contre lui, les partis "traditionnels" doivent le faire sur le terrain des arguments et des propositions politique s. Un rôle qu'ils ne remplissent plus aujourd'hui.

Les partis français sont devenus de plus en plus des machines politiques qui fonctionnent au moment des investitures électorales, et de moins en moins des lieux de réflexion

Écouter
<button class="replay-button paused aod playable" data-broadcast-type="extraits" data-duration="56" data-duration-seconds="56" data-start-time="1413439176" data-extract-id="6f9a2873-85ef-4e63-8ba0-cd561504b6c2" data-extract-title="Écouter" data-is-aod="1" data-next-media-info="" data-url="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/static/culture/sons/2014/10/s42/NET_FC_6f9a2873-85ef-4e63-8ba0-cd561504b6c2.mp3" title="Écouter Écouter"data-clip-type="extraits" data-diffusion-title="Écouter" data-diffusion-uuid="6f9a2873-85ef-4e63-8ba0-cd561504b6c2" data-sharing="null" >Réécouter Écouter<?xml version="1.0" encoding="utf-8"?>écouter (56 sec)56 sec
Écouter
Au premier tour de la présidentielle de 2012, Marine Le Pen a réuni un peu moins de 6 millions et demi d'électeurs.Cette année, le FN est arrivé en tête aux européennes, mais avec seulement 4 millions 700 mille voix. Le taux d'abstention dépassait les 57%.Le véritable enjeu pour les partis de gouvernement, c'est finalement de remobiliser ceux qui s'abstiennent .
L'équipe
Journaliste
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......