LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Grève à l'hôpital Guillaume Régnier

66 jours de grève à l'hôpital psychiatrique de Rennes

4 min

Depuis le 7 novembre dernier, le syndicat Sud Santé Sociaux mène la grève au Centre Hospitalier Guillaume Régnier, à Rennes. Les grévistes (dont le taux oscille entre 2 et 29%) viennent de remonter leur barnum, la tente où viennent se réchauffer les militants excédés par leur conditions de travail.

Grève à l'hôpital Guillaume Régnier
Grève à l'hôpital Guillaume Régnier Crédits : T.S. - Radio France

C'est le troisième plus grand hôpital psychiatrique de France. Le Centre Hospitalier Guillaume Régnier emploie 2 4 91 agents en équivalent temps plein et reçoit chaque année presque 30 000 patients. Le budget de cet établissement n'a pas été augmenté depuis 5 ans et les agents se plaignent d'une masse salariale de plus en plus serrée. En janvier 2015, la direction a retiré 5 jours de RTT aux infirmiers, aides soignants, cadres et autres personnels administratifs qui ont poursuivi, à l'époque, l'hôpital devant les tribunaux, en vain. 

En 2016, pour la première fois depuis plusieurs décennies, 23 postes ont été supprimés - en raison justement du temps de travail gagné en supprimant les RTT et en faisant donc travailler chacun un peu plus. A Guillaume Régnier, les conditions se sont vraiment dégradées depuis 18 mois et il devient de plus en plus difficile de palier les inévitables arrêts maladie. 

Sud Santé Sociaux mène seul le combat. Mais les deux autres syndicats - qui ont suivi une autre stratégie que le bras de fer avec la direction -  la CGT et la CFDT reconnaissent que la situation est très tendue. Alexandra Ory, monitrice éducatrice à la Maison d'Accueil spécialisée de Guillaume Régnier est secrétaire de section de la CFDT et Yves Thébaud, infirmier à la retraite a longtemps représenté la CFDT au Comité central d'entreprise. Ils détaillent les problèmes d'effectifs. 

Écouter
2 min
Yves Thébaud, interrogé par Tara Schlegel.

Avant il y a avait un pool de remplacement plus doté, maintenant il reste insuffisant au regard de l’absentéisme. On est donc obligé de diminué les effectifs.  Les gens n'acceptent plus ça, on n'a plus aucun avantage, on a fait toutes les économies possibles, on a même vendu nos terrains, on est à l'os, il n'y plus d'économie possible et on nous en demande quand même. 

La direction rappelle qu'elle vient de rajouter 8 équivalents temps plein à l'automne dans le pool de remplacement de l'établissement pour pallier les arrêts de travail. Ce chiffre sera ramené à 4 de janvier à mars déplorent les agents. Mais la direction de Guillaume Régnier rappelle aussi que la vocation de l'hôpital n'est pas d'hospitaliser toujours plus de malades psychiatriques. L'avenir est plutôt du côté des soins ambulatoires affirme la directrice adjointe, responsable de la qualité et de la communication, Anaïs Jehanno.  

Le choix de la rédaction est signé Tara Schlegel. 

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......