LE DIRECT
Un des vestiges de la région d'Al-Ula (nord-ouest) que l'Arabie saoudite souhaite développer grâce à la France. 1ers touristes envisagés d'ici 3 à 5 ans et 1,5 à 2,5 millions de visiteurs / an à terme

Site archéologique d'Al-Ula : un terrain de coopération entre la France et l'Arabie saoudite

4 min

Reportage |En développant plusieurs programmes de fouilles sur le site archéologique saoudien classé d'Al-Ula, Paris et Riyad se rapprochent. Le prince héritier tente de vendre une nouvelle image de son pays, plus moderne. La France cherche à vendre des contrats.

Un des vestiges de la région d'Al-Ula (nord-ouest) que l'Arabie saoudite souhaite développer grâce à la France. 1ers touristes envisagés d'ici 3 à 5 ans et 1,5 à 2,5 millions de visiteurs / an à terme
Un des vestiges de la région d'Al-Ula (nord-ouest) que l'Arabie saoudite souhaite développer grâce à la France. 1ers touristes envisagés d'ici 3 à 5 ans et 1,5 à 2,5 millions de visiteurs / an à terme Crédits : Nadine Epstain - Radio France

Le prince héritier d'Arabie saoudite est en France pour une visite de trois jours. Mohammed Ben Salmane est arrivé à Paris hier et a dîné au Louvre avec Emmanuel Macron. Pour "MBS", cette visite est l'occasion de vendre sa nouvelle Arabie saoudite, qu'il promet plus tolérante et modérée. 

Image trompeuse, rappellent les ONG : Riyad continue de pratiquer la peine de mort, les femmes sont toujours sous la tutelle d'un homme, leur père ou leur mari toute la vie. 

Côté français, l'objectif est poser des jalons pour de futurs contrats, car ces dernières années la moisson a été maigre. Riyad avait promis d'investir 50 milliards d'euros dans l'économie française. Rien pour l'instant. 

Une coopération archéologique relancée, mais sans savoir précisément à quel prix

Au cours de cette visite, aussi, la France et l’Arabie Saoudite devraient renouveler leur coopération dans de nombreux domaines, dont celui de l’archéologie. Depuis quinze ans, Paris et Riyad ont par exemple développé plusieurs programmes de fouilles sur le site de Mada’in Saleh (dans la région d'Al-Ula), inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2008 (premier site saoudien à obtenir cette reconnaissance). 

Al-Ula est une vaste zone désertique située à 1 heure 30 d’avion de la capitale qui abrite de magnifiques vestiges de la civilisation nabatéenne, dans un décor rouge, ocre, marron, souvent comparé à Petra, en Jordanie. On peut y découvrir aussi l'ancienne cité nabatéenne d'Hegra (Madain Salih) ou celle de Dadab (Al-Khuraybah). Ce désert rocailleux commence à livrer ses secrets, car il était commun dans l'ancien temps d'être enterré dans la pierre, à l'intérieur des montagnes. Les fouilles ont ainsi dévoilé des tombeaux monumentaux taillés dans les rochers. On y a découvert des ossements d'animaux, des monnaies, des céramiques et des calligraphies et autres écritures.

Ce mardi, un accord sera conclu pour une durée, renouvelable, de dix ans. Il prévoit la création d’une agence française financée par des fonds saoudiens. Inspirée de l'agence France Museum, qui a piloté la mise sur pied du Louvre Abu Dhabi, elle sera chargée du développement de musées, de la partie archéologique du site, de la formation des professionnels du tourisme et de la mise en place d’infrastructures d’accueil. Il s'agit de faire venir les premiers touristes d'ici 3 à 5 ans et d’attirer à terme entre 1,5 et 2,5 millions de touristes par an, selon Amr al Madani, le directeur général de la Commission royale pour la région. En revanche, le responsable saoudien n'a pas révélé le coût estimé du chantier.

Reportage sur place de Nadine Epstain.

Les Saoudiens envisagent aussi à Al-Ula un centre de recherches sur la civilisation arabe
Les Saoudiens envisagent aussi à Al-Ula un centre de recherches sur la civilisation arabe Crédits : Nadine Epstain - Radio France
Il y aurait entre 400 et 500 sites archéologiques dans la région, selon un archéologue
Il y aurait entre 400 et 500 sites archéologiques dans la région, selon un archéologue Crédits : Nadine Epstain - Radio France
La région d’Al-Ula, qui abrite notamment le site archéologique de Mada’in Saleh, est aussi vaste que la Belgique
La région d’Al-Ula, qui abrite notamment le site archéologique de Mada’in Saleh, est aussi vaste que la Belgique Crédits : Nadine Epstain - Radio France
Autre paysage quasi lunaire de la région d'Al-Ula
Autre paysage quasi lunaire de la région d'Al-Ula Crédits : Nadine Epstain - Radio France
Crédits : Nadine Epstain - Radio France
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......