LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Thomas Pesquet a passé 6 mois à bord de la Station spatiale internationale.

2017, une année spatiale bien remplie

4 min

Chaque jour cette semaine, France Culture fait le bilan de l'année 2017. Prenons de la hauteur, la tête dans les étoiles, pour revenir sur une année riche en événements spatiaux, le plus médiatique étant le retour de Thomas Pesquet de la Station spatiale internationale.

Thomas Pesquet a passé 6 mois à bord de la Station spatiale internationale.
Thomas Pesquet a passé 6 mois à bord de la Station spatiale internationale. Crédits : Shamil Zhumatov - Maxppp

Si l'on regarde dans le rétroviseur, l'année spatiale 2017 a été bien remplie. Beaucoup d’astéroïdes ont frôlé la Terre, des exoplanètes ont été découvertes, mais l'année a aussi été marquée par le retour d'un astronaute, devenue en France la star de l'espace : Thomas Pesquet.

Le dixième Français dans l'espace est revenu de son séjour de six mois à bord de la Station spatiale internationale en juin dernier. Il est devenu très populaire, notamment grâce à son utilisation des réseaux sociaux. Chaque jour, Thomas Pesquet a posté une vingtaine de photos de la Terre vue d'en haut. Un bon moyen de communiquer, de se rapprocher des gens, de leur faire part d'un bout de rêve, mais aussi une stratégie pour faire accepter les coûteux programmes spatiaux.

Lors de son retour sur Terre, les premiers mots de Thomas Pesquet ont été par téléphone avec le président Emmanuel Macron.

Russes et Américains à la reconquête de l'espace

Car, l'espace et la politique sont deux notions qui ont toujours été étroitement liées. Et ce depuis le début de l'ère spatiale, il y a 60 ans tout pile, depuis que les Soviétiques, en pleine Guerre froide, ont lancé Spoutnik. Les bips émis par le premier satellite envoyé en orbite, vécu comme une cuisante humiliation par les Américains. Seulement, au fil des ans, l'industrie spatiale russe s’essouffle. C'est Poutine qui l'a relance, au nom de la fierté du peuple. Mais ce n'est pas encore cette année qu'elle retrouvera son prestige... En novembre, une fusée Soyouz décolle depuis le nouveau cosmodrome de Vostotchny.. Mais les Russes perdent le contact avec les satellites, censés être mis en orbite, ce qui est un nouvel échec pour la Russie.

L'autre grande puissance spatiale, les Etats-Unis, tentent eux un retour vers le futur. Donald Trump souhaite renvoyer des Américains pour une mission habitée sur la Lune, comme l'avaient projeté avant lui Bush père et fils. Il a donc signé une directive en ce sens.   

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Donald Trump : 

Cette fois, il ne s'agira pas seulement de planter notre drapeau et de laisser notre empreinte sur la Lune. Nous établirons une base pour une mission ultérieure vers Mars. Cette directive permet au programme spatial américain d'être à nouveau leader, et inspirer toute l'humanité. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Mais Donald Trump ne donne aucune précision sur le calendrier, ni l'enveloppe financière. Il faut 3 jours pour atteindre la Lune, 6 mois pour Mars.

Enfin, le New Space prend de plus en plus d'importance. Il regroupe des centaines d’entreprises privées, américaines pour la plupart. L’une des plus connues est Space X, avec à sa tête l’entrepreneur Elon Musk (créateur de Paypal et Tesla), qui a fixé la colonisation sur Mars à 2024.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......