LE DIRECT
Atelier organisé par l'Orchestre de Chambre de Paris

Et si on partageait la culture avec les migrants ?

4 min

Contrairement aux discours politiques et aux sous-entendus médiatiques, des milliers de citoyens organisent bénévolement chaque jour l'accueil culturel des migrants. Lecture en bibliothèque, visites de musées, concerts, cinéma, théâtre, et autres, ce mouvement de fond échappe à tous les radars.

Atelier organisé par l'Orchestre de Chambre de Paris
Atelier organisé par l'Orchestre de Chambre de Paris Crédits : Orchestre de Chambre de Paris

La question des migrants fait partie de l'identité française

C'est ce qui ressort d'un rapport commandé il y a un an par le ministère de la Culture pour évaluer l'accueil culturel et l'intégration des migrants en France. L'état des lieux mené par l'ex directeur du Musée de l'immigration de Paris Luc Gruson montre la spécificité française dans ce domaine. Contrairement à l'Allemagne où les pouvoirs publics ont depuis 2 ans encouragé et financé de multiples initiatives artistiques et culturelles en faveur des migrants, en France, ce sont les bénévoles et les artistes qui s'engagent de leur propre chef.

La France est le pays d'Europe avec le plus de mariages mixtes français et étrangers. Nous avons une tradition d'accueil de plus de deux siècles qui est très ancrée chez nous contrairement à ce qu'en disent les politiques et les média. le métissage est en marche !

Luc Greson, auteur du rapport ministériel sur l'intégration culturelle

Raphaël est un passionné de théâtre. Il a monté avec l'Association Autre Monde un atelier d'expression théâtrale :

Plus qu'un accueil, des échanges culturels

Ce type d'initiatives foisonnent à la mesure du besoin toujours plus grand d'engagement de citoyens français en faveur de ces exilés. C'est ce qui a motivé en 2012 un groupe de trois jeunes entrepreneurs sociaux a lancé SINGA, une plateforme participative pour organiser via le bénévolat et le crowdfunding, des rencontres culturelles entre français et migrants.

SINGA est né au départ à Paris de l'envie de citoyens français d'accueillir chez eux des migrants, et puis cette association 2.0 s'est développée à Lille, Lyon, Montpellier en s’appuyant à chaque fois sur des collectifs de bénévoles. Aujourd'hui, en plus des activités cours de français, sorties culturelles ou fêtes (dont ce soir la "singa night" entrée gratuite pour tous à la Belleviloise à Paris), Singa est un incubateur social qui aide prêt de 12 projets professionnels entrepreneuriat portés par des migrants. Une réussite qui pourtant ne fait pas de bruit.

Sans Singa, je n'aurais jamais pu rencontrer des Français pour discuter, tout simplement. Donc, je n'aurais jamais compris les codes socio culturels de ce pays et je n'aurais jamais réussi à trouver mon travail et à avoir mes papiers. Foday, venu de Sierra Leone

Foday est venu de Sierra Leone. Il a appris le français et La France grâce à Singa. Aujourd'hui, il en est salarié
Foday est venu de Sierra Leone. Il a appris le français et La France grâce à Singa. Aujourd'hui, il en est salarié Crédits : Cécile de Kervasdoué - Radio France

Mais l'idée de toutes ces initiatives culturelles ce n'est certainement pas d'imposer la bonne culture française aux migrants. L'idée c'est l'échange et c'est surtout ça qui séduit les artistes et particulièrement les musiciens.

Spontanément, de très nombreux projets en faveur des migrants sont donc sortie des formations de musique classiques françaises. L'orchestre de chambre de Paris, par exemple, porte un projet de récolte de chansons de migrants. Grâce à l'association Autre Monde, les musiciens entendent et recueillent les chants de demandeurs d'asiles et de réfugiés. Le tout se retrouvera dans une création pour orchestre et chœur présenté le 4 mai prochain au Musée de l'Immigration à Paris.

D'ici là, les élections présidentielles françaises battront leur plein alors les citoyens et artistes engagés dans l'échange culturel avec les migrants rêvent parfois d'entendre des discours politiques encourageants ou même des promesses de moyens publics... sans trop y croire.

Par Cécile de Kervasdoué

Chroniques

7H40
18 min

L'Invité des Matins

Uberisation de l'économie : la fin des illusions ?
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......