LE DIRECT
Emmanuel Macron attaque Jean-Luc Mélenchon sur le Venezuela

Le Venezuela au coeur du débat politique français

4 min

Alors que le Venezuela est plongé dans une profonde crise politique, économique, sociale et institutionnelle, la situation du pays est devenu un thème de prédilection pour l'affrontement entre le gouvernement et la France insoumise. Sophie Delpont

Emmanuel Macron attaque Jean-Luc Mélenchon sur le Venezuela
Emmanuel Macron attaque Jean-Luc Mélenchon sur le Venezuela Crédits : YOAN VALAT / POOL et CITIZENSIDE / Georges ROBERT - AFP

Dans le bras de fer entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, la situation du Venezuela a focalisé l'attention ces dernières semaines. Alors que les Nations-Unies et plusieurs ONG dont Amnesty international ont dénoncé les violences qui ont fait près de 125 morts ces quatre derniers mois.

Hier soir, le président du Parlement vénézuélien Julio Borges, opposant au président Nicolas Maduro, a rencontré le président du Sénat Gérard Larcher avant un entretien avec le président de l'Assemblée nationale François de Rugy, dans le cadre d'une tournée européenne.

Dès la rentrée du gouvernement, Edouard Philippe évoque le Venezuela pour contrer Jean-Luc Mélenchon. Dans sa riposte, par média interposés, le premier ministre attaque le leader de la France insoumise qui a appelé la veille à "déferler en masse" contre les ordonnances de la loi travail qualifiées de" coup d'Etat antisocial".

Je comprends la fascination venezuelienne

Le lendemain, c'est le président de la République, Emmanuel Macron, qui, devant les ambassadeurs, qualifie le régime de Nicolas Maduro de dictature et attaque indirectement la France insoumise

Nos concitoyens [...] ne comprennent pas les complaisances dont fait l'objet, de la part de certains, le régime que se met en place au Venezuela

Quelques jours plus tôt, Jean-Luc Mélenchon avait commencé à exposer très brièvement sa position lors des "amfis d'été" de la France insoumise à Marseille, en ouverture d'une conférence dont l'invité était l'ancien président d'Equateur Rafael Correa.

Pas une fois, pour des motifs de confort, nous ne perdrons pas notre temps à jeter des pierres à nos amis dont nous savons qu'ils ne sont pas parfaits puisque nous savons que nous même nous ne le sommes pas [...] Nous ne perdons pas de vue que le responsable principal du mal, du désordre, des tentatives de guerre civile : c'est l'impérialisme américain!

Sur son blog, Jean-Luc Mélenchon répond ensuite longuement aux attaques d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe. Il se moque de la manière dont le pouvoir exécutif fait référence au Venezuela pour tenter de le décrédibiliser et leur propose de débattre directement avec lui sur le sujet. En revanche, il n'évoque pas le rapport de l'ONU dénonçant la répression policière ayant fait des dizaines de morts, les milliers d'arrestations arbitraires et la torture pointée notamment par l'ONG Amnesty international.

"Il y a aussi des morts parmi les soutiens au régime" souligne Charlotte Girard, porte-parole de la France insoumise :

Aujourd'hui nous devons aussi déplorer la violence politique qui est en cours là-bas, qui est aussi largement le fait d'une opposition acharnée

Thomas Guénolé est politologue et il a participé à une conférence de la France insoumise intitulée "Faut-il "dégager" les médias?" aux "amfis" d'été. Un débat sur ce thème est à retrouver dans la Fabrique des médias sur France Culture. Pour lui, l'instrumentalisation politique est flagrante dans la manière dont le dossier du Venezuela est mis sur la table par l'exécutif en attaquant la France insoumise alors que d'autres cas de répression policière comme celle pratiquée au Yémen ne sont pas évoquées avec la même passion par Emmanuel Macron selon lui.

André Burguière est historien à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, pour lui cette position et l'utilisation du Venezuela, rappelle la situation qu'ont connu les communistes par rapport à l'URSS et Cuba. Ce dossier constitue une épine dans le pied que la France insoumise au moment où elle espère mobiliser en masse contre la loi travail le 23 septembre prochain.

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......