LE DIRECT
La permanence du parti Les Républicains à Grenoble vandalisée dans la nuit du 20 au 21 mars dernier. Ici, le secrétaire départemental Alexandre Roux, désolé du spectacle

Mécontentement social : les élus directement visés

4 min

Un an après l'élection d'Emmanuel Macron, les formes radicales d'action politique progressent. Lettres de menaces, permanences parlementaires dégradées, agressions d'élus... Les personnalités politiques sont directement attaquées.

La permanence du parti Les Républicains à Grenoble vandalisée dans la nuit du 20 au 21 mars dernier. Ici, le secrétaire départemental Alexandre Roux, désolé du spectacle
La permanence du parti Les Républicains à Grenoble vandalisée dans la nuit du 20 au 21 mars dernier. Ici, le secrétaire départemental Alexandre Roux, désolé du spectacle Crédits : Jean-Pierre Clatot - AFP

Au moins une dizaine de permanences ont été vandalisées pendant le seul mois d'avril dernier. Pour la plupart, les cibles sont issues de la majorité. Les dégradations vont du simple graffiti à des vitres brisées. La semaine dernière encore, trois députés de La République En Marche ont reçu un message d'avertissement de la part d'un groupuscule d'extrême droite qui reprochait aux élus de la majorité leur abstention lors du vote du projet de loi Asile et immigration.

La permanence du député LREM Philippe Chassaing à Périgueux (Dordogne) a été vandalisée dans la nuit du 19 au 20 avril 2018.
La permanence du député LREM Philippe Chassaing à Périgueux (Dordogne) a été vandalisée dans la nuit du 19 au 20 avril 2018. Crédits : Valérie Dejean - Radio France

Parfois, les choses vont plus loin : en juillet 2017, la députée LREM des Hauts-de-Seine Laurianne Rossi a été agressée dans sa circonscription par un homme qui critiquait la politique de la majorité.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pendant la campagne des législatives en juin, l'ex-députée Nathalie Kosciusko-Morizet (LR) avait elle été agressée sur un marché par un maire d'une petite commune de l'Eure, condamné à trois mois de prison avec sursis et 1 000 euros d'amende. Et Manuel Valls avait été giflé à Lamballe par un jeune identitaire breton.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Derrière ces actes, il n'y a pas toujours de motivation politique : les auteurs sont parfois des individus isolés ou fragiles. Et le phénomène n'a pas commencé avec l'élection d'Emmanuel Macron il y a un an, mais il prend de l'importance. 

La multiplication de ces gestes témoigne d'une désacralisation du politique et d'un manque de représentativité. 

C'est un phénomène qui revient à la mode selon, Olivier Cahn, maître de conférences en droit pénal à l'université de Cergy-Pontoise :

C'est un phénomène qui est redevenu significatif au moment du débat sur la loi travail, où l'on a assisté à une résurgence des dégradations des permanences parlementaires, à l'époque de députés socialistes.

Un Choix de la rédaction réalisé par Mahaut de Butler et Sibylle de Barthez

A lire pour aller plus loin : Peut-on assister à un retour en force de la radicalité politique ? (par Nicolas Lebourg, 15 décembre 2017, Slate)

Intervenants
  • professeur de droit pénal à l'université de Tours et spécialiste de la politique de maintien de l'ordre, membre du CESDIP
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......