LE DIRECT
Affrontements lors de manifestations contre la loi Travail

Les policiers vont manifester contre la "haine anti-flic"

4 min

Alliance, syndicat majoritaire des gardiens de la paix, appelle à manifester contre la "haine anti-flic". En cause : les récentes manifestations contre la loi Travail, marquées par des affrontements et des blessés, côté protestants et policiers. Reportage de Catherine Duthu et Wassila Guittoune.

Affrontements lors de manifestations contre la loi Travail
Affrontements lors de manifestations contre la loi Travail Crédits : WOSTOK PRESS/MAXPPP - Maxppp

Les policiers manifesteront aujourd'hui en province, mais aussi à Paris, place de la République, un lieu fortement symbolique, puisque depuis le 31 mars, c'est là que se rassemblent des centaines de citoyens du mouvement Nuit debout. Un pied-de-nez qui sera l'occasion, pour les forces de l'ordre, de dénoncer le comportement violent de casseurs mais aussi de répondre aux accusations de violences policières.

350 policiers et gendarmes blessés, mais aussi des enquêtes ouvertes pour violences policières

C'est un changement radical pour les forces de l'ordre qui avaient été applaudies, embrassées, même, au lendemain des attentats de janvier 2015. Aujourd'hui, les policiers sont pris à partie, accusés de violences également sur des manifestants de la loi Travail. Une trentaine d'enquêtes a été ouverte, pour des faits graves, par exemple, le cas de ce lycéen de 15 ans, frappé par un policier, et qui a perdu un œil, le 24 mars dernier à Paris. Autre forme de violence policière dénoncée par des manifestants pacifiques : ils reçoivent des gaz lacrymogènes alors qu'ils marchent dans le cortège classique de grandes centrales syndicales.

Des manifestants touchés par des gaz lacrymogènes
Des manifestants touchés par des gaz lacrymogènes Crédits : IP3 PRESS/MAXPPP - Maxppp

Ces accusations de violences policières affectent les policiers. Ils expliquent que s'il y a eu des dérapages, c'est à la justice et à l'IGPN, la police des polices, de prononcer des sanctions. En attendant, ces fonctionnaires s'interrogent. Servent-ils d'exutoire, de défouloir pour les manifestants ? Y'a-t-il une volonté de laisser agir des casseurs, au risque de décrédibiliser les manifestations contre la loi Travail ? Fabrice Ledoux, CRS, constate, lui, que faute d'ordres rapides, la situation dégénère.

Ce climat social tendu vient s'ajouter à la fatigue des policiers, mobilisés depuis les attentats de janvier 2015. Et ce n'est pas fini. Les policiers seront sollicités dans le cadre de l'Euro 2016 et du Tour de France, deux compétitions sportives qui se dérouleront dans le cadre de l'état d'urgence. Sa prolongation pour  deux mois supplémentaires, jusqu'au 26 juillet, donc, devrait être votée, par l'Assemblée nationale ce jeudi 19 mai.

Chroniques

7H40
14 min

L'Invité des Matins

Mobilisations sociales : la bataille des défiances

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......