LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
A l'école Marcel Leroy, à Nancy, en septembre 2015

Ces parents qui se battent pour scolariser leur enfant handicapé

4 min

Lors du 1er Comité interministériel du handicap, le gouvernement va revenir sur les auxiliaires de vie scolaire (AVS) qui accompagnent les enfants handicapés. Cette année, le ministère de l'Education affiche 8000 nouveaux postes d'accompagnants, mais certaines familles doivent vraiment se battre.

A l'école Marcel Leroy, à Nancy, en septembre 2015
A l'école Marcel Leroy, à Nancy, en septembre 2015 Crédits : Alexandre Marchi / L'Est républicain - Maxppp

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a fait de la scolarisation des enfants handicapés une "priorité absolue". Pour cette rentrée, la rue de Grenelle affiche des chiffres impressionnants : l'Education nationale mobilise 80 000 adultes accompagnant - 50 000 AVS (auxiliaire de vie scolaire) et 22 000 AESH (c'est un autre statut pour une même fonction : être aux côtés des enfants handicapés pour leur permettre de s'intégrer dans des classes ordinaires de la maternelle au lycée). Le ministère crée aussi 8 000 nouveaux postes, ce qui permet de scolariser 12% d'élèves en plus par rapport à septembre 2016.

Léa, qui entre cette année en 6e, bénéficie d’une auxiliaire de vie scolaire (AVS) et son père, Julien.
Léa, qui entre cette année en 6e, bénéficie d’une auxiliaire de vie scolaire (AVS) et son père, Julien. Crédits : Tara Schlegel - Radio France

Néanmoins, beaucoup de familles ont du mal à bénéficier d'une AVS dès le premier jour de l'école. Et pour les parents qui réussissent à convaincre l'école, la MDPH - la Maison départementale du Handicap - l'inspection académique et qui ont une AVS - il faut chaque année remettre l'ouvrage sur le métier. Comme en témoignent Julien et Léa. Cette jeune fille de 12 ans bénéficie d'une aide depuis qu'elle est en CE1 et son père se mobilise à chaque rentrée pour que cela continue :

Écouter
9 min
"Je me retrouvais au fond de la classe, isolée, c'est là qu'on a compris qu'il y avait un problème"
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......