LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
De nombreuses victimes des attentats de Paris souffrent de stress post-traumatique

13 novembre : "Ce n'est pas parce qu'on n'a pas été blessé par balle ce soir là qu'on a pas été blessé tout court"

4 min

Depuis deux ans, les victimes des attentats du 13 novembre 2015 survivent. Blessées ou non, avec un traumatisme fort. Parfois, il se transforme en stress post-traumatique. Une pathologie assez méconnue face à laquelle chacun doit trouver sa méthode pour se soigner. Reportage de François-Pierre Noel.

De nombreuses victimes des attentats de Paris souffrent de stress post-traumatique
De nombreuses victimes des attentats de Paris souffrent de stress post-traumatique Crédits : Frantz Bouton - Maxppp

Caroline Langlade était au Bataclan pour le concert des Eagles of Death Metal. Elle était présente lorsque les trois terroristes ont pénétré dans la salle. Depuis ce jour là, sa vie a basculé. La jeune femme souffre aujourd'hui de stress post-traumatique chronique. Stressée, angoissée, elle a plus de mal à sortir. Mais au delà des effets psychologiques, il y a également des problèmes physiques. Caroline a failli perdre la vue, l'été dernier, à cause d'une hypertension intracrânienne.  Aujourd'hui, elle va mieux car elle prend des médicaments, fait de l’acupuncture et des séances de psychothérapie.

Caroline Langlade a écrit un livre où elle raconte ce qu'elle a vécu à cause de son stress post-traumatique.
Caroline Langlade a écrit un livre où elle raconte ce qu'elle a vécu à cause de son stress post-traumatique. Crédits : François-Pierre Noel - Radio France

Aujourd'hui, il y a plein de choses que je ne fais plus, je ne vais plus au cinéma, aux concerts et je ne prends plus le métro. Tout ça, ce sont des choses pour moi qui s'apparentent à des dangers de mort. Mon cerveau n'est pas encore soigné par rapport à ça. Ce n'est pas parce qu'on n'a pas été blessé par balle ce soir là, qu'on a pas été blessé tout court. Moi, j'ai cette espèce de conscience, qui est très douloureuse, de vivre avec une épée de Damoclès sur la tête.

L'EMDR, une solution pour améliorer le quotidien des victimes 

Pour se soigner, elle a déjà essayé plusieurs procédés comme l'EMDR, une thérapie de désensibilisation par le mouvement des yeux. Pour Caroline, cela n'a eu aucun effet. Mais Sébastien, lui, a vu son état s'améliorer depuis qu'il fait ces séances. Ce père de famille était aussi au Bataclan avec sa femme. Quelques jours plus tard, il s'est réfugié chez lui auprès de ses enfants pour s'occuper d'eux et "oublier" ce qui s'était passé. Mais il a très vite eu besoin d'aide. L'EMDR est une technique venant des Etats-Unis pour soigner le stress post-traumatique grâce au mouvement des yeux. Il permet de traiter le mauvais souvenir afin qu'il ne devienne plus une source de perturbation.  Sébastien réalise des séances d'EMDR à chaque fois qu'il se sent vulnérable ou dans "des vagues de stress" comme il les appelle.

A chaque fois qu'il y a eu des attaques ou des attentats, j'ai fait de l'EMDR. (...) On n'est pas loin de l'hypnose, en tout cas, c'est comme ça que je le ressent, et on va jouer sur un endroit du cerveau qui est en "trop-plein" pour tout ce qui est sensibilité. Le but c'est de faire vider ce "trop-plein" et de transformer tout ça en souvenirs tout court. 

Le propranolol, le médicament pour guérir du stress post-traumatique ? 

Outre l'EMDR, il existe d'autres moyens pour améliorer son quotidien si on souffre d'un stress post-traumatique comme l'hypnose, les anti-dépresseurs ou la psychothérapie. Toutes ces méthodes traitent ce stress mais ne le guérissent pas.

Selon Bruno Millet, psychiatre à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, on peut "sans doute guérir" du stress post-traumatique, avec une nouvelle méthode venue du Canada. Depuis plusieurs mois, un essai clinique est lancé auprès de 200 patients. Toutes sont des victimes de stress post-traumatique. Le patient doit prendre un médicament, le propranolol, utilisé dans le cadre de l'hypertension. Une heure plus tard, il prend place dans une séance de thérapie où il écrit le récit de son mauvais souvenir, puis il décide de le lire à voix haute. 

Je pense que ce traitement est l'un des premiers traitements curatifs contre le stress post traumatique. (...) Souvent, le problème avec le traitement psychotrope est qu'on ne guérit mais on apprend à vivre avec ce stress. Nous pensons que notre méthode aurait des vertus thérapeutiques pouvant aller jusqu'à la guérison.

Il reste 8 mois à l'essai clinique avant de connaître les résultats, mais les premiers retours sont déjà positifs. Environ "60 à 70 % des patients ressentent déjà un effet bénéfique grâce à cette méthode", selon le professeur Millet. 

Pas de médicament, ni de thérapie mais du sport pour soulager les rescapés

Plus loin de la capitale, une quarantaine de victimes des attentats du 13 novembre 2015 vont partir en Guadeloupe pour un essai clinique. Il s'appelle "DivHope" et il va permettre à plusieurs d'entre eux de faire de la plongée sous-marine pour voir les effets bénéfiques sur la santé des victimes. Des exercices de relaxations sont aussi prévus afin d'améliorer les patients à se concentrer sur leur souvenir traumatisant. Ces exercices vont débuter le 18 novembre prochain et vont durer 12 jours. Mathieu Coulange est l'un des responsables de cet essai, il est chef de service de Médecine Hyperbare à Marseille. La plongée sous-marine doit être un traitement complémentaire, pas un remplaçant aux autres méthodes thérapeutiques : 

Mathieu Coulange est le chef de service de Médecine hyperbare.
Mathieu Coulange est le chef de service de Médecine hyperbare. Crédits : Mathieu Coulange - Radio France

Avec la plongée, les patients ont une respiration ample et lente, très proche des techniques de relaxation que l'on connaît, comme le yoga ou la sophrologie. On se retrouve aussi dans une situation de cocooning, comme dans le ventre de sa mère, ce qui peut apporter un sentiment de bien être. L'environnement est aussi un facteur important. En Guadeloupe, c'est très agréable. On pense qu'avec ces trois éléments on aura des effets importants sur le traitement du stress. 

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......